image Maladies des os, des articulations et des muscles

Déchirure musculaire au mollet

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 15 septembre 2020 - Revue par Professeur Alexandre Poignard

  • Qu'est-ce qu'une déchirure musculaire au mollet ?

    Le muscle du mollet est appelé triceps sural. Il est constitué de 3 faisceaux musculaires : 
    • le muscle gastrocnémien, en surface, divisé en un chef médial et un chef latéral (muscles jumeaux interne et externe dans l’ancienne nomenclature),
    • le muscle soléaire, en profondeur.

    Une déchirure musculaire du mollet désigne la rupture d’une partie des fibres musculaires qui le composent. Elle fait suite à un effort (contraction brutale du muscle) ou bien plus rarement à un choc. On utilise également le terme de claquage à cause du bruit suscité par la rupture des fibres. Parfois cette rupture se constitue à la jonction aponévrotique du muscle (niveau où les 3 chefs musculaires se réunissent pour ensuite former le tendon d’achille). On parle alors de tennis leg parce que cette lésion est fréquente lors de la pratique du tennis. La gravité de la déchirure musculaire dépend du nombre de fibres musculaires touchées.

    Il faut distinguer la déchirure musculaire d’une rupture du tendon d’Achille (sorte de cordon qui permet au muscle triceps de s’accrocher à l’os).
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une déchirure musculaire au mollet ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une déchirure musculaire au mollet ?

    Un second avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une déchirure musculaire au mollet dans les cas complexes. En effet, si la prise en charge est précoce et que la mise au repos du membre touché est respectée, la guérison est généralement obtenue facilement. Cependant, certaines situations peuvent être plus délicates s’il y a :
    • un hématome volumineux ou une phlébite, une diminution du volume du muscle séquellaire, 
    • la formation d’un faux kyste (poche de liquide à l’intérieur du muscle), 
    • une calcification au niveau d’un hématome (dépôt de calcium dans les tissus) ou encore cicatrisation hypertrophique (dure et volumineuse). 

    Ces complications peuvent rarement nécessiter une chirurgie. Dans ce contexte, un deuxième avis permet de comprendre les enjeux des séquelles observées et d’évaluer l’importance de leur prise en charge. Mieux comprendre sa pathologie permet au patient de prendre les décisions médicales qui le concernent plus sereinement.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Quelle est la sévérité de ma déchirure ? Y a-t-il un hématome ou une phlébite ?
    • Ce n’est pas la première fois que je subis une déchirure musculaire. Est-ce que plus grave que précédemment ?
    • J’ai mal malgré les médicaments antalgiques prescrits. Quelles sont les autres options ?
    • On me propose une rééducation. Quelles en sont les modalités ?
    • On me propose une cryothérapie et des séances d’ultrasons. De quoi s’agit-il ?
    • On me propose une chirurgie. Qu’est-ce qui justifie une telle intervention ? Quel est son objectif ? De quelle anesthésie s’agit-il ? Vais-je avoir mal ? Quels sont les résultats attendus ?
    • Quand pourrais-je reprendre mon activité physique ? Quel comportement adopter afin d’éviter les récidives ?
    • Quand pourrais-je considérer que je suis guéri ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de la déchirure musculaire au mollet ?

    Un rhumatologue. C’est le spécialiste des pathologies de l’appareil locomoteur (os, muscles, tendons, articulations et ligaments).
    Un médecin du sport. Il s’intéresse spécifiquement aux sportifs, non seulement dans le traitement de leurs pathologies, mais aussi pour les conseiller dans leur pratique.
    Un chirurgien orthopédiste traumatologue, si une chirurgie est envisagée. Il réalise les opérations chirurgicales sur l’appareil locomoteur et particulièrement causées par des traumatismes (coups, chocs, blessures subies de façon violente et soudaine). Il doit être spécialiste des membres inférieurs.
  • Quels sont les symptômes d'une déchirure musculaire au mollet ?

    Les symptômes sont :
    • une douleur violente, brutale, aiguë, qui rappelle un coup de poignard et peut (rarement) entraîner une syncope (perte de connaissance). Elle empêche tout mouvement. Le muscle est très douloureux à la moindre contraction ou à son étirement. Il arrive que contraction ou étirement soient impossibles donnant une impression de “paralysie du muscle”. La douleur devient ensuite permanente mais plus supportable. Elle empêche l’utilisation du muscle et donc une impression de raideur durant plusieurs semaines.
    • L’apparition d’un hématome dans les heures ou les jours suivant le traumatisme.
    • Un œdème (gonflement) de la zone atteinte.

    La cause d’une déchirure musculaire au mollet peut être :
    • un effort brutal : impulsion sur un démarrage de course, réception d’un saut comme un tir de ballon violent par exemple.

    Plus rarement lié à un choc comme un coup de genou à l’occasion d’un match de rugby par exemple. Dans ce cas, il est difficile de savoir si c’est le choc ou plutôt l’effort fourni juste avant qui en est responsable.

    Les facteurs de risque d’une déchirure musculaire sont :
    • une préparation musculaire inexistante ou insuffisante (échauffement, étirement),
    • une récupération musculaire trop courte, une fatigue,
    • des activités physiques trop fréquentes ou trop intenses,
    • des antécédents de déchirure musculaire.

    Certaines habitudes peuvent être adoptées en prévention d’une déchirure ou d’une récidive :
    • s’échauffer avant l’effort,
    • s’étirer avant et après l’effort,
    • veiller au temps de récupération musculaire,
    • ne pas dépasser ses limites physiques,
    • boire et dormir suffisamment.
  • Comment diagnostiquer une déchirure musculaire au mollet ?

    Le diagnostic est clinique et ne requiert pas forcément d’examen complémentaire :
    • un examen clinique. Le médecin évalue l’intensité de la douleur, son impact sur la fonction du mollet et les circonstances du traumatisme. La zone est auscultée et comparée au mollet sain.

    En fonction de l’examen, le médecin décidera si des examens complémentaires sont nécessaires :
    • une échographie. Elle permet de visualiser l’atteinte du muscle (localisation, étendue, profondeur, sévérité) et d’évaluer la présence de lésions associées comme la rupture d’un tendon. Si une phlébite (caillot de sang bloquant la circulation sanguine dans une veine) est suspectée, l’échographie pourra être couplée à un écho-doppler visant à explorer le réseau veineux.
    • Une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). Elle est justifiée si l’échographie ne permet pas une exploration correcte, si des muscles profonds doivent être étudiés ou si une chirurgie est envisagée. Elle concerne principalement les sportifs professionnels.

    La déchirure musculaire au mollet touche particulièrement les sportifs pour lesquels il y a des impulsions avec un démarrage brutal comme les sprinteurs, les footballeurs, les tennismen ou les danseurs. Elle peut néanmoins survenir dans la vie quotidienne.
  • Comment soigner une déchirure musculaire au mollet ?

    Le traitement repose sur :
    • des soins à pratiquer immédiatement : arrêt de l’activité physique, mise au repos du mollet, application d’une poche remplie de glace afin d’apaiser l’inflammation et la douleur, surélévation et compression du mollet à l’aide d’un bandage élastique (ou chaussette de contention) pour limiter l’accumulation de sang. L’acronyme PRICE est un bon moyen mnémotechnique, pour Protection, Repos, Ice (glace en anglais), Compression et Élévation. L’activité physique doit être arrêtée jusqu’à la guérison complète (6 semaines).
    • La prise de médicaments antalgiques visant à soulager les douleurs.
    • Des étirements et parfois une rééducation avec un kinésithérapeute quelques jours après le traumatisme avec pour objectif de récupérer la fonction du muscle le plus rapidement possible tout en guidant la bonne cicatrisation de la déchirure afin de limiter le risque de séquelles et de récidives. Des séances d’ultrasons peuvent réduire l’inflammation et améliorer la circulation sanguine pour tenter de favoriser la cicatrisation.
    • La cryothérapie, un traitement par le froid pour lutter contre la douleur et Nicodème (gonflement).
    • La chirurgie est réservée à des situations particulières : pour ponctionner ou évacuer un hématome (amas de sang qui peut comprimer les structures à son voisinage) ou traiter des séquelles.

    On considère que la déchirure musculaire est guérie lorsque la mobilité et la force sont entièrement récupérées et que les douleurs sont totalement supprimées.

    La prise en charge dépend :
    • de l’âge du patient,
    • de son état de santé général,
    • des antécédents de lésions musculaires,
    • de la profondeur de la déchirure,
    • du nombre de faisceaux touchés,
    • de la sévérité de la lésion,
    • de l’intensité des symptômes,
    • de l’activité sportive et professionnelle.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies de la jambe

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 06/07/2020
Votre enfant a honte de sa maladie ou de son handicap ? Il a peur de ne pas être accepté, voire d’être moqué ? Tout particulièrement, les problèmes orthopédiques peuvent être davantage visibles que d’autres pathologies : bosse calcifiée au milieu...
Lire la suite...
Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de...
Lire la suite...