image Maladies endocriniennes et métaboliques

Hyperparathyroïdie

Mise à jour le 8 janvier 2018

  • Définition hyperparathyroïdie

    L’hyperparathyroïdie primitive survient lorsque la Parathormone (souvent appelée PTH) est sécrétée en excès.

    La parathormone est normalement sécrétée par les glandes parathyroïdiennes, ainsi nommées car elles sont situées à la face postérieure des deux lobes de la glande thyroïde. Normalement au nombre de quatre on distingue les parathyroïdes supérieures et inférieures gauche, à la face postérieure du lobe thyroïdien gauche, et leurs symétriques à droite. Ce sont des glandes de petite taille (4-6 mm dans sa plus grande dimension, avec un poids moyen de l’ordre de 30 mgs). Il peut exister des glandes parathyroïdiennes surnuméraires et/ou ectopiques (à distance de la thyroïde), dans le cou et surtout le médiastin.

    La parathormone a deux cibles principales :

    • L’os, sur lequel elle exerce une action de résorption (destruction) ;
    • Le rein, où elle favorise la réabsorption du calcium, et l’activation de la vitamine D, augmentant indirectement l’absorption intestinale du calcium.
    Un excès de sécrétion de parathormone risquera donc d’entrainer :
    • Une diminution de la masse osseuse (ostéopénie, puis ostéoporose) ;
    • Une hypercalcémie, avec une augmentation de la calciurie (quantité de calcium éliminée par le rein) et ses risques de lithiase rénale.
    Le plus souvent l’hyperparathyroïdie est une maladie sporadique, due à un adénome parathyroïdien unique (85%), plus rarement multiple (15%). Les cellules tumorales ont perdu leur sensibilité normale au rétro-contrôle négatif par la calcémie. Ce sont des lésions bénignes. C’est une maladie fréquente, sa prévalence est particulièrement élevée chez la femme après la ménopause de l’ordre de 1/500.

    Il existe des formes familiales, rares : l’hyperparathyroïdie est alors due à une hyperplasie (augmentation de volume) de l’ensemble des glandes parathyroïdiennes :
    • Néoplasie Endocrinienne Multiple (NEM) de type 1 (mutation du gène de la Ménine)
    • Néoplasie Endocrinienne Multiple (NEM) de type 2 (mutation de Ret)
    • Hypercalcémie hypocalciurique familiale (mutation du gène du récepteur du calcium)
    • HRPT2 (mutation du gène de la parafibromine)
    • Autres …
    Le cancer de la parathyroïde est exceptionnel.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un deuxième avis est tout particulièrement pertinent dans les cas suivants :

    • Hésitation sur le diagnostic d’hyperparathyroïdie primitive : résultats biologiques limites ; forme « infra-clinique » ; hésitation entre hyperparathyroïdie primitive ou secondaire, en cas de carence en vitamine D, d’insuffisance rénale chronique associée.
    • Hésitation sur le choix de la stratégie thérapeutique : chirurgicale ou médicamenteuse ? En cas de chirurgie, sur la voie d’abord, cervicotomie sous anesthsie gnérale ou ciblée sous anesthésie locale ? Répétition et ou complément d’investigations en cas d’échec de la chirurgie primaire ?
    • Dans les cas particuliers suivants : hyperparathyroïdie familiale ; femme enceinte ; formes sévères ou de cancers.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Ai-je vraiment une hyperparathyroïdie primitive ?
    • Dois-je réaliser une chirurgie ou une prise en charge médicamenteuse?
    • Si je dois subir une chirurgie, quelle technique dois-je priviégier ?
    • La chirurgie n'a pas fonctionné, quel autre traitement puis-je entreprendre ? Dois-je re-tenter l'opération ou faire des compléments d'investigations ?
    • Quelle est la cause de ma maladie ?
    • Je souhaite avoir un enfant, est-ce compatible avec mon hyperparathyroïdie primitive ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

    Quels spécialistes consulter?

