image Maladies du système nerveux

Lésions cérébrales épileptogènes

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 29 décembre 2017- Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Définition lésions cérébrales épileptogènes

    Certaines malformations, tumeurs ou lésions du cerveau peuvent entraîner une épilepsie. Lorsque les crises d’épilepsie ne sont pas efficacement prévenues par les médicaments antiépileptiques, on parle alors d’épilepsie « pharmacorésistante ». Il est assez fréquent que l’épilepsie se déclare durant l’enfance, l’adolescence ou à l’âge de jeune adulte. Les entités les plus fréquemment responsables d’épilepsie sont : les scléroses hippocampiques, les dysplasies corticales, les tumeurs dysembrioplasiques neuroépithéliales (DNET), les gangliogliomes et les cavernomes.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    L’épilepsie peut dégrader sérieusement la qualité de vie de celui qui en souffre. Dans la prise en charge, il faut prendre le temps de voir si une évolution favorable est possible, sans nécessairement passer par la chirurgie, d’autant que les interventions sur le cerveau ne sont jamais bénignes. Tout l’enjeu est donc de bien choisir le moment, et de mesurer au mieux le rapport entre les avantages et les risques de tel ou tel traitement. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait pertinent. Il permet au patient de recevoir l’information nécessaire pour prendre part, de ma-nière éclairée, à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique adaptée à sa situation.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Que peut-on faire pour réduire l’intensité et la fréquence de mes crises ?
    • Puis-je me satisfaire d’un traitement médical ?
    • Suis-je éligible à une opération chirurgicale ?
    • Quelle est la technique chirurgicale la plus appropriée à mon cas ?
    • En quoi consistera l’intervention ?
    • Quels sont les risques de l’intervention ?
    • Pourrai-je retrouver une vie normale après l’intervention ?
    • Existe-t-il des risques à ne pas me faire opérer ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    Un neurologue spécialisé en épileptologie, c’est le médecin spécialiste du système nerveux. Il confirmera le diagnostic à l’aide de l’examen clinique et des examens complémentaires. Il prescrira les traitements antiépileptiques. En cas d’échec de la prise en charge médicale, il pourra vous adresser au chirurgien.

    Un neurochirurgien spécialisé dans la chirurgie de l’épilepsie. C’est lui qui posera l’indication opératoire au cours d’une concertation pluridisciplinaire, qui décidera de la technique la plus appropriée et qui réalisera l’intervention.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour lésions cérébrales épileptogènes
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes lésions cérébrales épileptogènes

    Les crises épileptiques peuvent être soit partielles (résultant d’un foyer épileptogène isolé), soit généralisées (résultant de l’hyperexcitation de l’ensemble des neurones du cerveau).

    Les crises partielles peuvent se dérouler sans (crise partielle simple) ou avec (crise partielle complexe) perte de contact. Elles peuvent comporter des mouvements automatiques (gestuels, buccaux, verbaux), des clonies, des troubles du langage, une confusion… Les crises peuvent se dérouler avec ou sans facteurs déclenchant (dette de sommeil, prise d’alcool…).

    La fréquence des crises, au mieux rapportée dans un agenda des crises, est fondamentale à l’évaluation de l’épilepsie.

  • Diagnostic lésions cérébrales épileptogènes

    L’interrogatoire est primordial pour diagnostiquer l’épilepsie. L’électro-encéphalogramme (EEG) couplé avec un enregistrement vidéo des crises (EEG-Vidéo) est fondamental pour porter le diagnostic d’épilepsie. Une IRM cérébrale est demandée à la recherche d’une lésion ou d’une malformation qui serait responsable de cette épilepsie. D’autres examens d’imagerie nucléaire (PET-IRM et SPECT) peuvent être réalisés pour visualiser la zone responsable de l’épilepsie.

  • Traitement lésions cérébrales épileptogènes

    Le choix du traitement dépend :

    • De l’intensité des crises
    • De la fréquence des crises
    • De l’efficacité du traitement médicamenteux antiépileptique
    • Du retentissement de la pathologie sur la vie quotidienne
    • D’éventuelles autres pathologies associées
    • De l’âge du patient
    • De ses antécédents médicaux et familiaux
    • De son état de santé général

    Les différents traitements.
    Il existe de nombreuses classes de traitements antiépileptiques, ainsi que de nombreuses associations possibles entre eux. La pharmacorésistance se définit par l’essai de plusieurs molécules de classes différentes sur une période minimale de deux ans.

    Lorsque l’épilepsie s’avère pharmacorésistante, le cas du patient se doit d’être analysé par une équipe compétente en chirurgie de l’épilepsie (généralement en CHU) afin de débuter un bilan préchirurgical qui aura pour but de définir si cette épilepsie est opérable ou non.

    Le traitement chirurgical peut, selon les cas, être :

    - une résection de la zone du cerveau ou de la lésion responsable de l’épilepsie,

    - un traitement par radiochirurgie au Gamma Knife. Il s'agit d'une technique d'irradiation très précise réalisée après la pose d’un cadre de stéréotaxique sur le crâne du patient. Ce traitement est non-invasif, mais a les inconvénients d’avoir des effets retardés dans le temps et d’être moins efficace que la chirurgie conventionnelle.

    - une neurostimulation dans les cas où la zone responsable de l’épilepsie n’est pas accessible à une chirurgie ciblée.

Télécharger la fiche

Les autres maladies du système nerveux

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...