image Tumeurs et Cancers

Cancer du poumon (adénocarcinome)

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 15 décembre 2017- Revue par Docteur Elizabeth Fabre

  • Définition cancer du poumon (adénocarcinome)

    On distingue généralement deux grands types de cancers pulmonaires : les cancers « à petites cellules » (qui représentent 20% des cas) et les cancers « non à petites cellules » (qui représentent 80% des cas), selon la taille des cellules tumorales observées au microscope. L’adénocarcinome est le type le plus courant de cancer du poumon « non à petites cellules ». Il affecte principalement les cellules situées sur la surface extérieure du poumon. Son incidence ne cesse de croître depuis près de 10 ans.

    L’adénocarcinome pulmonaire varie selon sa taille et sa rapidité de croissance. C’est pourquoi il existe plusieurs catégories d’adénocarcinome. On les classe généralement en fonction de la forme que prennent les cellules tumorales. Ainsi, lorsque celles-ci prennent la forme d’un petit sac, l’adénocarcinome est qualifié d’acineux. Lorsque les cellules présentent des saillies en forme doigt de gant, il est qualifié de papillaire, ou de micropapillaire si ces saillies sont très petites. Lorsque l’adénocarcinome possède des structures épaisses, il est qualifié de solide. Enfin, lorsqu’il combine plusieurs de ces aspects, on considère qu’il s’agit d’un adénocarcinome mixte.

    L’adénocarcinome touche en priorité les fumeurs. Le tabac est de loin le premier facteur de risque de ce type de cancer. Toutefois, l’adénocarcinome pulmonaire est aussi la variété de cancer du poumon la plus fréquente chez les non-fumeurs et chez les femmes. Dans certains cas, c’est l’exposition professionnelle à certaines substances chimiques (comme l’amiante, le radon, l’arsenic, le nickel, le goudron…) qui est à l’origine du cancer. L’âge moyen au moment du diagnostic est de 66 ans chez l’homme et 65 ans chez la femme.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    L’adénocarcinome pulmonaire est une maladie grave, qui peut engager le pronostic vital. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait légitime. Il vous permettra de confirmer un diagnostic (plus celui-ci est précoce, plus le traitement sera efficace), mais aussi de recevoir un surcroît d’information sur votre maladie et sur les traitements adaptés à votre situation. L’adénocarcinome est généralement soigné par la chirurgie. Les interventions ne sont pas anodines et, pour une acceptation optimale du traitement choisi, il est important que vous soyez bien au fait de la façon dont elles vont se dérouler et des suites opératoires qu’elles peuvent occasionner.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Quel est le stade de ma maladie ?
    • Quel est le traitement le plus approprié à mon cas ?
    • Quel type d’intervention chirurgicale va-t-on me proposer ? En quoi consiste-t-elle ?
    • La maladie peut-elle récidiver après le traitement ? Comment prévenir la récidive ? Quel suivi dois-je mettre en place après le traitement ?
    • Quel mode de vie dois-je adopter désormais ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

    Quels spécialistes consulter?

    L'adénocarcinome est souvent pris en charge de façon multidisciplinnaire le chirurgien thoracique, l’oncologue médical ou le pneumologue sont ceux qui peuvent être amenés à participer àala prise en charge.

    Le pneumologue est le spécialiste des pathologies du poumon et de leurs traitements (mais aussi les maladies des bronches et de la plèvre, en particulier celles liées au tabagisme).

    L'oncologue est le spécialiste du cancer et de ses traitements.

    Le radiothérapeute est le spécialiste des traitements par irradiation. Il répondra à vos questions liées à la radiothérapie, y compris celles relatives aux effets secondaires de la radiothérapie.

    Le chirurgien spécialisé en chirurgie thoracique est le spécialiste des interventions sur les différentes parties du thorax, et notamment sur les poumons. La chirurgie thoracique est le traitement de première intention dans le cas d’un adénocarcinome pulmonaire.

    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour cancer du poumon (adénocarcinome)
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes cancer du poumon (adénocarcinome)

    Les symptômes d'un adénocarcinome pulmonaire ne sont pas spécifiques à cette maladie, ce qui peut parfois retarder son diagnostic. Au début le cancer se manifeste par l’apparition d’une toux bronchite chronique, par des essoufflements, des crachats sanguinolents ou encore par des infections pulmonaires répétées.

    Ces symptômes respiratoires sont souvent associés à des symptômes plus généraux comme une perte d’appétit (et souvent de poids), une fièvre qui survient sans raison apparente, une grande fatigue. Dans un deuxième temps, d’autres signaux peuvent alarmer le patient: une respiration sifflante, des difficultés à avaler, ou encore une modification ou une extinction de voix liée à la compression d'un des nerfs des cordes vocales, mais aussi des douleurs thoraciques. Ces symptômes annoncent généralement une aggravation de la maladie.

  • Diagnostic cancer du poumon (adénocarcinome)

    Pour établir son diagnostic, le médecin commence par réaliser un examen clinique pour évaluer l’état général du patient. Puis, il effectue certains examens comme une radiographie des poumons ou un scanner thoracique, susceptibles de localiser d’éventuelles cellules tumorales. Enfin, le diagnostic peut être confirmé par une biopsie. Ce dernier examen consiste à prélever des tissus du poumon pour les analyser au microscope. Les prélèvements sont réalisés au cours d’une bronchoscopie, ou d’une biopsie guidée par scanner.

  • Traitement cancer du poumon (adénocarcinome)

    Le choix du traitement dépend

    • Du type histologique et des caractéristiques moléculaires du cancer,
    • De son stade (c’est à dire de son degré d’extension),
    • De l’état de santé général du patient
    • De ses antécédents familiaux et médicaux
    • Des autres maladies éventuelles du patient et de leurs traitements
    • De ses choix

    Les différents traitements.

    L’objectif du traitement est d’enlever la tumeur ou les métastases, de contrôler la propagation de la maladie, de prévenir les récidives, et bien sûr de traiter les symptômes. Plus la maladie est prise en charge de façon précoce, plus les chances de guérison augmentent.

    Il existe trois types de traitements dans le cas d’un adénocarcinome pulmonaire: la chirurgie, la radiothérapie et les traitements médicaux (comme la chimiothérapie).

    La chirurgie. En première intention, et si l’état du patient le permet, le médecin privilégiera la chirurgie pour traiter l’adénocarcinome pulmonaire. L’intervention a pour but d’enlever la tumeur dans sa totalité. Pour cela on pratique une lobectomie (c’est à dire l’ablation du lobe ou d’un segment du lobe) associée à un curage ganglionnaire. La lobectomie est habituellement réalisée sous anesthésie générale, par thoracotomie (qui correspond à l’ouverture de la cage thoracique). Le chirurgien peut également préconiser de faire une pneumonectomie. Il s'agit d'une ablation totale du poumon, où siège la tumeur.

    Une radiothérapie thoracique. Si la tumeur ne peut être retirée ou bien si le patient n’est pas en état d’être opéré, le médecin proposera d’administrer des rayons dans la région du thorax pour détruire les cellules cancéreuses. Ce traitement est proposé comme une alternative à la chirurgie, mais aussi parfois en complément de la chirurgie (lorsque la tumeur n’a pas pu être enlevée dans sa totalité).

    Une chimiothérapie adjuvante (réalisée après la chirurgie). C’est le traitement administré une fois que la tumeur a été retirée par la chirurgie. Elle est parfois proposée lorsque des facteurs de mauvais pronostic sont observés.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour tumeur respiratoire, cancer respiratoire

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...