Mise à jour le 20 novembre 2020 - Revue par Professeur Dan Lipsker

  • Qu'est-ce que le psoriasis de l’enfant ?

    Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique de la peau qui touche environ 1 à 5 % de la population des pays occidentaux. Le psoriasis débute avant l’âge de 20 ans chez 1/3 des sujets qui en souffrent et avant l’âge de 10 ans chez environ 10 %.

    La physiopathologie du psoriasis est complexe et variable selon la forme clinique (en plaques, en goutte, pustuleux, rhumatisme, etc.). Il semblerait qu’il existe d’abord une activation du système immunitaire innée de la peau par des antigènes qui est à l’origine d’une cascade d’événements qui va finir par faire intervenir le système immunitaire adaptatif. La maladie est génétiquement déterminée dans tous les cas et plusieurs gènes de prédisposition sont connus (ex. : PSOR1, CARD14, …). Environ 30 % des enfants avec un psoriasis ont un parent proche qui en souffre également. Des facteurs environnementaux peuvent favoriser la pathologie comme des infections bactériennes ou le surpoids. En effet, il a été constaté que l'obésité est plus fréquente chez les enfants atteints de psoriasis.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour le psoriasis de l'enfant ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour le psoriasis de l'enfant ?

    Le psoriasis peut être une maladie difficile à diagnostiquer chez l’enfant et comme vu précédemment, de multiples diagnostics différentiels existent. Un deuxième avis permet un diagnostic précoce et donc d’assurer une prise en charge adaptée le plus tôt possible et de trouver des réponses aux nombreuses questions que soulève une maladie chronique. Il permet donc d’améliorer la prise en charge des enfants, d’envisager la stratégie au long cours (il s’agit d’une maladie chronique) la mieux adaptée et de s’assurer que les posologies sont bien adaptées, celles-ci étant différentes de celles de l’adulte.

    Le psoriasis a parfois un fort impact psychologique sur le développement de l’enfant. Un deuxième avis permet d’accompagner les enfants ainsi que les parents dans la bonne prise en charge du psoriasis.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour le psoriasis de l'enfant ?

    • S’agit-il d’une pathologie héréditaire ?
    • Comment savoir de quelle forme de psoriasis mon enfant est atteint ?
    • Quel est le traitement le plus adapté pour mon enfant ou nourrisson ?
    • Quelle est la différence avec le traitement de l’adulte ?
    • Comment s’assurer de la bonne adaptation des posologies ?
    • S’agit-il d’une pathologie chronique dont mon enfant sera atteint à l’âge adulte ?
    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quel est le spécialiste du psoriasis de l'enfant ?

    Le spécialiste du psoriasis de l'enfant à consulter est un dermatologue, spécialisé en dermatologie pédiatrique.
  • Quels sont les symptômes du psoriasis de l’enfant ?

    Les différentes formes de psoriasis de l’adulte peuvent aussi se voir chez l’enfant, même si la forme dite en goutte est plus fréquente chez l’enfant. L’atteinte du visage, du cuir chevelu, des plis (appelé parfois « psoriasis inversé »), des ongles et de l’aire des langes est plus fréquente chez les enfants. Le psoriasis des langes est la forme de psoriasis la plus commune du nourrisson. Il s’agit d’une rougeur des plis inguinaux et interfessiers, de la partie haute et interne des cuisses, la région génitale et les fesses ; une desquamation peut être présente.

    Les autres types de psoriasis peuvent également survenir :
    • le psoriasis en plaques, c’est-à-dire des aires circonscrites pouvant mesurer plusieurs centimètres où la peau devient rouge et se couvre de squames blanches d’épaisseur variable. Ces lésions peuvent siéger partout, mais les zones les plus classiquement atteintes sont les coudes, les genoux et la région lombaire. Il s’agit du type de psoriasis le plus fréquent.
    • le psoriasis en goutte, qui est caractérisé par des lésions mesurant quelques millimètres à 1,5 centimètres (« en goutte »), survenant de façon rapide, assez dispersées sur le tronc et la racine des membres, volontiers après une angine streptococcique.
    • le psoriasis palmoplantaire peut se présenter comme une acropulpite sèche et fissulaire (atteinte isolée de la pulpe des doigts) chez l’enfant, ou comme un épaississement localisé ou diffus des paumes et des plantes réalisant alors un aspect appelé kératodermie.
    Les enfants peuvent également être atteints de simples atteintes de phanères, dans lesquelles on trouve les atteintes unguéales classiques (atteintes des ongles).

