Je souhaite l'avis d'un expert

icône de la maladie "Vertiges"Vertiges

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

1|

Les vertiges : de quoi s'agit-il ?

Le vertige est une illusion de déplacement de l'environnement autour de soi. Cette sensation vertigineuse peut être aussi définie comme une sensation d’instabilité de soi-même dans l’espace. Ce trouble est fréquent puisque environ 5 % de la population est concernée par ces sensations vertigineuses.

Ce trouble de l’équilibre qu’est le vertige résulte d’une atteinte ou d’un dysfonctionnement au niveau du système responsable du maintien de l’équilibre. Cet équilibre repose sur plusieurs paramètres essentiels et tout particulièrement sur le système vestibulaire. Le vestibule, qui se situe au niveau de l’oreille interne, permet de capter les différents mouvements de la tête dans l’espace puis de transmettre ces différentes informations, à l’aide du nerf vestibulaire et d’autres voies nerveuses, aux aires du cerveau contrôlant l’équilibre. Le dysfonctionnement du système vestibulaire à l’origine de la sensation de vertige peut donc avoir plusieurs origines : une origine périphérique au niveau du vestibule lui-même ou du nerf vestibulaire, ou une origine centrale résultant d’une atteinte au niveau des aires cérébrales (tronc cérébral ou cervelet qui sont les centres d'intégrations et de contrôle de l’équilibre). En résumé, un vertige résulte d’un problème au niveau de l’une de ces différentes étapes : vestibule, voies nerveuses ou aires cérébrales.

Il existe différentes causes de vertiges comme :
  • Le vertige paroxystique positionnel bénin : c’est la cause de vertige la plus fréquente chez l’adulte. Dans le vertige positionnel, il y a une accumulation de lithiases (calculs) dans un des trois canaux semi-circulaires qui composent le vestibule, ce qui provoque la sensation de vertige.
  • La migraine : il s’agit de la cause de vertige la plus fréquente chez l’enfant.
  • La maladie de Ménière : dans cette maladie, il y a une accumulation d'endolymphe (liquide présent dans l’oreille interne en condition physiologique). Ce liquide s’accumule suite à un défaut de résorption, ce qui provoque une surpression dans l’oreille qui peut être responsable de vertige.
  • Le schwannome vestibulaire : aussi appelé à tort “neurinome de l’acoustique”, il s’agit d’une tumeur bénigne qui se développe sur le nerf vestibulaire ce qui provoque le vertige.
  • La névrite vestibulaire : qui correspond à une inflammation, suite à une infection virale, du nerf vestibulaire responsable du contrôle de l’équilibre.
  • Un AVC (accident vasculaire cérébral) ou AIT (accident ischémique transitoire) : notamment au niveau du cervelet ou au niveau du tronc cérébral, ce qui va endommager de manière permanente (AVC) ou transitoire (AIT) les centres de contrôle de l’équilibre et donc provoquer un vertige.
Des traumatismes de l’oreille, des otites chroniques ou encore certains médicaments peuvent aussi donner des vertiges.

Le vertige est un symptôme qui, à terme, peut devenir invalidant, anxiogène et peut ainsi dégrader la qualité de vie, il peut être à l’origine d’un handicap socio-professionnel.
2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour les vertiges ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour les vertiges ?

L'intérêt d’un deuxième avis dans le cadre du vertige est multiple. Dans un premier temps, une myriade de causes peuvent être à l’origine d’un vertige, consulter pour un deuxième avis peut donc être pertinent pour éviter les erreurs diagnostiques et confirmer la cause précise responsable de ce vertige. La confirmation du diagnostic repose sur la réalisation d’un examen clinique minutieux et à l’aide d'examens complémentaires pertinents. Une fois le diagnostic étiologique précis établit, un deuxième avis peut aussi être intéressant afin que le patient comprenne bien sa pathologie ainsi que les enjeux de celle-ci et son pronostic. Un deuxième avis peut être utile afin que le spécialiste présente l’ensemble de l’arsenal thérapeutique à sa disposition et qu’il oriente le patient vers les soins et traitements les mieux adaptés à son cas personnel. Il est aussi important qu’il comprenne bien les traitements entrepris et qu’il y adhère pleinement pour une prise en charge optimale. Certains vertiges récidivent malgré les traitements réalisés, le spécialiste pourra aussi suivre de près l’évolution des vertiges et sera présent tout au long de ceux-ci et tout particulièrement en cas de récidive.


Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

  • Est-on certain de mon diagnostic ?
  • Quelle est la cause de mon vertige ?
  • Comment risque d’évoluer mon vertige ?
  • Mon vertige est-il associé à un bon pronostic ?
  • Quels sont les risques associés au vertige ?
  • Une surdité peut-elle survenir ?
  • Mes traitements doivent-ils être pris à vie ?
  • Existe-t-il des effets secondaires liés au traitement ?
  • Peut-on prévenir les crises vertigineuses ?
  • Existe-t-il des règles hygiéniques ou diététiques pour réduire les sensations vertigineuses ?
Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.
3|

Quel est le spécialiste des vertiges ?

Le spécialiste des vertiges à consulter pour un deuxième avis est le neurologue ou l’ORL (oto-rhino-laryngologiste).
4|

Quels sont les symptômes des vertiges ?

