Je souhaite l'avis d'un expert

icône de la maladie "Urticaire chronique"Urticaire chronique

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

1|

Qu'est-ce qu'une urticaire chronique ?

L’urticaire est une dermatose inflammatoire, c’est-à-dire une atteinte inflammatoire de la peau, durant laquelle on observe une réaction épidermique. 

Des lésions caractérisées de “papules oedémateuses” seront alors présentes. Elles sont semblables à des piqûres d’ortie, de couleur rosée, à bordure nette et parfois plus claires en leur centre. 
Les lésions ne sont pas constantes et leurs localisations peuvent être très variées.

L’urticaire est une pathologie relativement fréquente qui touche 15 à 20 % de la population, mais cette urticaire sera souvent rapidement résolutive. 
Dans les cas où les lésions persistent pendant plus de 6 semaines (en moyenne 3 à 5 ans), on parle d’urticaire chronique (en opposition à l'urticaire aiguë). 

L’urticaire chronique peut être inductible (dans 10 à 15 % des cas), mais elle est dans la grande majorité des cas (85 à 90 %) spontanée :

  • Lurticaire chronique inductible est un mécanisme reproductible : les lésions apparaîtront toujours en conditions similaires, par exemple en cas d’exposition au froid, au chaud, au soleil, à l’eau...
  • Dans l'urticaire chronique spontanée (UCS), on ne trouve pas d’éléments inducteurs ou ils sont différents à chaque poussée.

Le mécanisme de l’urticaire chronique spontanée n’est quasiment jamais allergique, bien que lié à l’histamine. Cela signifie qu’il est causé par une augmentation de la sécrétion d’histamine, dont la cause n’est pas toujours établie. 
Dans certains cas, on retrouve des éléments libérateurs d’histamine, comme certains médicaments (comme les quinolones ou le curare), des aliments ou autres. 
Par contre dans l’urticaire non-spontanée, et surtout dans l’urticaire aiguë, on peut retrouver un mécanisme allergique. L’hypothèse privilégiée fait de l’urticaire chronique spontanée une maladie auto-immune, avec une dérégulation des cellules immunitaires de la peau qui s’activent anormalement. Le stress est souvent retrouvé comme facteur déclencheur.

L’urticaire chronique peut aussi être associée à un angio-oedème. Généralement bénin, l’angio-oedème se manifeste par un gonflement (lèvres, mains, pieds, ...) spectaculaire mais rarement grave (différent du fameux oedème de Quincke allergique).

2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une urticaire chronique ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour une urticaire chronique ?

Un deuxième avis permet de confirmer le diagnostic d’urticaire chronique et de le caractériser selon s’il est spontané ou inductible.
Il est généralement difficile de trouver la cause d’une urticaire chronique, un deuxième avis permettra cependant d’effectuer une recherche approfondie dans cette optique, notamment à l’aide d’examens complémentaires et d’un interrogatoire complet.

Ensuite, un deuxième avis est utile pour prendre connaissance des traitements à disposition : les antihistaminiques ou l’omalizumab, à prescription hospitalière. Le spécialiste pourra alors les ajuster et évaluer leur efficacité à votre cas particulier.

Enfin, le spécialiste pourra répondre à l’ensemble de vos interrogations à propos de l'urticaire chronique et son retentissement sur votre vie.

 

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour une urticaire chronique ?

  • Est-il possible que mon urticaire régresse sans traitement ?
  • Suis-je atteint-e d’une urticaire chronique inductible ou spontanée ?
  • Retrouve-t-on des circonstances déclenchantes ?
  • Quelle est l’efficacité des antihistaminiques ?
  • D’autres pathologies sont-elles associées à mon urticaire chronique ?
  • Y a-t-il un risque particulier en cas d’urticaire chronique ?
  • Quelles sont les habitudes alimentaires et/ou d’hygiène qui peuvent favoriser la guérison de mon urticaire ?
  • En cas de guérison, quelle est la probabilité pour que mon urticaire réapparaisse ?
  • Quelles sont les conditions propices à la survenue d’un angio-oedème ?
  • Est-il possible de trouver l’étiologie responsable de mon urticaire chronique ?
  • Dois-je faire des tests allergiques ?

Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes de l'urticaire chronique ?

Dans le cadre de l’urticaire chronique, le spécialiste à consulter est le dermatologue.

4|

Quels sont les symptômes d'une urticaire chronique ?

En cas d’urticaire chronique, des lésions épidermiques sont présentes et persistent durant plus de 6 semaines comme décrites dans la définition, avec un érythème (une rougeur).
Ces lésions évoluent souvent par poussées, elles ne seront pas constantes à une seule et même localisation.

On retrouve aussi un prurit, c’est-à-dire des démangeaisons au niveau des lésions.

Un angio-oedème peut être présent, c’est une inflammation des vaisseaux qui se traduit par un gonflement.

D’autres symptômes non-spécifiques peuvent être associés comme des troubles digestifs, de la fièvre ou encore des arthralgies (douleurs aux articulations).

5|

Comment diagnostiquer une urticaire chronique ?

Lors du diagnostic d’urticaire chronique, l'interrogatoire comprenant l’histoire de la maladie est essentiel. En effet, les antécédents familiaux, les circonstances de survenue de l'urticaire, les habitudes alimentaires notamment, les signes associés ainsi que les facteurs aggravants et favorisants sont différents éléments qui permettront d’orienter le diagnostic et de le préciser bien que, dans la plupart des cas, il est très difficile de trouver l’étiologie de l’urticaire chronique. 

L’examen clinique comprenant un examen dermatologique doit aussi être réalisé. Il permet au médecin de caractériser correctement les lésions. Au cours de cet examen clinique, il est aussi possible de réaliser des tests adaptés, c’est-à-dire que l’on se met dans différentes situations pour évaluer leur possible implication dans le déclenchement de l’urticaire. Ces tests seront mis en place si l’on soupçonne un facteur de déclenchement spécifique (le froid, l’effort, la pression…). 

Un bilan sanguin n’est pas systématique, mais peut être réalisé, principalement si le traitement de première intention par antihistaminiques n’est pas efficace.

Il faut également noter que l’urticaire chronique peut être confondue avec d’autres pathologies, ce sont des diagnostics dits différentiels comme l’eczéma ou l’érythème polymorphe.

6|

Comment traiter une urticaire chronique ?

Le traitement recommandé en cas d’urticaire chronique sera la prise d’antihistaminiques. En première intention, on utilise les antihistaminiques anti-H1. La plupart du temps, ces antihistaminiques sont efficaces contre l’urticaire chronique. 

On considère que l'urticaire chronique est résistant aux antihistaminiques utilisés s’il persiste après 4 à 8 semaines suivant le début du traitement : on pourra alors prescrire une autre classe d’antihistaminiques, et monter la dose jusqu’à 4 par jour.
Des traitements de 2e ligne sont alors disponibles, notamment une thérapie ciblée injectable, l’omalizumab.

Il est aussi possible que l’urticaire chronique régresse spontanément.

Certains facteurs peuvent induire ou aggraver l’urticaire chronique comme des médicaments, un ou plusieurs allergènes, etc. Dans ce cas, il convient de les supprimer.

Mise à jour le 30/03/2021 - Revue par le Docteur Pierre-André Becherel

Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q