image Maladies des os, des articulations et des muscles

Problèmes de jambe secondaires à un traumatisme chez l'enfant

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 14 août 2018

  • Définition problèmes de jambe secondaires à un traumatisme chez l'enfant

    Tout au long de la croissance, les os grandissent et grossissent. C’est pourquoi le squelette de l’enfant est spécifique et différent de celui de l’adulte. Deux éléments en particulier, sont à prendre en considération après un traumatisme. D’une part, le squelette de l’enfant est doté d’un cartilage de croissance. Situé aux extrémités des os longs, il permet aux os de grandir dans le sens de la longueur. Pendant les 15 premières années de la vie, le cartilage de croissance ne cesse d’évoluer. La deuxième particularité du squelette de l’enfant réside dans le périoste. C’est la membrane qui recouvre les os longs et les os plats. Chez l’enfant, le périoste est plus épais que chez l’adulte. Il joue un rôle de facilitateur dans la consolidation d’une fracture par exemple. Ces spécificités confèrent au squelette de l’enfant des propriétés particulières. Cela permet d’expliquer pourquoi certains traumatismes de la jambe sont spécifiques à l’enfant, tout comme peuvent l’être les problèmes qui font suite à ces traumatismes.

    L’os de l’enfant est plus vulnérable que celui de l’adulte. Les traumatismes les plus fréquemment rencontrés sur leurs jambes sont les fractures. Parmi celles-ci, il y a le décollement épiphysaire (qui correspond à une fracture du cartilage de croissance) et les fractures diaphysaires, qui affectent la partie médiane des os longs. Mais les enfants et les adolescents ne sont pas épargnés par les luxations de la rotule ou les blessures du ligament croisé antérieur. En revanche, les ruptures musculaires et les entorses sont exceptionnelles du fait de l’élasticité des ligaments et de la flexibilité du cartilage de croissance.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    L'enfant n'ayant, par définition, pas terminé de grandir, un second avis peut s'avérer très intéressant. Compte tenu de la spécificité du squelette enfantin, l'enjeu du traitement est double. D'une part, il faut préserver au maximum le potentiel de croissance de l'enfant. D'autre part, il faut éviter que le traumatisme conduise plus tard à un déficit fonctionnel. En effet, les différents problèmes secondaires à un traumatisme de la jambe surviennent parfois tardivement. C'est pourquoi il s'agit d'être vigilant en amont, au moment du traumatisme lui-même. Un second avis vous permettra de vous renseigner sur les éventuelles futures séquelles du traumatisme et sur les traitements appropriés pour les éviter. Si d'aventure, des complications surviennent malgré tout, le deuxième avis est toujours aussi pertinent. Il vous permettra de préciser le diagnostic et de vous informer sur les solutions existantes. Vous serez ainsi mieux armé pour participer, de manière éclairée, à l'élaboration d'une stratégie thérapeutique adaptée.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Le traumatisme de mon enfant a engendré quel type de problème ?
    • Quel est le traitement approprié ?
    • Peut-on éviter de recourir à la chirurgie ?
    • Mon enfant pourra-t-il retrouver une jambe aussi fonctionnelle qu'avant ?
    • Va-t-il garder des séquelles ?
    • Combien de temps va durer le traitement ?
    • Pourra-t-il continuer à pratiquer du sport ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez ...

    Quels spécialistes consulter?

    Le médecin référent pour les problèmes de jambes secondaires à un traumatisme chez l’enfant est un chirurgien orthopédiste. Il s’agit du chirurgien spécialiste des maladies des os, des articulations, des tendons, muscles et ligaments.
    image de docteur
    1
    médecin expert
    pour problèmes de jambe secondaires à un traumatisme chez l'enfant
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes problèmes de jambe secondaires à un traumatisme chez l'enfant

    Si les traumatismes de la jambe de l’enfant diffèrent de ceux de l’adulte, on peut logiquement en déduire que les problèmes secondaires à ces traumatismes diffèrent également. Une lésion qui touche le processus de croissance de l’enfant peut avoir des conséquences futures irréversibles. Les traumatismes peuvent entraîner plus tard un déficit fonctionnel de la jambe. Les séquelles sont souvent révélées tardivement. Parmi les problèmes les plus souvent rencontrés on retiendra :

