Je découvre les experts

icône de la maladie "Nystagmus"Nystagmus

1|

Qu'est-ce que le nystagmus ?

Le nystagmus peut-être défini comme des mouvements involontaires des deux yeux, ou dans certains cas d’un seul œil. Il s’agit de mouvements rythmiques et oscillatoires. On observe deux types de nystagmus qui sont le nystagmus à ressort et le nystagmus pendulaire. Le premier est défini par une alternance de phase lente et de phase rapide et le deuxième par des oscillations de même vitesse, et plus précisément sinusoïdales. Les nystagmus verticaux sont extrêmement rares, dans la majorité des cas les mouvements sont de droite à gauche ou gauche à droite donc horizontaux. Ce nystagmus peut-être physiologique lorsque l’individu regarde un objet ou une image qui défile. Il est alors appelé nystagmus optocinétique. Il peut cependant dans quelques cas devenir pathologique lorsqu’il y a un déséquilibre au niveau du cerveau, de l’oreille interne, des voies de conduction entre l’œil et le cerveau ou tout simplement au niveau de l’œil. Ce nystagmus peut-être soit congénital, c’est-à-dire présent dès la naissance, soit acquis. Dans le cas d’un nystagmus central, il n’y aura pas d’oscillopsie. Une infection par un parasite, Toxoplasma Gondii, qui engendre la toxoplasmose, peut également mener à un nystagmus.

Un bilan ophtalmologique contributif peut être réalisé dès les premiers jours de vie et un traitement efficace mis en place dès cet âge-là. C’est pourquoi, il faut amener les enfants à consulter dès que l’on a des doutes sur l’état ophtalmologique de son enfant. Un strabisme permanent n’est jamais normal. Un strabisme intermittent n’est pas normal après l’âge de 6 mois. Dans tous ces cas, un bilan ophtalmologique doit être réalisé par un ophtalmologiste s’intéressant à l’enfant.

Ni l’opticien, ni l’orthoptiste n’ont les compétences pour le faire.
2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour le nystagmus ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour le nystagmus ?

Il existe de nombreuses étiologies au nystagmus. Les traitements diffèrent selon les causes, il est donc essentiel de ne pas se tromper dans l’origine du nystagmus. Un deuxième avis permet donc d’affirmer avec certitude l’origine du nystagmus et ainsi de mettre en place le traitement le plus approprié. De plus, il existe des diagnostics différentiels tels qu’un simple strabisme, un deuxième avis permet alors d’éviter de se tromper de pathologie et donc d’instaurer le plus précocement possible le traitement le plus approprié.

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

  • Quelles sont les conséquences et risques d’un nystagmus ?
  • De quel type de nystagmus suis-je atteint ?
  • Quel est le traitement le plus approprié dans le cas de mon nystagmus ?
  • Est-ce que mon nystagmus est d’origine génétique et peut donc être transmis à mes enfants?
  • Comment soulager les symptômes tels que la photophobie ou les vertiges ?

Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes du nystagmus ?

Les spécialistes à consulter dans le cadre d’un deuxième avis sont :
  • en premier lieu l’ophtalmologiste,
  • un orthoptiste qui permettra de mettre en place la rééducation,
  • un ORL, car le nystagmus peut être d’origine vestibulaire.
4|

Quels sont les symptômes du nystagmus ?

Les symptômes peuvent être très divers, allant de l’absence de symptôme apparent à une oscillopsie (perception erronée d’une instabilité de la scène visuelle) à la dégradation de l’acuité (aptitude des yeux à percevoir un objet se trouvant à la plus grande distance possible). Plus globalement, les symptômes apparents sont donc des oscillations des globes oculaires quel que soit le sens, des mouvements de différents types : pendulaires, à ressort, à vitesse variable, uni ou bidirectionnels. Une diminution des perceptions et de l’acuité visuelle peut également être évocatrice d’un nystagmus. Le nystagmus est fréquemment associé à un strabisme et à une photophobie (sensibilité accrue voir intolérance à la lumière), des vertiges ou un torticolis.
5|

Comment diagnostiquer le nystagmus ?

