image Maladies du système nerveux

Cavernome

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 13 décembre 2018- Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Définition cavernome

    Le cavernome est également appelé angiome cérébral. Il s’agit d’une malformation des vaisseaux sanguins du cerveau, qui se dilatent et s’agglomèrent de façon anormale, sous la forme de petites cavités, ou cavernes (d’où leur nom). Concrètement, le cavernome prend plus ou moins la forme d’une framboise, et est constituée d’une multitude de petits vaisseaux enchevêtrés. La taille d’un cavernome peut varier de quelques millimètres à plusieurs centimètres.

    La principale complication d’un cavernome est qu’il risque d’entrainer un saignement, lequel se produit, le plus souvent, à l’intérieur dudit angiome cérébral. Cependant les parois du cavernome sont fragiles et peuvent se rompre sous la pression. Le saignement se poursuit alors à l’extérieur et on assiste à une hémorragie cérébrale qui peut endommager les structures alentours. La fréquence de cette complication est estimée à 3% des cas par an. Quand il ne saigne pas, le cavernome peut également entraîner des troubles neurologiques, du simple fait qu’en grossissant, il comprime certaine zones du cerveau. Toutefois, seule une petite minorité des cavernomes (10%) provoque des troubles. La grande majorité des cavernome reste silencieuse. C’est pourquoi, bon nombre de personnes ignorent qu’elles sont porteuses de cette anomalie.

    On connaît mal l’origine d’un cavernome. Dans 80% des cas, il s’agit, d’une anomalie qui survient par hasard et peut être découverte fortuitement si elle ne se traduit par aucun symptôme. Les 20% restants sont d’origine génétique, et se transmettent par le mode autosomique dominant (la moitié des descendants portera le gène malade). Cette forme familiale de cavernome est la conséquence de la mutation d’un gène, qui jouerait un rôle dans la formation des vaisseaux sanguins chez l’embryon.

    On estime qu’en France, le nombre de personnes porteuses d’un cavernome non génétique se situe entre 1 cas sur 1000 et 1 cas sur 200, ce qui en fait une anomalie très fréquente. Les cavernomes touchent majoritairement l’adulte et on les découvre en général entre 30 et 40 ans. Ils affectent autant les hommes que les femmes et représenteraient entre 5 et 10 % de l'ensemble des malformations vasculaires cérébrales.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Dans le cadre d’un cavernome, un deuxième avis semble tout à fait pertinent, compte tenu de la délicatesse d’une intervention sur le cerveau. Même si les progrès de la médecine ont considérablement réduit le risque de complication, la chirurgie du cerveau n’est pas sans risque et certaines zones du cerveau peuvent subir des dommages irréversibles. Il est donc nécessaire, avant de prendre une décision, de bien comprendre les enjeux de l’opération, mais aussi les complications potentielles que peut engendrer votre cavernome, afin d’évaluer au mieux le rapport risques / bénéfices d’une telle intervention.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189

    Témoignage

    Écoute. C'est comme un rendez vous sans le délai d'attente sans le deplacement. Pas l'impression de poser de questions mal perçues

    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Où se situe mon cavernome ?
    • Quelle est sa taille ?
    • Continue-t-il de grossir ?
    • Quels sont les risques qu’il peut engendrer ?
    • Doit-on intervenir, ou peut-on se contenter d’une simple surveillance ?
    • Quel type d’opération est préférable dans mon cas ? Chirurgie ou radiochirurgie ?
    • Comment se déroule l’intervention chirurgicale ? Quels sont les risques ?
    • En quoi consiste la radiochirurgie ? Quelles sont les complications possibles ?
    • Quel suivi doit-on mettre en place ?
    • Existe-t-il des mesures préventives que je peux prendre ?
    • Dois-je changer de mode de vie ?
    • On m’a diagnostiqué une forme familiale de cavernome, quels risques ai-je de le transmettre à mes futurs enfants ?
    • Peut-on dépister un éventuel cavernome chez mes enfants avant que les symptômes se manifestent ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez ...

