image Maladies endocriniennes et métaboliques

Adénome hypophysaire

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 29 mai 2020

  • Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire ?

    Les adénomes hypophysaires sont des tumeurs bénignes développées à partir des cellules endocrines du lobe antérieur de l'hypophyse (l'antéhypophyse).

    Selon le type cellulaire, on pourra avoir un tableau d’hypersécrétion endocrine variable :
    • adénome à prolactine
    • acromégalie en cas d’adénome à hormone de croissance (souvent appelée GH pour Growth Hormone)
    • maladie de Cushing en cas d’adénome corticotrope
    • hypersécrétion de LH et/ou FSH en cas d’adénome gonadotrope
    • hyperthyroïdie en cas d’adénome thyréotrope

    Dans tous les cas, si l’adénome est volumineux, il peut entraîner des complications locales :
    • de destruction hypophysaire avec déficit des autres fonctions antéhypophysaires ;
    • troubles visuels, par atteinte du chiasma optique et/ou compression des nerfs oculaires moteurs dans le sinus caverneux.
    Certains adénomes peuvent entrer dans le cadre de syndromes familiaux.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour un adénome hypophysaire ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour un adénome hypophysaire ?

    Le deuxième avis est tout particulièrement pertinent dans les cas suivants :

    - Hésitation sur le diagnostic d’une dysfonction hormonale :
    • Pour les adénomes gonadotropes, il est parfois difficile de distinguer l’élévation des gonadotrophines due à la ménopause ou à un adénome hypophysaire.
    • Pour les adénomes thyréotropes, il est important de ne pas passer à côté quand une hyperthyroïdie s’accompagne de valeur de TSH « normales » alors qu’il faut savoir les interpréter comme « inadaptées ».
    • Pour les adénomes à prolactine, à hormone de croissance (acromégalie), corticotrope (maladie de Cushing).

    - Hésitation sur le choix du traitement :
    • Pour les adénomes gonadotropes, considérer l’indication et les modalités de la chirurgie, des paramètres du suivi, de la nécessité d’une radiothérapie complémentaire.
    • Pour les adénomes thyréotropes, discuter l’indication et les modalités d’un traitement médicamenteux par analogues de la Somatostatine.
    • Pour les adénomes à prolactine, à hormone de croissance (acromégalie), corticotrope (maladie de Cushing).

    - Recherche d’une cause familiale : enquête familiale, génotypages (MEN 1, AIP, XLAG) sont parfois nécessaires auprès de spécialistes, en cas de suspicion de maladie familiale.


    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Quelle est la nature de mon adénome hypophysaire ?
    • Quels sont les risques de cette maladie ?
    • Dois-je vraiment me faire opérer ?
    • Existe-t-il des médicaments ? Quels en sont les effets ?
    • Devrai-je subir une radiothérapie ?
    • Est-ce qu'il y a des risques pour mes enfants ?
    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de l'adénome hypophysaire ?

    Le premier spécialiste à voir est l’endocrinologue, qui posera le diagnostic d’adénome hypophysaire, en précisera le type, et en appréciera le retentissement. Si nécessaire il fera appel à d’autres spécialistes (neurochirurgien, radiothérapeute, généticien).

    Il existe une filière santé maladies rares qui s’occupe des maladies endocriniennes rares, et qui traite d'adénome hypophysaire : Firendo. Pour savoir ce qu’est une filière de maladies rares, mieux connaître Firendo et identifier ses centres de prise en charge, rendez-vous sur notre article de blog : à qui s’adresser en cas de maladie endocrinienne rare ?
  • Quels sont les symptômes de l'adénome hypophysaire ?