    Le premier spécialiste à voir est l’Endocrinologue, qui posera le diagnostic d’hyperparathyroïdie primitive, appréciera son retentissement, osseux et rénal, tentera de repérer un adénome parathyroïdie, et recherchera éventuellement une forme familiale.
    En fonction de toutes ces données, il proposera la meilleure option thérapeutique.
    Si nécessaire, il fera appel à d’autres spécialistes (radiologue, généticien).
    image de docteur
    0
    médecin expert
    pour hyperparathyroïdie
  • symptômes hyperparathyroïdie

    Il existe 2 formes d'hyperparathyroïdie : 

    - Les formes « asymptomatiques » :

    • Sans doute les plus fréquentes aujourd’hui, elles se caractérisent par l’absence de manifestation clinique.
    • Elles sont révélées par la découverte fortuite d’une hypercalcémie, à l’occasion d’un bilan sanguin systématique.
    • Ce mode de révélation n’empêche pas de rechercher systématiquement des signes de retentissement osseux (ostéodensitométrie), et/ou rénal (créatinine, calciurie, lithiase à l’échographie).
    - Les formes « symptomatiques », révélées à l’occasion de complications :
    • Osseuses (Tassement vertébral, fracture pathologique).
    • Rénales (colique néphrétique, insuffisance rénale).
    Dans les formes familiales et/ou syndromiques, l’hyperparathyroïdie peut être dépistée au cours du suivi d’un patient ou du screening d’une famille.

  • Diagnostic hyperparathyroïdie

    Le diagnostic d’hyperparathyroïdie primitive se fait sur la concomitance d’une calcémie élevée et d’une parathormone « inappropriée », c’est-à-dire élevée ou non-freinée (dans les valeurs « normales » malgré l’hypercalcémie).

    La calcémie est mesurée le matin à jeun. Elle est éventuellement corrigée par le niveau de protéines sanguines ou mieux, mesurée directement sous sa forme ionisée (calcium ionisé).

    La parathormone sanguine est mesurée par une approche immunométrique spécifique. Elle est appréciée selon des normes bien établies par le laboratoire. Elle est le plus souvent élevée, au-delà de la limite supérieure de la normale. Elle peut être dans les « valeurs normales », elle est alors « non freinée », inappropriée et signe de la même façon le diagnostic d’hyperparathyroïdie primitive.

    L’exploration morphologique des parathyroïdes peut se faire par :

    • L’échographie cervicale, qui recherche l’image typique, hypoéchogène, bien limitée de l’adénome.
    • La scintigraphie, au MIBI, voire – plus récemment – à la Choline, qui recherche une fixation focalisée correspondant à l’adénome. Elle est particulièrement utile pour rechercher des adénomes « ectopiques », développés à partir de glandes surnuméraires.
    • Le cathétérisme veineux parathyroïdien est exceptionnellement utilisé. Il est plutôt réservé aux situations complexes comme l’échec d’une première chirurgie.
    En cas de suspicion de forme familiale, selon l’histoire de la maladie et/ou la présentation clinique, on fera appel à la génétique pour rechercher des mutations au niveau des gènes connus (Ménine, Ret, Parafibromine, …).

    Le cancer de la parathyroïde, exceptionnel, réalise un tableau marqué par la sévérité de l’hypercalcémie, et les niveaux de la parathormone dans le sang. La tumeur est en général volumineuse, et le diagnostic final de malignité ne reposera que sur la découverte de métastases, loco-régionales ganglionaires, voire à distance.

  • Traitement hyperparathyroïdie

    La chirurgie cervicale est le traitement de première ligne de l'hyperparathyroïdie :

    • Ablation de l’adénome unique par exploration des quatre sites parathyroïdiens au cours d’une cervicotomie sous anesthésie générale. Ou plutôt, aujourd’hui, par une chirurgie ciblée, mini-invasive, éventuellement sous vidéo assistance, guidée par les données de l’imagerie pré-opératoire (échographie et scintigraphie).
    • Parathyroïdectomie subtotale (des 7/8 ème) ou totale avec réimplantation de fragments parathyroidiens, dans les formes hyperplasiques, familiales.
    Les traitements médicamenteux sont proposés en deuxième ligne, car beaucoup moins efficaces (Biphosphonates, Estrogènes, Calcimimétiques).

Télécharger la fiche

Les autres maladies endocriniennes et métaboliques

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...