L’histoire de Jean, 62 ans, souffrant d’une rupture de la coiffe des rotateurs

Par Mathilde Lamolinerie le 24 janvier 2020
temoignage rupture coiffe rotateurs
Suite à un cholestéatome (maladie de l’oreille) ayant entraîné des pertes d’équilibre, Jean*, 62 ans, a fait une mauvaise chute sur son épaule. Il s’est alors fait une rupture de la coiffe des rotateurs. Il souffre depuis de douleurs persistantes. Celles-ci sont particulièrement inconfortables la nuit, mais elles gênent aussi Jean dans les gestes de la vie quotidienne : se nourrir, se laver, s’habiller…

 

Le diagnostic de la rupture de la coiffe des rotateurs

La coiffe des rotateurs est faite de tendons, chacun associé à un muscle de l’épaule (susépineux, sous-épineux, sous scapulaire et petit rond). Ils forment ensemble comme une coiffe, qui recouvre l’articulation de l’épaule. C’est l’inflammation des tendons, tendinite, qui fait souffrir Jean.

Suite à sa chute, il a effectué une radio aux urgences, qui n’a pas fait apparaître de cassure. Les élancements s’amplifiant, un examen par IRM a été réalisé, révélant une rupture du tendon du supra épineux, associée à une subluxation du long tendon du biceps. Une rééducation par balnéothérapie a permis de réduire, sans pour autant les supprimer, les douleurs ressenties. Des infiltrations n’ont pas été proposées, le niveau de la douleur étant indiqué par Jean comme moyen. Son chirurgien lui a alors recommandé une intervention chirurgicale pour soigner la coiffe des rotateurs. 

 

Un deuxième avis qui confirme la nécessité d’une opération 

Pour prendre une décision concernant l’opération proposée, Jean fait appel au service deuxiemeavis.fr. Après avoir fait sa demande en ligne, il a obtenu l’avis d’un médecin expert de sa maladie sous forme d’un compte-rendu détaillé. Le médecin lui indique qu’un traitement médical, par infiltrations, accompagné de soins de kinésithérapie, peuvent s’avérer suffisants pour calmer les douleurs. Toutefois, il exprime des doutes quant à la réparation des lésions, qui pourraient continuer à se détériorer et à le faire souffrir. Une surveillance clinique, avec IRM, serait sûrement nécessaire.

Selon le médecin expert, dans le cas de Jean, plusieurs éléments vont dans le sens d’une opération.
Tout d’abord, malgré un premier traitement médical adéquat, les symptômes cliniques subsistent. Ensuite, il s’agit du côté dominant de Jean, puisqu’il est droitier et que c’est sur son épaule droite qu’il a chuté.

De plus, l’IRM a permis au médecin expert de constater « une lésion antéro-supérieure de la coiffe des rotateurs (supra-épineux et surtout sous-scapulaire) ». Il informe Jean que des études ont mis en avant le fait que ce type de lésions entraînent souvent vite une augmentation de la zone des lésions tendineuses. Ce qui peut également engendrer un « dysfonctionnement mécanique de l’articulation de l’épaule, puis une dégradation du cartilage articulaire avec des lésions précoces d’arthrose ».

Enfin compte tenu de l’âge de Jean, et pour toutes les raisons citées, le traitement chirurgical est à nouveau recommandé par ce deuxième avis médical. Il pourrait prendre la forme : d’une ténotomie ou d’une ténotomie-ténodèse, avec hospitalisation de 24h environ, suivie d’une immobilisation et de rééducation. Les risques de non cicatrisation (10-15%) ou d’infection postopératoires (moins d’1%) sont considérés comme faibles.

Jean a reçu ce deuxième avis, 4 jours après l’envoi de son dossier médical. Il a fait part de sa très grande satisfaction et recommande le service deuxiemeavis.fr. Il se sent désormais plus rassuré et mieux éclairé pour prendre une décision.

Nous souhaitons bon courage à Jean pour son intervention et un bon rétablissement !

Si vous vous retrouvez dans l’histoire de Jean, tout comme lui, demandez un deuxième avis sur votre maladie.



*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.L’histoire de Jean, 62 ans, souffrant d’une rupture de la coiffe des rotateurs

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier