L’histoire de Fabrice, 44 ans, atteint d’une luxation de l’épaule

Par Marion Bonne le 10 avril 2020
témoignage luxation épaule

Une mauvaise chute sur l’épaule droite il y a 5 mois et c’est tout le quotidien de Fabrice* qui se trouve bouleversé. Après trois semaines d’arrêt maladie, il lui est toujours impossible de bricoler, de faire de la musculation ou de jouer au basket avec ses amis. Fabrice commence alors à s'inquiéter. 


Le diagnostic de la luxation de l’épaule

Malgré un rendez-vous avec un rhumatologue, du repos forcé et une prise d’anti-inflammatoires, des douleurs lancinantes l’empêchent toujours de lever le bras au-dessus de la tête. Les douleurs sont récurrentes et le réveillent même la nuit ! Cela s’explique par le fait qu’en position allongée, l'épaule du fait de la pesanteur va vers l'arrière et tire sur les tendons de la coiffe des rotateurs qui sont en avant, générant douleurs et réveils nocturnes fréquents.

Pour retrouver une mobilité de son bras, son médecin lui prescrit alors des radios de l’épaule, une IRM et un arthroscanner qui confirment une luxation de l’épaule avec des lésions. Le chirurgien orthopédiste propose alors à Fabrice une opération du ligament. Fabrice doute, hésite et se demande s’il a exploité toutes les possibilités avant d’envisager une décision aussi importante. Il faut dire que Fabrice a déjà subi 2 opérations de son autre épaule il y a quelques années. Il souhaite un deuxième avis sur sa situation et une recherche sur internet lui permet de découvrir le service deuxiemeavis.fr

Un échange avec le service patient lui confirme que c’est la solution qu’il recherche. Il décide de partager sa démarche avec son médecin traitant. En toute confiance, il constitue sa demande sur son espace sécurisé deuxiemeavis.fr et choisi d’envoyer ses examens médicaux par courrier pour que le service se charge de la numérisation de son IRM, arthroscanner et de ses radios de l’épaule. Cela ira plus vite car son bras l’handicape fortement.


Un deuxième avis qui évite à Fabrice une opération

Le médecin expert choisi par Fabrice analyse sa demande le jour même et souhaite quelques précisions avant de rendre son avis. Il lui envoie un message dans la messagerie de son espace patient pour connaître les circonstances précises de la douleur et son degré d’amplitude de mouvement. Il lui fait parvenir des schémas que Fabrice remplit précisément.

5 jours plus tard, l’avis du médecin est disponible. Le médecin explique que, lors de sa chute en octobre dernier, Fabrice a probablement eu une luxation postérieure gléno-humérale qui s'est spontanément réduite. En effet, l’épaule est l’articulation la plus mobile du corps et constituée d’une structure osseuse, d’articulations et de ligaments mais aussi de muscles qui ensemble rendent l’épaule mobile. La luxation correspond à une perte d’adhérence au niveau des surfaces articulaires. Généralement, l’articulation se déboîte et le médecin replace les surfaces articulaires l’une en face de l’autre en tirant dessus. Cette remise en place forcée ou naturelle s’appelle une réduction. À la suite d’un traumatisme violent, une luxation peut déchirer les ligaments de l’épaule et même casser les structures osseuses. Fabrice a eu de la chance, le choc a provoqué des petites lésions visibles sur l’IRM mais aucune lésion associée à la coiffe des rotateurs, ce qui est souvent le cas chez les sportifs comme Fabrice. Il n’y avait alors pas de nécessité d’opérer. Le médecin est surpris que Fabrice ne fasse pas mention de rééducation dans l’explication de son dossier médical.

Aujourd'hui, les symptômes de Fabrice évoquent plutôt une capsulite post-traumatique. Il recommande à Fabrice de nombreuses séances de rééducation intensives (stretching doux et progressif à raison de 2 à 3 fois par semaine pendant 3 à 4 mois). Cette rééducation va assouplir l’épaule et traiter cette capsulite (qui est déjà en début de rémission). La prise de vitamine C pendant quelques mois aura un effet bénéfique sur ses douleurs. La guérison sera assez longue, mais logiquement il n’aura aucunes séquelles selon le médecin. Ce dernier précise enfin qu’une chirurgie orthopédique sur les ligaments semble trop prématurée, et probablement inutile. Il ne la recommande pas dans l’immédiat mais insiste sur le fait que lorsque la souplesse de l'épaule sera revenue, si une douleur devait persister, ce serait le signe d'une nouvelle consultation à faire avec son chirurgien. Avec une nouvelle IRM, il pourrait évoquer un conflit résiduel post-traumatique, éventualité très peu probable selon le médecin expert, qui nécessiterait alors de discuter d’une éventuelle intervention chirurgicale

Grâce à ce deuxième avis, Fabrice est soulagé de pouvoir remettre à plus tard la question du recours à une opération chirurgicale et d’avoir trouvé une solution alternative moins invasive. Impressionné par la qualité et le sérieux du service et des personnes qui l’ont accompagné par téléphone, il se promet d’en parler autour de lui.


Nous lui souhaitons bon courage pour la suite sa rééducation ! 

Vous vous posez aussi des questions sur votre traitement ? Un deuxième avis médical peut vous être utile. N’hésitez pas à en parler à votre médecin !



*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier