image Maladies endocriniennes et métaboliques

Thyroïdite d'Hashimoto

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 8 janvier 2018

  • Définition thyroïdite d'hashimoto

    La thyroïdite d’Hashimoto (thyroïdite chronique) est une maladie « auto-immune », bénigne et fréquente. Son incidence est de 100 pour 100 000 par an, avec une nette prépondérance féminine (8/1).

    Des auto-anticorps (anti-thyropéroxydase ou anti-TPO et/ou anti-thyroglobuline) sont retrouvés dans le sang. Il y a deux risques à long terme : apparition d’un goitre diffus, diminution de la sécrétion des hormones T4 et T3 avec installation d’une hypothyroïdie.

    L’hypothyroïdie survient quand les hormones thyroïdiennes (T4 et/ou T3) circulent dans le sang à un taux insuffisant.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Le deuxième avis est tout particulièrement pertinent dans les cas suivants :

    En cas de difficulté diagnostique : Réalité d’une hypothyroïdie dans des formes « infra cliniques » ; doute sur la cause. Autres atteintes auto-immunes associées.

    Difficulté d’adaptation du traitement substitutif et de sa surveillance. Interactions médicamenteuses.

    Situation particulière : Grossesse ; Hypothyroïdie et allaitement.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Ai-je vraiment la maladie d'Hashimoto ?
    • Est-il possible de faire disparaître mon goitre ?
    • Ai-je une hypothyroïdie ?
    • Ai-je une autre atteinte auto-immune ?
    • Faut-il simplement surveiller ma maladie d'Hashimoto ou bien la traiter ?
    • Quels sont les risques d'un traitement substitutif ?
    • Comment concilier maladie d'Hashimoto et grossesse ?

    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

    Quels spécialistes consulter?

    Le spécialiste à voir est l’endocrinologue, qui posera le diagnostic, décidera si un traitement est nécessaire, et dans ce cas lequel ; ou une simple surveillance.
    image de docteur
    1
    médecin expert
    pour thyroïdite d'hashimoto
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes thyroïdite d'hashimoto

    Les deux manifestations classiques de la thyroïdite d’Hashimoto sont :

    • Le goitre 
    - De volume variable
    - Diffus, plus ou moins homogène, voire bosselé
    - Ferme, indolore
    • L’hypothyroïdie
    - Ralentissement métabolique généralisé
    - Fatigabilité, constipation, frilosité, prise de poids, bradycardie (ralentissement du rythme cardiaque), diminution du tonus général, des fonctions cognitives
    - La peau est affinée, infiltrée (« myxœdémateuse »), pâle, froide ; chute des poils et des cheveux ; ongles striés, cassants
    • Ces deux manifestations cliniques ne sont pas constantes : le goitre peut être modeste, non perçu cliniquement, et l’hypothyroïdie peut être carrément absente ; dans ces cas seuls les stigmates sanguins d’auto-immunité anti-thyroïdienne permettront le diagnostic.
    La thyroïdite d’Hashimoto peut être un élément d’une atteinte auto-immune plus vaste touchant aussi d’autres glandes endocrines (parathyroïde, surrénales..) ou organes (peau, …) dans des syndromes plus complexes de polyendocrinopathies auto-immunes dont certaines peuvent être familiales.

  • Diagnostic thyroïdite d'hashimoto

    Trois éléments concourent au diagnostic :

    • L’auto-immunité anti-thyroïdienne
    - Présence d’auto-anticorps anti-thyroïdiens dans le sang
    - Anti ThyroPerOxydase (TPO) et/ou anti Thyroglobuline, à des taux supérieurs à ceux des sujets normaux pour le laboratoire
    - Leur présence (très fréquente) signe le diagnostic de thyroïdite d’Hashimoto
    • L’hypothyroïdie, quand elle est présente, avec l’augmentation de la TSH. Cette hormone hypophysaire (Thyroid Stimulating Hormone) règle la sécrétion des hormones thyroïdiennes : dès que ces dernières tombent en dessous de la normale, la TSH est stimulée ; c’est donc un marqueur immédiat, spécifique et très sensible de l’hypothyroïdie. Les hormones thyroïdiennes elles-mêmes, T4 et/ou T3 sont abaissées.
    • La morphologie du goitre à l’échographie :
    - Diffus, hétérogène, « pseudo-nodulaire » mais sans « vrai » nodule
    - Avec de larges plages hypoéchogènes 
    - Un caractère volontiers vasculaire

  • Traitement thyroïdite d'hashimoto

    En l’absence d’hypothyroïdie

    Il n’y a pas de traitement à envisager. On installera une simple surveillance du goitre et de la fonction thyroïdienne.

    En cas d’hypothyroïdie, un traitement substitutif sera instauré :

    Il consiste simplement à apporter l’hormone thyroïdienne à une dose adaptée pour rétablir des taux normaux dans le sang : on parle de traitement ou opothérapie « substitutive ».

    Le médicament le plus fréquemment utilisé est le Lévothyrox, produit de synthèse, mais réplique exacte de l’hormone naturelle, T4.

    Il est pris per os, sous forme de comprimé, le matin à jeun (20 à 30 min avant le petit-déjeuner).

    Au début, la dose de traitement est augmentée progressivement ; Dans le cas de la maladie de Hashimoto, qui est une hypothyroïdie « primitive », on confirmera la bonne adaptation du traitement par la normalisation de la TSH circulante. C’est l’examen essentiel. Le rythme de surveillance utilise des périodes longues, en raison de la longue demi-vie de la T4 dans le sang : six semaines à deux mois à chaque changement posologique ; une fois par an chez un patient bien substitué.

Télécharger la fiche

Les autres maladies endocriniennes et métaboliques

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...