Le symptôme présent dans tous les cas est une sensation vertigineuse qui se traduit par une sensation de perte d’équilibre et d’illusion de déplacement de l'environnement autour de soi. Différents symptômes peuvent accompagner le vertige comme par exemple des nausées, des vomissements, des maux de tête, un nystagmus (mouvements saccadés et involontaires des yeux) ou encore des troubles de la marche. La symptomatologie peut aussi varier en fonction de la cause précise du vertige. Dans le vertige positionnel paroxystique bénin, la sensation vertigineuse ne dure que quelques secondes et celle-ci est provoquée par des changements de positions rapides et stéréotypés de la tête (comme se retourner dans son lit par exemple). Dans la maladie de Menière ou le schwannome vestibulaire, le vertige dure quelques heures et s’accompagne de signes otologiques comme des acouphènes (bourdonnements dans l’oreille), une sensation de plénitude de l’oreille, et même une perte d’audition par exemple.

La migraine est une autre cause de vertige qui peut durer de quelques minutes à quelques heures, elle s’accompagne d’autres symptômes comme des maux de tête, une phonophobie (intolérance au bruit) ou une photophobie (intolérance à la lumière) et éventuellement d’une aura visuelle (hallucinations visuelles avec par exemple une vision floue, des scintillements, des taches ou lignes dans le champ visuel, …).

Dans la névrite vestibulaire, le vertige peut durer jusqu’à quelques jours, on parle alors de “grand vertige durable”, tout comme dans l’AVC du cervelet. Dans ce dernier cas, des signes neurologiques en lien avec des lésions au niveau du cervelet seront au premier plan.
5|

Comment diagnostiquer les vertiges ?

Pour faire le diagnostic de vertige, différents examens pourront être effectués notamment un examen clinique vestibulaire, otologique et neurologique.

L’examen vestibulaire recherchera la présence notamment d’un nystagmus (mouvement anormal des globes oculaires) avec une vidéonystagmoscopie et d’un trouble de l’équilibre.

L’examen otologique se compose d’un examen audiométrique (afin de dépister une baisse de l’audition) et d’une otoscopie (examen permettant de visualiser l’intérieur de l’oreille).

Et enfin l’examen neurologique recherchera des signes neurologiques pouvant accompagner le vertige.

En fonction des premiers résultats d’autres examens sont éventuellement réalisés : vidéonystagmographie, posturographie...

En cas de suspicion d’un AVC ou d’un schwannome vestibulaire, un examen d’imagerie sera indispensable. Il s’agit ici de l’IRM (imagerie par résonance magnétique). Cet examen extrêmement précis et non irradiant permet de visualiser l’AVC ou la tumeur bénigne qu’est le schwannome.

Il existe des diagnostics différentiels, c’est-à-dire des diagnostics à ne pas confondre avec le vertige notamment le malaise lipothymique qui est un malaise sans perte de connaissance ou le vertige “des hauteurs” qui est un faux vertige d’origine phobique par exemple. Les examens précédemment décrits permettent d'éliminer ces autres diagnostics.
6|

Comment soigner les vertiges ?

Dans un premier temps, il existe des traitements symptomatiques à savoir :
  • des antivertigineux contre la sensation propre du vertige,
  • des anti-émétiques pour lutter contre les nausées et les vomissements,
  • des anti-migraineux contre les maux de tête accompagnant parfois le vertige.
Dans un second temps, il existe des traitements étiologiques, qui varient donc en fonction de la cause du vertige.

Pour le vertige positionnel paroxystique bénin, le traitement repose sur des manœuvres de kinésithérapie. Ces manœuvres manipulant la tête visent à faire bouger les cristaux (ou lithiases) accumulés et de les répartir uniformément dans l’oreille.

Dans la maladie de Ménière, dans un premier temps, des mesures d’hygiène de vie sont indispensables comme la relaxation, mieux dormir ou faire du sport, réduire les apports en sel. Dans le cadre de cette maladie, les crises vertigineuses étant souvent déclenchées par le stress, il sera pertinent d’envisager au cas par cas une psychothérapie. Un geste chirurgical peut aussi être envisagé dans cette pathologie. D’autres traitements médicamenteux seront ensuite utiles comme ceux décrits précédemment (antivertigineux, …).

La névrite vestibulaire, autre cause de vertige, guérit sans traitement. En attente de la guérison spontanée, une rééducation vestibulaire ainsi que des traitements anti-vertigineux peuvent être utiles.

Dans le cas du schwannome vestibulaire, le traitement chirurgical visant à enlever la tumeur reste le plus efficace.
7|

Auteur de la fiche

Le Docteur Didier Bouccara est oto-rhino-laryngologiste, Praticien Hospitalier à l’Hôpital Européen George Pompidou à Paris, dans le service ORL et chirurgie cervico-faciale.

Le Docteur Didier Bouccara est tout particulièrement spécialisé dans la prise en charge des maladies sensorielles ORL (surdités, acouphènes, troubles de l'équilibre et vertiges).

Membre du conseil d’administration du collège français d’ORL et de chirurgie cervico-faciale, le Docteur Bouccara est également secrétaire général de la Société Française d’Audiologie, et fait partie de nombreuses sociétés savantes (Bureau International d’Audiophonologie, Société Française d’Oto-Rhino-Laryngologie et de Pathologie cervico-faciale, Société Française d’Audiologie).

Mise à jour le 15/09/2020 - Revue par le Docteur Didier Bouccara

Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Découvrez le métier d'ORL

Spécialistes

Découvrez le métier d'ORL

Par Marion Berthon le 14/04/2021

Je découvre le blog

Maladies de l'oreille :

  • Cancer de l’oreille et du rocher
  • Oreilles décollées
  • Lymphangiome kystique
  • Cholestéatome
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q