    Quels spécialistes consulter?

    Un neurologue. C’est le spécialiste du système nerveux (cerveau, moelle épinière et nerfs). 

    Un neurochirurgien. Il est le chirurgien spécialisé dans les opérations du système nerveux.

    Il existe une filière santé maladies rares qui s’occupe des maladies rares du système nerveux central, et qui traite les cavernomes : Brain Team. Pour savoir ce qu’est une filière de maladies rares, mieux connaître Brain Team et identifier ses centres de prise en charge, rendez-vous sur notre article de blog : à qui s’adresser en cas de maladie rare du système nerveux central.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour cavernome
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes cavernome

    Le plus souvent, cette malformation ne provoque aucun symptôme. Quand le cavernome se manifeste, c’est généralement sous la forme de crises d’épilepsie, qui sont souvent récurrentes, fréquentes et résistantes aux médicaments antiépileptiques. Il peut aussi être à l’origine de divers troubles neurologiques comme des maux de tête parfois violents, des vertiges, des troubles de la vision, de la parole, de la sensibilité ou de la motricité au niveau des membres. Ces manifestations varient selon la taille et la localisation du cavernome. Au-delà de ces signes neurologiques, on observe parfois l’apparition de taches rouges sur la peau. Ces manifestations cutanées concernent davantage les formes familiales de cavernome.

  • Diagnostic cavernome

    Le médecin diagnostique la présence d’un ou plusieurs cavernomes en pratiquant une IRM cé-rébrale. Du fait de l’aspect très caractéristique du cavernome, le diagnostic ne présente pas de difficulté particulière. L’IRM permet également de détecter si le cavernome a déjà entraîné un saignement.

  • Traitement cavernome

    Le choix du traitement dépend

    • De la taille du cavernome
    • De sa localisation dans le cerveau
    • De sa forme (familiale ou non)
    • Des éventuels saignements qu’il provoque ou qu’il a provoqués
    • De vos différents symptômes ressentis
    • De vos antécédents médicaux et familiaux 
    • De votre âge
    • De votre état de santé général


    Traitement.

    La chirurgie est le seul traitement curatif des cavernomes. Mais comme l’intervention n’est pas anodine, le chirurgien n’intervient que si le cavernome provoque des saignements fréquents, s’il entraîne des crises d’épilepsies ou des troubles neurologiques, ou si sa taille a augmenté. Il faut également que le cavernome soit accessible, pour éviter tout risque de dommages dans le cerveau. Le but de l’intervention est de retirer totalement le cavernome. Elle est réalisée sous anesthésie générale. Le chirurgien repère précisément la localisation du cavernome, parfois à l’aide d’un système informatisé appelé «neuronavigation» (sorte de GPS du cerveau). Puis il incise successivement la peau, l’os, et les méninges (c’est-à-dire l’enveloppe du cerveau). Arrivé à ce stade, il peut retirer le cavernome.

    Lorsque la chirurgie n’est pas envisageable, le chirurgien peut proposer des séances de radiochirurgie. Cela consiste à appliquer une dose de rayons ciblés sur le cavernome. Cependant, l’efficacité de cette méthode ne fait pas l’unanimité auprès des médecins, et elle peut entrainer certaines complications, voire provoquer l’apparition de nouveaux cavernomes.

    Les médicaments sont inefficaces sur les cavernomes, mais permettent, selon les cas, de traiter les crises d'épilepsie et les maux de tête.

    Enfin, dans certaines situations, notamment en l’absence de symptôme, le médecin privilégie une simple surveillance.

Télécharger la fiche

Les autres maladies du système nerveux

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 13/12/2018
Brain Team : filière spécialisée dans les maladies rares du système nerveux central Labellisée en 2014, Brain Team regroupe 30 centres de référence, 142 centres de compétence et 26 associations de patients* ainsi que des laboratoires de diagnostic...
Lire la suite...
Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a...
Lire la suite...