    • L’épiphysiodèse. Elle désigne la disparition précoce du cartilage de croissance. Plus l’enfant est jeune, plus l’épiphysiodèse est grave. Cela entraîne un trouble de la croissance de l’os et donc éventuellement une inégalité de longueur entre les deux membres inférieurs. Elle peut également causer un défaut dans l’alignement des os.
    • Le syndrome des loges. C’est une des complications sérieuses des fractures des jambes. Lorsqu’un hématome se crée dans une loge musculaire, cela provoque un manque de place. La pression interne augmente. Cela provoque des lésions des muscles et des nerfs. Un syndrome des loges aigu, qui n’est pas pris en charge dans les plus brefs délais, peut conduire à une perte de fonction de l’extrémité de la jambe concernée, voire à l’amputation.
    • La gonarthrose. Les fractures du genou ou les blessures du ligament croisé antérieur peuvent entraîner, plus tard, une arthrose du genou (ou gonarthrose). En particulier lorsque la consolidation de la fracture s’est faite alors que la jambe était dans une position vicieuse.
    • Une laxité chronique du genou. Elle est se manifeste par un genou qui se déboîte, ou qui ne tient pas. Cette laxité survient notamment quand l'enfant a subi des lésions ligamentaires.
    • La nécrose osseuse. Elle est rare chez l’enfant mais elle existe. S’agissant de la jambe, elle concerne plus particulièrement la tête fémorale. La destruction de l’articulation entraîne un gros déficit fonctionnel de la jambe.

  • Diagnostic problèmes de jambe secondaires à un traumatisme chez l'enfant

    Le diagnostic des problèmes de jambes secondaires à un traumatisme, chez l’enfant, repose tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie. Un temps est porté à l’étude des radiographies et examens d’imagerie antérieurement réalisés.

    Le chirurgien peut ensuite proposer de réaliser de nouveaux examens d’imagerie (radiographie, scanner, IRM) de la région atteinte.

    Un suivi à long terme est nécessaire.

  • Traitement problèmes de jambe secondaires à un traumatisme chez l'enfant

    Le choix du traitement dépend:

    • De l’âge de l’enfant
    • Du type de problème observé sur la jambe de l’enfant
    • Du type de traumatisme qui a causé le problème
    • Des antécédents orthopédiques de l’enfant
    • Du degré de douleur ressenti par l’enfant
    • De l’état de santé général de l’enfant
    • De ses antécédents médicaux et familiaux
    Le diagnostic et la prise en charge de l’enfant traumatisé sont différents de ceux d’un adulte. A cause de son squelette spécifique, l’enfant a besoin d’une prise en charge adaptée. L’objectif du traitement est de préserver au maximum son potentiel de croissance et d’éviter l’apparition de séquelles tardives.

    D’une manière générale, une large place est faite au traitement orthopédique. Ce traitement fait appel à différentes techniques non-chirurgicales, selon les problèmes à traiter.

    Lorsqu'elle est pratiquée, la chirurgie doit être la moins invasive possible afin de préserver le processus de croissance. C'est notamment le cas lorsque le chirurgien réalise une ostéosynthèse par exemple. (L’ostéosynthèse est le procédé qui permet de traiter des fractures ou des problèmes mécanique sur le squelette, à l'aide de matériaux externes comme des vis, des plaques, des clous… )

    Les traitements médicamenteux, notamment pour diminuer la douleur, ainsi que l’immobilisation tiennent également une grande place dans le traitement.

Télécharger la fiche

Les autres maladies de la jambe

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/06/2019
Alors qu’il était suivi pour dépression et anxiété, Lucian* a commencé à avoir des tremblements au niveau de son pied droit. Au fil du temps ses tremblements se sont étendus aux quatre membres. Lucian passe alors un data scan, un examen d’imagerie...
Lire la suite...
Actualité du 07/06/2019
Il y a une dizaine d’années, ce sont des essoufflements qui ont amené Suzanne* à consulter un médecin. Suite à une série d’examens, on lui a annoncé qu’elle est atteinte d’un rétrécissement aortique. Le diagnostic de...
Lire la suite...