Le diagnostic va tout d’abord consister en un examen clinique en constatant les oscillations ophtalmiques. Cela permet en effet d’observer si les mouvements sont verticaux, horizontaux, bi ou unidirectionnels, ce qui différencie les différents types de nystagmus. Il s’agit donc de bilans ophtalmologiques et orthoptiques qui mettent en évidence les mouvements anormaux du globe oculaire. Un interrogatoire précis du patient est également mis en place, notamment en lui demandant s’il a régulièrement :

  • des troubles de l’équilibre,
  • des signes d’atteinte cochléaire (la cochlée est un organe situé dans l’oreille interne, des signes d’atteintes cochléaires signifient donc des signes de l’audition),
  • des vertiges, ce qui orienterait vers un nystagmus d’origine vestibulaire.

Il convient également d’effectuer certains examens vestibulaires cliniques tels que l’épreuve de Romberg (qui consiste à mettre le patient debout, les yeux fermés, bras le long du corps : il se produit alors des mouvements d'instabilité puis une chute du côté atteint) ou l'épreuve de Fukuda (le sujet marche sur place 30 fois les yeux fermés et lorsque l’atteinte est périphérique le sujet dévie du côté du labyrinthe pathologique).

Ces deux examens servent donc à déterminer l’origine vestibulaire du nystagmus et si l’atteinte est périphérique ou centrale. Dans le cas d’une suspicion de nystagmus dû à la toxoplasmose, une sérologie s’avère nécessaire. Vérifier la bonne audition du patient permet également de faire la différence entre différents nystagmus, par exemple entre un nystagmus vestibulaire central ou périphérique (seul le périphérique mènera à des troubles de l’audition).

6|

Comment traiter le nystagmus ?

Plusieurs types de traitements peuvent être utilisés : soit les traitements chirurgicaux, soit orthoptiques ou par toxine botulique, soit pharmacologiques.

  • Le traitement pharmacologique diffère selon qu’il s’agit d’un nystagmus vertical, alternant périodique, à bascule, pendulaire, une myokimie de l’oblique supérieur ou des oscillations saccadiques.
  • Le traitement chirurgical consiste en la transposition du grand oblique (myokimie), la ténotomie seule (section chirurgicale d’un tendon) ou à ramener l’œil en position d’annulation du nystagmus.
  • Le traitement orthoptique et toxine repose sur plusieurs concepts : la réadaptation, la stimulation électrique/vibration du cou/front, des lentilles de contact seules, des verres grossissant cumulés aux lentilles de contact et des positions de repos dans le cas de nystagmus congénitaux.
  • Le traitement optique (de la myopie, hypermétropie) en complément du traitement du nystagmus est également primordial et contribue au bon fonctionnement du traitement de fond.

De plus, afin d’améliorer la statique corporelle ainsi que la vision chez l’enfant atteint de nystagmus, il convient de neutraliser les torticolis forts de manière chirurgicale. Dans l’ensemble, la prise en charge de cette pathologie a pour but une amélioration du confort du sujet en apaisant les symptômes et en traitant les causes.

Mise à jour le 03/08/2021 Revue par le Professeur Alain Pechereau

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Deuxième avis médical : quels avantages ?

Deuxième Avis

Deuxième avis médical : quels avantages ?

Par Mathilde Lamolinerie le 08/01/2020

Laparotomie, la chirurgie à « ventre ouvert »

Traitements et examens

Laparotomie, la chirurgie à « ventre ouvert »

Par Marion Berthon le 01/12/2021

Les bêtabloquants, qu'est ce que c'est ?

Orientation, information, accompagnement

Les bêtabloquants, qu'est ce que c'est ?

Par Marion Berthon le 29/11/2021

L’écho-doppler vasculaire en 5 questions

Cardiovasculaire

L’écho-doppler vasculaire en 5 questions

Par Philippine Picault le 24/11/2021

Je découvre le blog

Découvrez nos webinaires

webinaire cancer de la prostate
Webinaire
Adénome et cancer de la prostate :
Comment éviter l’opération ?
Jeudi 25 novembre 2021 de 18h à 19h
Ça m’intéresse
Vous avez manqué un webinaire ?
Revoyez les en replay
Voir tous nos webinaires

Maladies des yeux :

  • Cataracte de l'enfant
  • Glaucome
  • Cataracte
  • Strabisme
  • Hypertonie oculaire
  • Implant oculaire
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q
Logo de deuxiemeavis.fr

Un service patient
est là pour vous accompagner

Un service patient est là pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 9h à 18h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avisLes médecins expertsLes maladiesLa prise en chargeTémoignagesBlog
Mentions légales Politique de confidentialitéC.G.S

Copyright © Carians 2021, Tous droits réservés - Carians - Deuxiemeavis.fr - 1 boulevard Pasteur 75015 Paris

Rejoignez-nous !

Marion