    Les formes plus graves du psoriasis, comme l’érythrodermie psoriasique (presque l’ensemble de la peau devient rouge), les différentes formes du psoriasis pustuleux (la peau devient rouge et se couvre de petites élevures contenant un liquide blanc purulent) ou les différentes formes du rhumatisme psoriasique peuvent également se voir chez l’enfant.
  • Comment diagnostiquer le psoriasis de l’enfant ?

    Le diagnostic du psoriasis de l’enfant peut être plus difficile que chez l’adulte, car au début, les signes chez les enfants peuvent être moins typiques. Le diagnostic repose néanmoins le plus souvent que sur l’inspection et la palpation et est donc établi grâce à un simple examen clinique. L’expérience du médecin est donc importante.

    Les diagnostics différentiels du psoriasis en goutte sont une toxidermie (réaction cutanée induite par la prise d’un médicament), le pityriasis rosé de Gibert (une curiosité dermatologique bénigne), la syphilis secondaire chez l’adolescent, ou des entités plus rares comme le pityriasis lichénoïde ou le lichen éruptif.
  • Comment soigner le psoriasis de l'enfant ?

    Le traitement du psoriasis est généralement adapté à son impact sur la qualité de vie et l’abstention demeure une option possible dans certains cas.

    Le traitement du psoriasis peu étendu repose essentiellement sur les traitements par voie locale (crème, pommade, lotion, ...) et il fait alors appel aux mêmes principes actifs que chez l’adulte. Il faut toutefois se méfier chez le nourrisson, en raison d’un rapport surface cutanée/poids beaucoup plus élevé que chez l’adulte et qui l’expose à des intoxications parfois gravissimes, même après simple application de traitements locaux (par exemple avec des produits contenant des dérivés salicylés).

    Pour les psoriasis étendus ou graves, plusieurs traitements généraux, notamment des biomédicaments, sont maintenant disponibles ; selon la molécule, ils sont autorisés à des âges différents (4 à 6 ans). De fait, le traitement général diffère de celui de l’adulte, car moins de médicaments sont utilisables chez l’enfant que chez l’adulte.

    Le traitement topique repose sur l’utilisation de dérivés salicylés, de dermocorticoïdes forts de classe 3 ou 2 selon l’épaisseur de la peau dans la zone, des analogues de la vitamine D3, des macrolides immunomodulateurs topiques (qui n’ont toutefois pas d’autorisation de mise sur le marché dans cette indication) ou de la photothérapie, qui consiste en des séances hebdomadaires. Le recours à la photothérapie doit aujourd’hui être mûrement réfléchi, car il pourrait augmenter de façon significative le risque ultérieur de développer des cancers de la peau si des biomédicaments sont mis en place.

    En cas de psoriasis pustuleux, les rétinoïdes par voie générale sont préconisés. En cas d’extrême résistance, on peut utiliser la ciclosporine, le méthotrexate ou des biomédicaments. Chez l’enfant, les posologies doivent être adaptées au poids ou à la surface cutanée.
  • Auteur de la fiche

    Directeur adjoint du service de dermatologie et directeur du laboratoire d’immunopathologie au CHU de Strasbourg, le Professeur Dan Lipsker est particulièrement spécialisé dans les maladies systémiques et expression dermatologique des maladies internes, les maladies auto inflammatoires, le syndrome de Schnitzler, les borrélioses et toute la cancérologie cutanée

    Le Professeur Dan Lipsker est également coordinateur du centre de compétences des cancers cutanés rares. Il a publié dans plus de 400 revues médicales internationales sur ses domaines de compétences et est auteur de plusieurs ouvrages de dermatologie de référence.

Je télécharge la fiche

Maladies de la peau :

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 07/12/2020
Les maladies chroniques sont des maladies de longue durée évolutives. Elles sont caractérisées, selon le Haut Conseil de la Santé Publique, par des retentissements sur la vie quotidienne comme une « limitation fonctionnelle des activités sociales...
Lire la suite...
Accédez facilement à un médecin expert de votre maladie pour obtenir son avis écrit en moins de 7 jours