image Maladies endocriniennes et métaboliques

Hyperthyroïdie

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 8 janvier 2018

  • Définition hyperthyroïdie

    L’hyperthyroïdie ici décrite concerne uniquement l'adulte.

    L’hyperthyroïdie survient quand un excès d’hormones thyroïdiennes (L-thyroxine ou L-T4 et/ou L-triiodothyronine ou L-T3) circulent dans le sang. C’est un problème endocrinien assez fréquent, touchant surtout la femme. Il y a différentes causes d’hyperthyroïdie. Les principales :

    • La Maladie de Basedow est la plus fréquente. C’est une maladie « auto-immune », bénigne. Des auto-anticorps* TRAK ou TSI sont produits par des lymphocytes, qui stimulent l’ensemble de la glande thyroïde. Il y a donc souvent un goitre diffus (homogène sans nodule) et vasculaire, avec une sécrétion excessive des hormones T4 et T3.
    • Certaines glandes thyroïdes peuvent présenter un, ou plusieurs, nodules (on parle de nodule toxique, ou adénome thyroïdien, ou de goitre multi nodulaire) sécrétant, de façon autonome, un excès d’hormones.
    • Devant une surcharge iodée (apport excessif d’iode par des médicaments, comme la Cordarone, ou par injection de produits de contraste pour une imagerie, comme un scanner injecté), certaines glandes thyroïdes réagissent par une hypersécrétion hormonale : ce sont les hyperthyroïdies induites par l’iode.
    *les auto-anticorps sont des anticorps produits par le système immunitaire et dirigés contre une ou plusieurs protéines de l'individu lui-même en l’occurrence, ici, le récepteur de la TSH (Thyroid Stimulating Hormone)

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Demander un deuxième avis est tout à fait pertinent en cas de difficulté diagnostique, de la thyrotoxicose elle-même dans les formes limites, ou lorsqu’il y a un doute sur la cause de la maladie (formes mixtes, causes plus rares comme la thyroïdite subaiguë de Quervain, la thyrotoxicose factice, l’adénome hypophysaire thyréotrope).

    C’est aussi important s’il y a hésitation sur la stratégie thérapeutique ou s’il s’agit de changer de traitement après un premier traitement qui s’est avéré inefficace ou mal toléré.

    Le deuxième avis est enfin particulièrement indiqué dans les situations particulières suivantes : Hyperthyroïdie et grossesse ; Hyperthyroïdie et allaitement ; Hyperthyroïdie et cardiopathie ; Hyperthyroïdie par surcharge iodée ; Hyperthyroïdie familiale ; Ophtalmopathie sévère dans certaines maladies de Basedow.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Comment l’hyperthyroïdie va-t-elle impacter ma vie ? Et pour mes proches ?
    • Quelle est la cause de ma maladie ?
    • Quels sont les bénéfices et risques d’un traitement médicamenteux ?
    • Suis-je obligé de me faire opérer ? Existe-t-il des alternatives ?
    • Quel est le traitement de suivi si on m’enlève la glande thyroïde ?
    • Je souhaite avoir un enfant, est-ce compatible avec mon hyperthyroïdie ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

    Quels spécialistes consulter?

    Le premier spécialiste à voir est l’Endocrinologue, qui posera le diagnostic d’hyperthyroïdie, décidera de la meilleure option thérapeutique en fonction de la cause, de la situation particulière de chaque patient. Si nécessaire, il fera appel à d’autres spécialistes (chirurgien, médecine nucléaire, ophtalmologiste, généticien).
    image de docteur
    1
    médecin expert
    pour hyperthyroïdie
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes hyperthyroïdie

    Quelle qu’en soit la cause, l’excès chronique d’hormones thyroïdiennes circulantes entraine une série de manifestations cliniques (symptômes et/ou signes) parfois appelée thyrotoxicose:

    • Diminution de la force musculaire, fatigabilité, tremblements
    • Troubles digestifs comme la diarrhée
    • Un amaigrissement peut en résulter
    • Le cœur est également touché : tachycardie de repos (accélération du rythme cardiaque), palpitations, parfois une véritable arythmie par fibrillation auriculaire, éventuellement une insuffisance cardiaque dans les formes sévères.
    La glande thyroïde a un aspect variable selon la cause (goitre diffus, nodulaire, …).

    L’exophtalmie (protrusion des globes oculaires) est spécifique de la seule Maladie de Basedow ; comme le rare myxoedeme prétibial.

  • Diagnostic hyperthyroïdie

    Le diagnostic d’hyperthyroïdie est systématiquement confirmé par des dosages hormonaux :

    • Le taux de TSH est toujours abaissé (indosable ou inférieur à 0,01 mU/L). Cette hormone hypophysaire règle la sécrétion des hormones thyroïdiennes : dès que ces dernières dépassent la normale, la TSH arrête immédiatement d’être sécrétée ; c’est donc un marqueur immédiat, spécifique et très sensible de l’hyperthyroïdie, quel qu’en soit le niveau.
    • Parallèlement les hormones thyroïdiennes T4 et T3 sont augmentées (voire encore dans les normes dans les formes limites et/ou débutantes).
    Le diagnostic « étiologique » d’hyperthyroïdie, c’est-à-dire le diagnostic de la cause, fera appel à des examens plus spécialisés, recherchant les marqueurs biologiques d’auto-immunité (anticorps anti récepteur de la TSH ou TRAK ou TSI), analysant l’architecture de la glande par échographie (homogène ou nodulaire), la répartition de l’iode à la scintigraphie (globale, nodulaire, absente), la présence d’une surcharge iodée (iodurie).

  • Traitement hyperthyroïdie

    Le repos est un élément important, avec l’idée de mettre le patient à l’abri des facteurs de stress.

    Les beta-bloquants (Avlocardyl, Tenormine) freinent les effets des hormones thyroïdiennes, et ont une action bénéfique immédiate surtout sur les signes cardiaques et le tremblement.

    Les antithyroïdiens de synthèse (ATS) agissent directement sur la cellule thyroïdienne en bloquant la synthèse et la sécrétion des hormones. Leur action est également rapide, mais le bénéfice clinique réclame plusieurs jours ou semaines. Le Néomercazole, le Basdène, le Propylex, et le Thyrozol sont utilisés en France. Ils font courir un risque, très faible (inférieur à 1 %), d’agranulocytose (chute brutale des globules blancs avec fièvre et angine), qui doit être connu du patient.

    Deux approches thérapeutiques ont des actions de « destruction », partielle ou totale de la thyroïde, et sont appelés traitements « radicaux » :

    • L’ablation de la thyroïde par chirurgie (thyroïdectomie). « Quasi » totale dans la maladie de Basedow, restreinte aux zones nodulaires dans l’adénome unique ou le goitre multi nodulaire.
    • L’IRA thérapie. En se concentrant dans la cellule thyroïdienne hyperactive, l’iode radio actif détruit le goitre de la maladie de Basedow, ou les zones autonomes des goitres nodulaires.
    Des traitements spécifiques sont souvent nécessaires pour des complications (anticoagulants en cas d’arythmie par fibrillation auriculaire…).

Télécharger la fiche

Les autres maladies endocriniennes et métaboliques

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...