image Maladies de l'oreille

Surdité subite de l'adulte / perte de l'audition

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 15 décembre 2017

  • Définition surdité subite de l'adulte / perte de l'audition

    La surdité correspond à une perte auditive profonde, dont l’intensité est exprimée en décibels. Plus il est nécessaire d’augmenter le volume d’un son pour qu’il soit entendu, plus la déficience auditive est importante. On considère qu’une personne est malentendante lorsqu’elle est atteinte d’une perte d’audition comprise entre 40 et 90 db (surdité moyenne à sévère). On dit qu’elle est sourde dès lors qu’elle souffre d’une perte d’audition comprise entre 90 et 120 db, ce qui veut dire qu’elle n’entend plus ou pratiquement plus. Au delà de 120 db, il s’agit d’une surdité totale. La surdité peut être unie ou bilatérale.

    Il existe de très nombreuses raisons qui peuvent expliquer une perte auditive. Chez l’adulte, cette déficience est bien souvent d’origine acquise (contrairement à la surdité de l’enfant qui est fréquemment d’origine génétique). Pour comprendre le mécanisme de survenue de la surdité, il faut comprendre le fonctionnement de l’oreille.

    D’un point de vue anatomique, l’oreille, l’organe qui permet l’audition, se divise en trois compartiments distincts : l’oreille externe qui capte les perceptions sonores, l’oreille moyenne qui transmet ces perceptions à l’oreille interne et l’oreille interne, la partie terminale et sensorielle du système auditif. Chacune de ces parties peut être responsable d’une perte d’audition. En fonction du compartiment affecté, on distingue la surdité de transmission et la surdité de perception.

    La surdité de transmission est liée à des problèmes qui affectent l’oreille externe et moyenne. Elle peut être provoquées par des otites séreuses voire aigües, des perforations du tympan, ou par un corps étranger qui aurait bouché le conduit auditif et provoqué une inflammation. Elle peut aussi être la conséquence d’une fracture des osselets, survenue lors d’un traumatisme. Enfin, une tumeur à l’oreille moyenne est également susceptible de provoquer une perte de l’audition.

    La surdité de perception est due à une atteinte des structures qui composent l’oreille interne (la cochlée ou le nerf auditif) et qui permettent de transmettre l’information sonore au cerveau. A l’âge adulte, la cause la plus fréquente de perte d’audition est la presbyacousie, liée au vieillissement. Parmi les autres causes d’une surdité de perception, citons également les traumatismes sonores violents (comme les explosions) ou l’exposition répétitive à certains bruits agressifs (comme celle que subissent les ouvriers, sur les chantiers de construction). Certains traitements chimiques (comme les chimiothérapies) peuvent également s’avérer toxiques pour la cochlée.

    Enfin il existe une troisième forme de surdité, dite mixte, car elle est une combinaison de la surdité de transmission et de celle de perception.

    On estime aujourd’hui que les problèmes d’audition touchent 5 millions de Français dont 3 millions ont plus de 55 ans. Selon l’OMS plus de 328 millions d’adultes dans le monde souffrent d’une déficience auditive incapacitante. Ce nombre devrait s'amplifier avec le vieillissement de la population.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Chez l’adulte, la perte d’audition a un impact retentissant sur la vie quotidienne, en particulier la vie sociale. Elle ne permet plus la communication avec les autres, favorise l’isolement, la solitude et la frustration. De manière indirecte, ces effets ont à leur tour des conséquences psychologiques négatives tels que la dépression ou la mauvaise estime de soi. Un constat d’autant plus vrai chez les personnes âgées, qui représentent la catégorie la plus touchée par la presbyacousie. De solutions existent, encore faut-il avoir les clés pour trouver la solution la plus adaptée à sa situation personnelle. Devant la grande variété des options thérapeutiques existantes, les patients peuvent se sentir démunis. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait pertinent, car il apporte un éclairage supplémentaire au patient sur son handicap. Mieux informé, ce dernier pourra participer activement au choix de la solution la plus adaptée à sa situation.
     

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189

    Témoignage

    Deuxiemeavis.fr m'a permis de retrouver une tranquillité psychique et émotionnelle très rapidement grâce à l'intervention irréprochable d'un professionnel attentif et disponible. Je suis très reconnaissante de cet accompagnement de qualité.

    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    Quels sont les premiers signes d’une presbyacousie ?
    • La presbyacousie est-elle irréversible ?
    • Quels sont les solutions adaptées à ma situation ?
    • Ma surdité va-t-elle s’aggraver avec le temps ?
    • Faut-il choisir un implant ou une audioprothèse ?
    • Comment vivre avec une aide auditive ?
    • Quel appareil acheter ?
    • Quel type de surveillance faut-il mettre en place ?
    • Comment se passe l’intervention chirurgicale pour un implant cochléaire ? Pour un implant d’oreille moyenne ? Pour un implant à ancrage osseux ?

    Quels spécialistes consulter?

    Dans le cadre d’une surdité de l’adulte, la prise en charge est généralement assurée par un médecin ORL qui est le spécialiste des pathologies de l’oreille.
     
    image de docteur
    1
    médecin expert
    pour surdité subite de l'adulte / perte de l'audition
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes surdité subite de l'adulte / perte de l'audition

    Selon le type et le degré de surdité dont souffre le patient, et selon son évolution, plusieurs symptômes peuvent accompagner la baisse de l’audition. Les signes les plus fréquemment rencontrés sont des acouphènes, des maux de tête, des vertiges ou des douleurs à l’oreille. Parfois, des écoulements de liquide, voire de sang, dans l’oreille peuvent être observés selon les cas.

