image Maladies cardiovasculaires

Syndrôme de congestion pelvienne

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 23 juillet 2020 - Revue par Docteur Philippe Quehe

  • Qu'est-ce qu'un syndrome de congestion pelvienne ?

    Le syndrome de congestion pelvienne correspond à une accumulation de sang dans les veines de la partie basse du torse ou pelvis. En effet, ces veines se sont élargies (dilatées) et deviennent tortueuses. Les veines touchées sont donc les veines génitales en général, c’est-à-dire celles de l’utérus ou des ovaires. On appelle cela des varices pelviennes. Cela engendre donc des douleurs chroniques, qui durent en général plus de six mois. L’apparition de ces varices peut également être due à des facteurs hormonaux comme une sécrétion accrue d'œstrogènes.

    Il existe deux types de varices pelviennes :
    • les premières n'entraînent aucune douleur et ne nécessitent pas de traitement (elles sont asymptomatiques)
    • l’autre type apparaît chez des femmes plus âgées, souvent après leur seconde grossesse chez des femmes ayant moins de 40 ans.
    Les femmes généralement touchées ont entre 20 et 45 ans et ont eu plusieurs grossesses.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour un syndrome de congestion pelvienne ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour un syndrome de congestion pelvienne ?

    Les symptômes du syndrome de congestion pelvienne peuvent fréquemment être confondus avec une cause compressive telle que le syndrome du nerf pudendal. De plus, l’endométriose, les signes d’infection chroniques, ou d’adénomyose étant également des pathologies très fréquentes qui engendrent le même type de douleurs pelviennes chroniques, cela permettra d’affirmer que les douleurs ne leur sont pas liées. Il existe donc de nombreux diagnostic différentiels avec des pathologies engendrant des douleurs au niveau pelvien. Un deuxième avis permettra donc d’éliminer les causes différentielles et de confirmer le diagnostic. De plus, un deuxième avis permettra de savoir si l’embolisation est réellement nécessaire ou si un traitement symptomatique par AINS suffit.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Comment savoir si je suis atteinte d’une endométriose (pathologie très courante chez la femme) ou d’un syndrome de congestion pelvienne ?
    • Quel est le traitement le plus adapté à ma situation ?
    • Comment réussir à diminuer la douleur en cas de crises ? Quelles sont les positions la soulageant ?
    • Quelles seront les conséquences de ce syndrome sur mes futures grossesses ?
    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quel est le spécialiste du syndrome de congestion pelvienne ?

    Il convient de consulter un phlébologue, qui est un médecin spécialisé dans le diagnostic et traitement des maladies liées au système veineux.
  • Quels sont les symptômes d'un syndrome de congestion pelvienne ?

    Les premiers symptômes vont donc être des douleurs au niveau pelvien. L’intensité et la localisation peuvent être extrêmement variables et certaines positions, telle qu’être debout, est un facteur aggravant. Ces douleurs sont donc plus intenses et invalidantes en fin de journée et également la semaine précédant les règles. Cela engendre aussi des règles extrêmement douloureuses ainsi que des douleurs faisant suite à un rapport sexuel. Des douleurs au niveau lombaire, des jambes et des saignements en dehors des règles (anormaux) sont également fréquemment retrouvés. En outre, des écoulements aqueux ou de couleur claire peuvent apparaître. Des signes non-spécifiques et communs comme des céphalées (maux de tête), un météorisme abdominal, une asthénie (fatigue) ou des sautes d’humeur, souvent liées à la douleur, sont aussi observés.
  • Comment diagnostiquer un syndrome de congestion pelvienne ?

    Le diagnostic repose avant tout sur un diagnostic clinique car la symptomatologie de ce syndrome est assez spécifique. Afin de confirmer le diagnostic, une échographie transvaginale s’avère nécessaire. Dans certains cas, l’écho doppler (examen échographique basé sur l’utilisation d’ultrasons qui consiste à observer les artères et les veines) de la veine rénale gauche permet de mettre en évidence une anomalie au niveau rénale telle qu’un mauvais drainage veineux rénal. Dans tous les cas, un écho doppler des membre inférieur est systématique et permet de poser le diagnostic. L’IRM (imagerie de résonance magnétique) peut être utilisée en guise de confirmation mais n'apparaît pas comme primordiale pour poser le diagnostic. L’IRM permet en effet d’affirmer qu’il n’y a pas de pathologie de la même zone en plus du syndrome de congestion pelvienne. Un autre examen, nommé la phlébographie pelvienne, qui consiste à introduire une sonde fine au pli de l’aine par la veine fémorale afin de visualiser les veines pelviennes, est réalisé en cas de symptômes très spécifiques et varices au niveau pelvien. Il s’agit d’une procédure effectuée en ambulatoire sous anesthésie locale, non invasive, et qui permet de visualiser anatomiquement la zone pelvienne.

    Les diagnostics différentiels à cette pathologie sont les causes compressives, les infections, les adénomyose ou endométrioses.
  • Comment soigner un syndrome de congestion pelvienne ?

    Actuellement, seul le traitement endovasculaire est possible et a pour objectif l’embolisation par colle synthétique des varices qui ne seront donc plus alimentées, ce qui mènera à leur destruction. Si le traitement est effectué correctement et jusqu’au bout, le pronostic est excellent. Le traitement symptomatique repose sur l’utilisation d’AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens). Cependant, grâce à l’embolisation, ceux-ci peuvent être diminués de 80 %.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies des veines