L’histoire de Bénédicte, 62 ans souffrant d’un cancer du côlon

Par Nolwenn Degeselle le 12 février 2019
temoignage-cancer-du-colon
Cette semaine, nous souhaitons partager avec vous l’histoire de Bénédicte*, 62 ans, qui vit dans la campagne Bordelaise et à qui ses médecins ont annoncé qu’elle est atteinte d’un cancer du côlon.  


Le cancer du côlon également appelé cancer colorectal, est le troisième cancer le plus fréquent, il représente 50 % des cancers digestifs. Il se développe à partir des cellules qui recouvrent la paroi interne du côlon. Si certaines cellules cancéreuses se détachent de la tumeur située sur le côlon, elles peuvent créer des métastases dans les organes à proximité du côlon comme les ganglions lymphatiques, le foie, le péritoine, etc. Aujourd’hui les campagnes de dépistage se multiplient afin de mieux prévenir ce cancer : en effet, les patients détectés à un stade précoce ont de grandes chances de guérison.

Pour Bénédicte, l’annonce de ce cancer du côlon a été un véritable choc. Ayant perdu son mari des suites d’un cancer du poumon il y a quelques années, ce cancer du côlon lui fait peur. La surprise de cette annonce fut d’autant plus grande qu’elle ne ressentait aucun aucun symptôme. Ayant répondu “par bonne conscience” à une campagne de dépistage, elle ne s’attendait pas du tout à être positive au test. Au retour de ses analyses, les médecins de Bénédicte préconisent d’effectuer une coloscopie. Lors de cet examen, le chirurgien retire plusieurs polypes de son côlon et détecte des lésions cancéreuses à environ 15 cm de son anus, à la jonction entre le rectum et le côlon. Grâce aux examens complémentaires (IRM et scanner) effectués qui ne montrent aucune autre anormalité, l’équipe traitante est confiante : le diagnostic ayant été fait à temps, il y a de fortes chances pour Bénédicte de guérir de son cancer. La guérison de son cancer passe toutefois par une opération chirurgicale qui consiste à lui retirer la partie de son côlon touchée par les lésions cancéreuses, à compléter éventuellement par une chimiothérapie préventive. L’opération et le retrait d’une partie de son côlon sont très angoissants pour Bénédicte qui ne souhaite pas vivre avec un anus artificiel.

Un deuxième avis pour appréhender sereinement son traitement

Après s’être renseignée autour d’elle pour prendre un autre rendez-vous, et les délais dépassant plusieurs mois, Bénédicte s’est tournée vers deuxiemeavis.fr, un service inclus dans les garanties de sa complémentaire santé : une solution pour elle idéale car rapide et sans avance de frais.

Bénédicte pose alors toutes ses questions à un éminent spécialiste du cancer du côlon. En 24h, elle reçoit l’avis du médecin expert qui a analysé son dossier. Ce dernier est très rassurant et serein quant aux chances de guérison de Bénédicte. Il lui explique les modalités de son intervention qui se fait désormais par coelioscopie, ce qui signifie à l’aide de petits trous et d’une caméra, et qu’il n’y aura besoin d’une “poche” que si des fistules apparaissent après l’intervention ce qui ne se présente que rarement. La partie du côlon touchée par les lésions tumorales ainsi que les ganglions seront retirés et analysés. Et ce n’est que si l’analyse des ganglions se révèle anormale qu’une chimiothérapie complémentaire sera proposée. Pour prévenir tout risque de récidive, il préconise des scanners et échographies tous les 5 ans.


Les conclusions du médecin expert ont rassuré Bénédicte qui se sent désormais prête pour l’opération. Nous souhaitons à Bénédicte un bon rétablissement !

Si vous vous retrouvez dans l'histoire de Bénédicte, tout comme elle, demandez un deuxième avis sur votre maladie.

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier