Je souhaite l'avis d'un expert

Syndrome des loges des membres

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

Définition
1|

Qu'est-ce qu'un syndrome des loges des membres ?

Le syndrome des loges (ou syndrome de compression des loges musculaires) survient lorsqu'un muscle se retrouve trop à l'étroit dans sa loge. En effet, les muscles de nos membres sont séparés les uns des autres et enveloppés par des membranes qu'on appelle des aponévroses. Le muscle est également parcouru de fibres, de nerfs qui commandent son action et sa sensibilité, et de vaisseaux qui permettent au sang de circuler et qui apportent l'oxygène. Ces membranes sont très solides et très peu extensibles. Le compartiment formé par le muscle et sa membrane s'appelle une loge.

Enserré dans sa membrane, le muscle, mais aussi les nerfs et les vaisseaux qui le parcourent, subissent une pression excessive. Le sang ne circule plus. Le muscle, appauvri en oxygène s'asphyxie. C'est l'ischémie. Le syndrome touche en majorité les jambes, mais il peut parfois se retrouver sur d'autres localisations, essentiellement les avant-bras.

On distingue généralement deux types de syndrome des loges, selon son caractère chronique ou aigu. Le syndrome des loges chronique fait suite à une sollicitation trop importante des muscles, après un sport intense ou un déménagement par exemple. Au moment de l'effort, l'activité musculaire provoque un afflux de sang dans les vaisseaux. Un piège vasculaire peut gêner l’apport ou la sortie du sang de la loge musculaire et expliquer, en partie l’origine du syndrome des loges. Du coup le muscle en souffrance se retrouve à l'étroit dans ce compartiment qui n'est pas extensible. Et c'est la compression. Le syndrome des loges chronique touche surtout les sportifs professionnels ou non, chez qui il représente 10 % des blessures.

Le syndrome des loges aigu survient généralement après un traumatisme (le plus souvent une fracture), ou en cas de revascularisation après un arrêt prolongé de l’apport sanguin à un membre (par exemple, en cas d’ablation chirurgicale retardée d’un caillot ayant obstrué plusieurs heures une artère). Parfois le traumatisme provoque un œdème ou un hématome important qui entraîne une compression interne du muscle qui se retrouve à l'étroit dans sa loge. Mais l'interruption de la circulation sanguine peut aussi venir d'une compression externe, comme la mise en place d'un plâtre ou d'un pansement trop serré par exemple. Le syndrome des loges aigu touche majoritairement le mollet. La forme aiguë du syndrome des loges est considérée comme une urgence chirurgicale. Un retard dans le diagnostic pourrait provoquer des séquelles irrémédiables, notamment une perte de fonction voire, dans les cas les plus graves, une amputation du membre.

Le syndrome des loges touche davantage l'homme que la femme, et surtout les personnes jeunes et sportives. Le pic de fréquence se situe entre 20 et 30 ans, plus rarement à l'adolescence.
2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour un syndrome des loges des membres ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour un syndrome des loges des membres ?

Le syndrome des loges est une pathologie relativement fréquente mais dont le diagnostic reste souvent difficile. Il est pourtant impératif de traiter rapidement la forme chronique de la maladie,avec les conséquences que cela implique, et de rechercher une anomalie vasculaire pouvant expliquer ou majorer les symptômes. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait pertinent car il permettra peut-être d’éviter une aggravation du syndrome. D’autre part, chez les sportifs désireux de continuer la pratique de leur sport, le seul traitement possible est la chirurgie. La décision de se faire opérer est parfois difficile à prendre, car d’un point de vue strictement médical, l’opération n’est pas forcément nécessaire. Le patient devra donc choisir entre un geste chirurgical ou l’arrêt de son sport. Cette démarche nécessite d’être bien informé : le geste chirurgical peut potentiellement entraîner des complications, laisser une cicatrice importante, induire de la rééducation, etc. Mieux éclairé, le patient pourra évaluer le rapport risque/bénéfice d’une telle intervention et prendre sa décision en connaissance de cause.

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

  • Je ne suis pas sportif mais je souffre d’un syndrome des loges chronique. Quel est le traitement adapté dans mon cas ?
  • Un traitement uniquement médical peut-il venir à bout de mes douleurs ?
  • Pourrai-je continuer à pratiquer une activité physique ? Dans quelle mesure ?
  • Je souffre du syndrome des loges et je souhaite continuer à pratiquer du sport, quel est le traitement adapté dans ma situation ?
  • Comment se déroule l’intervention appelée aponévrotomie ? Quels sont les risques liés à cette intervention ?
  • Vais-je garder une grosse cicatrice ?
  • Le syndrome des loges peut-il récidiver après le traitement ?
Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
3|

Quels sont les spécialistes du syndrome des loges des membres ?

La prise en charge d’un syndrome des loges est généralement effectuée par un chirurgien orthopédiste. C’est le spécialiste des affections de l’appareil locomoteur qui regroupe l’ensemble des muscles, des os, des nerfs, des ligaments et des tendons.

L'autre médecin référent pour le syndrome des loges est un chirurgien vasculaire. Celui-ci est un spécialiste des problèmes des vaisseaux (artères, veines, vaisseaux lymphatiques).
4|

Quels sont les symptômes du syndrome des loges des membres ?

Un syndrome des loges se manifeste généralement par des douleurs violentes sur le membre affecté. Elles apparaissent sous forme de crampes, de tension, de compression. Le patient se plaint de difficultés à remuer ses membres et ses orteils. Il a des fourmillements. Les nerfs étant comprimés, il y a aussi une diminution des sensations tactiles aux extrémités.

Dans le cas d'un syndrome des loges chronique, une gêne croissante apparaît lors de l'effort et disparaît quelques temps après. A mesure que le syndrome évolue, les douleurs surviennent lors d’efforts de moins en moins importants. Ce syndrome peut être associé à des périostites à répétitions, et/ou à des hernies musculaires (« boules » qui se forment sur le membre douloureux lors des efforts).
5|

Comment diagnostiquer un syndrome des loges des membres ?

Après un examen clinique approfondi, la mesure des pressions intramusculaires permet de confirmer le diagnostic, et détermine quelles loges musculaires du ou des membres sont touchées. Le médecin peut aussi réaliser une échographie-Döppler pour analyser la circulation sanguine, et rechercher un piège vasculaire pouvant expliquer ou majorer le syndrome des loges. D’autres examens d’imagerie médicale, comme la tomodensitométrie ou la tomographie par résonance magnétique, ou la scintigraphie musculaire peuvent permettre de détecter un gonflement musculaire ou un hématome important. Si l’on se trouve en présence d’une forme aiguë du syndrome des loges, le diagnostic doit être porté très rapidement, afin d’intervenir au plus vite.

Mise à jour le 15/09/2020 - Revue par le Professeur Yves Alimi

Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Comment adapter son poste de travail à son problème orthopédique ?

Orthopédie

Comment adapter son poste de travail à son problème orthopédique ?
Qu’est-ce que le sport sur ordonnance ?

Orthopédie

Qu’est-ce que le sport sur ordonnance ?
Voir plus d'articles

Maladie de la jambe :

Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Pour aller plus loin…
Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q