    Symptômes / signes cliniques en rapport avec une dysfonction hormonale :

    - Pour les adénomes gonadotropes :
    • Chez l’homme, une augmentation des sécrétions de gonadotrophines (LH et/ou FSH), et de testostérone, n’aura – en général – pas d’impact clinique, en dehors d’une puberté précoce dans les cas exceptionnels survenant chez l’enfant.
    • Chez la femme en période d’activité génitale, l’hypersécrétion de gonadotrophines (LH et/ou FSH) pourra entraîner une hyperestrogénie chronique avec ses retentissements mammaires, utérins, et des troubles des règles.
    • Chez la femme ménopausée, il n’y aura pas de manifestation clinique de dysfonction hormonale.

    - Pour les adénomes thyréotropes :
    • Des signes de thyrotoxicose
    • Un goitre est possible, diffus, homogène
    • Pas de signe d’ophtalmopathie inflammatoire

    - Pour les adénomes à prolactine, corticotrope (maladie de Cushing), ou à hormone de croissance (acromégalie), voir les fiches respectives.


    Autres symptômes
    / signes cliniques en rapport avec des signes locaux régionaux de compression (tous types d'adénomes) :
    • Céphalées (maux de tête), troubles visuels par compression des voies optiques (anomalies du champ visuel, diminution de l’acuité visuelle), troubles oculaires moteurs par compression des nerfs moteurs oculaires en cas d’invasion d’un sinus caverneux.
    • Insuffisance des autres fonctions antéhypophysaires en cas de destruction de l’hypophyse normale, par une tumeur volumineuse.
  • Comment diagnostiquer un adénome hypophysaire ?

    Le diagnostic de dysfonction hormonale :            

    - Pour les adénomes gonadotropes
    • mesure de la LH, FSH, de la sous-unité alpha, oestradiol (chez la femme), testostérone (chez l’homme), de base et éventuellement après stimulation par la TRH (Thyrotropin Releasing Hormone).
    - Pour les adénomes thyréotropes :
    • augmentation de la T4 libre, de la TSH, de la sous-unité alpha, de base et éventuellement après stimulation par la TRH,
    • diminution de la T4 libre, et de la TSH, après freination par les analogues de la Somatostatine.
    - Pour les adénomes à prolactine, corticotrope (maladie de Cushing), ou à hormone de croissance (acromégalie), voir les fiches respectives.


    Le diagnostic et l’évaluation de la tumeur hypophysaire reposeront sur :
    • l’imagerie (IRM hypophysaire), pour mettre en évidence l’adénome hypophysaire et apprécier ses caractéristiques (volume, signes d’invasion et/ou de compression).
    • L’examen ophtalmologique, appréciant le champ visuel et l’acuité visuelle.
    • L’évaluation de la fonction antéhypophysaire globale, à la recherche de signes déficitaires associés sur les autres fonctions.
  • Comment soigner un adénome hypophysaire ?

    Les traitements sont différents, selon les causes :
    • Pour les adénomes gonadotropes : il n’y a pas de traitement médicamenteux. Le plus souvent le traitement sera neurochirurgical, éventuellement complété par la radiothérapie.
    • Pour les adénomes thyréotropes : les médicaments analogues de la Somatostatine sont très efficaces pour freiner la TSH tumorale et normaliser la T4 libre ; mais ce traitement n’est que suspensif. Le plus souvent le traitement de première ligne sera donc aussi neurochirurgical.
    • Pour les adénomes à prolactine, à hormone de croissance (acromégalie), corticotrope (maladie de Cushing).
Je télécharge la fiche

Les autres maladies endocriniennes et métaboliques

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/11/2019
Il y a 5 ans, les premiers symptômes apparaissent pour Iris* : état dépressif, prise de poids inexpliquée, bouffées de chaleur, fatigue intense, douleurs… De médecin en médecin, Iris écume les différents diagnostics et se décourage quant à l’idée...
Lire la suite...
Actualité du 28/12/2018
Firendo : filière spécialisée dans les maladies endocriniennes rares Labellisée depuis 2014, Firendo centralise 21 centres de référence, 174 centres de compétence, 18 associations de patients* ainsi que de nombreux laboratoires...
Lire la suite...