  • Diagnostic surdité subite de l'adulte / perte de l'audition

    De nombreux tests auditifs permettent de mesurer l’ampleur de la perte auditive d’une personne. Le diagnostic se fait dans un premier temps sur la base d’un interrogatoire qui permet de déterminer les circonstances d’apparition de la surdité, les symptômes qui l’accompagnent et les éventuels antécédents familiaux du patient. Cet interrogatoire est suivi d’un examen clinique, réalisé au moyen d’un otoscope. Cet instrument permet de vérifier l’état du conduit auditif externe et du tympan. Un second test, l’acoumétrie, permet de déterminer, à l’aide d’un diapason, s’il s’agit d’une surdité de transmission ou de perception.

    A la suite de ce bilan clinique, des examens complémentaires d’audiométrie sont proposés pour mesurer l’audition et préciser le degré de perte auditive. Parmi ces examens, on distingue l’audiométrie subjective (qui demande la participation du patient) de l’audiométrie objective, qui ne nécessite aucune participation.

    L’audiométrie objective a pour but est de confirmer ou compléter l’audiométrie subjective, voire même de la remplacer quand le patient ne peut pas prendre part au test.

    Parmi les examens subjectifs, il y a l’audiométrie tonale, qui permet de mesurer le type de sons perçus par le patients (plus ou moins aigus), l’audiométrie vocale, qui permet de mesurer la perception de la parole. Quant à l’audiométrie objective, elle regroupe les examens d’impédancemétrie (pour voir si la trompe d’Eustache fonctionne), les potentiels évoqués auditifs (PEA) pour mesurer l’activité électrique du nerf auditif, ou encore les oto-émissions acoustiques (OEA), pour voir si l’oreille perçoit des sons et en produit en retour. Le cas échéant, cela signifie que la surdité n’est pas trop sévère.

  • Traitement surdité subite de l'adulte / perte de l'audition

    Le choix du traitement dépend
    • Du degré de surdité dont souffre l’adulte
    • Des circonstances d’apparition de la surdité
    • Des signes qui accompagnent cette baisse de l’audition
    • De la rapidité avec laquelle évolue la surdité
    • Du retentissement sur la vie du patient
    • Du mode de vie du patient, notamment du type d’activité professionnelle qu’il exerce
    • De l’âge du patient
    • De ses antécédents médicaux et familiaux
    • De ses choix
    Traitement de la surdité de l’adulte.

    Il existe de nombreuses réponses thérapeutiques à la surdité de l’adulte. Celle-ci peut relever d’un traitement médical, chirurgical, ou encore d’une aide auditive (audioprothèse ou implant).
     
    Traitement médical. Généralement à base d’antibiotiques, ce traitement peut apporter une solution à la surdité de transmission provoquée par une infection de type otite (aigüe ou séreuse). Même si elles affectent plus fréquemment les enfants, les otites peuvent aussi concerner les adultes et le risque de surdité existe.
    • Chirurgie. Les interventions chirurgicales permettent généralement de traiter les causes responsables d’une surdité de transmission (comme les perforations du tympan, les otites séreuses, une fracture de la chaîne des osselets…) Certaines aides auditives nécessitent également une intervention chirurgicale pour être installées.
    • Appareillage auditif externe. En cas de surdité légère ou modérée, l'appareillage auditif par audioprothèse est la solution la plus efficace. Ces audioprothèses sont composées d'un capteur (le microphone), d’un système d’amplification et d'un transducteur (écouteur ou vibrateur).
    • Implant d’oreille moyenne. Il est dédié aux patients souffrant d’une surdité de perception moyenne à sévère. Le principe de cet implant est de recréer et d’amplifier le mouvement des structures vibratoires de l’oreille. Ce type d’appareillage permet d’éviter les inconvénients des prothèses classiques, comme l’obstruction du conduit, l’effet Larsen, l’inconfort… Il permet aussi d’obtenir des sons de meilleure qualité que ceux obtenus pas l’amplification acoustique. Une intervention chirurgicale est toutefois nécessaire pour poser cet implant, dont le coût reste très élevé.
    • Implant cochléaire. Il s’agit d’une prothèse électronique qui se substitue à l’oreille interne lorsque celle ci est défaillante. On propose l’implant cochléaire aux patients qui souffrent d’une surdité profonde et bilatérale, et pour qui les audioprothèses classiques n’offrent pas de solution. L’intervention consiste à mettre en place une ou plusieurs électrodes capables de transformer les sons en micro-courants électriques pour stimuler le nerf auditif. Les implants cochléaires sont constitués de deux parties : une partie implantable, constituée d’un récepteur et d’un porte-électrodes, et une partie externe constituée d’un boitier et d’un processeur. La partie implantée nécessite une mise en place chirurgicale.
    • L’implant à ancrage osseux. Cet implant est utilisé en cas de surdité de l’oreille moyenne ou externe. Il utilise la conduction osseuse pour améliorer et amplifier des sons captés par un processeur, et les transmettre ensuite à l’oreille interne. L’implantation se fait au cours d’une intervention chirurgicale simple et rapide, sous anesthésie locale.

Télécharger la fiche

Les autres maladies de l'oreille

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...