image Maladies gynécologiques, Maladies urologiques

Azoospermie

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 26 avril 2019

  • Définition azoospermie

    On parle d’azoospermie lorsque le sperme éjaculé d’un homme est totalement dépourvu de spermatozoïdes. On distingue deux types d’azoospermie : la maladie peut être excrétoire ou sécrétoire. Dans le premier cas, cela signifie qu’un ou plusieurs canaux servant à transporter le sperme, est obstrué et que le passage des spermatozoïdes produits par les testicules est compromis. Quant à l’azoospermie sécrétoire, elle traduit un problème de fabrication des spermatozoïdes. Cette forme de la maladie représente plus de 60% des patients.

    Dans un cas comme dans l’autre, les causes de la maladie sont diverses. L’azoospermie sécrétoire peut avoir pour origine des anomalies chromosomiques ou génétiques. Elle peut aussi provenir d’une malformation congénitale, ou encore d’une maladie infectieuse des testicules. Enfin, certains traitements contre le cancer ont des conséquences néfastes sur la production de spermatozoïdes. L’azoospermie excrétoire peut quant à elle provenir d’une maladie sexuellement transmissible, une infection chronique de la prostate ou du canal déférent (le canal qui conduit les spermatozoïdes depuis les testicules jusqu’à la prostate). Enfin, elle peut être une conséquence d’une opération chirurgicale au cours de laquelle le canal déférent aura été sectionné. La maladie peut également être congénitale.

    Toutefois, qu’elle soit sécrétoire ou excrétoire, l’azoospermie reste, bien souvent, d’origine inconnue. Dans tous les cas, il faut différencier l’azoospermie qui définit une absence totale de spermatozoides, de l’oligospermie, qui se manifeste par une faible quantité de spermatozoïdes dans l’éjaculat.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    L’azoospermie est une maladie dont la conséquence majeure est l’infertilité. Le risque de ne pas pouvoir procréer est la source d’un mélange d’incertitudes, de culpabilité, de craintes et de déception pour les couples qui connaissent ce problème. Il est donc tout à fait légitime pour un homme souffrant d’azoospermie de demander un second avis. Les questions, parfois très intimes, qu’il faut poser, mais aussi les décisions qu’un tel diagnostic implique, nécessitent de prendre du recul et de bien évaluer les avantages et les inconvénients des options possibles. La procréation médicalement assistée est parfois difficile a vivre pour un couple. Un deuxième avis peut permettre, d’une part de confirmer ou de préciser un diagnostic, et d’autre part d’accéder à toutes les informations nécessaires à la compréhension de la maladie. Mieux informé sur les différents types de prise en charge, et en particulier sur l’assistance médicale à la procréation, le patient - et son conjoint - pourra s’investir plus activement dans la stratégie thérapeutique. Son adhésion demeure essentielle.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    •      Quelle est la cause de ma pathologie ?
    •      Quels traitements peuvent être envisagés dans mon cas ?
    •      En quoi consiste l’opération pour débloquer le flux de spermatozoïdes ?
    •      Comment se passe une biopsie des testicules ?
    •      L’azoospermie est-elle irréversible ?
    •      Quels sont les alternatives proposées par la procréation médicalement assistée ?
    •      Qu’est-ce que cela implique pour l’homme comme pour la femme ?
    •      Est-il possible d’avoir un enfant quand on souffre d’azoospermie ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

    Quels spécialistes consulter?

    Le médecin référent pour l'azoospermie est un urologue spécialisé dans les problèmes d'infertilité. L'urologue est à la fois médecin et chirurgien. Il est le spécialiste des reins, des voies urinaires des hommes et des femmes, du système reproducteur masculin (appareil uro-génital masculin) et des glandes surrénales.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour azoospermie
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes azoospermie

    Selon le type d’azoospermie, les symptômes diffèrent. Dans le cas d’une azoospermie excrétoire, on observe parfois une malformation congénitale des canaux qui servent à transporter le sperme. Cette malformation est détectée au cours d’un examen d’imagerie médicale. Dans le cas d’une azoospermie sécrétoire, le patient se plaint de troubles sexuels, voire parfois d’une impuissance.

  • Diagnostic azoospermie

    Dans un premier temps, le médecin effectue un examen clinique approfondi, qui repose sur des palpations, mais aussi des prises de mesure du volume des testicules. Dans un deuxième temps, l’examen de référence est le spermogramme. Il est effectué sur un échantillon de sperme prélevé après 3 jours d’abstinence. Il faut renouveler l’examen après un laps de temps d’environ 3 mois pour confirmer le diagnostic. D’autres examens, comme l’échographie des testicules et de la prostate, ainsi que des tests effectués sur la partie liquide du sperme (le plasma séminal) peuvent apporter des précisions à ce diagnostic. Enfin, la technique de centrifugation du sperme permet de détecter d’éventuels spermatozoïdes dans l’éjaculat. S’il s’avère que l’éjaculat contient quelques rares spermatozoïdes, on peut en déduire que le patient ne souffre pas d’azoospermie, mais d’oligospermie.

  • Traitement azoospermie

    Le choix du traitement dépend

    •      Du type d’azoospermie (sécrétoire ou excrétoire)
    •      De l’état de ses testicules
    •      De la cause de la maladie
    •      Des résultats des examens médicaux
    •      De l’âge du patient
    •      De ses antécédents médicaux ou familiaux
    •      Des choix du patient

    Les différents traitements

    Les azoospermies d’origines sécrétoires sont considérées comme difficilement curables. Toutefois, dans près de 40% des cas, il est possible de faire un prélèvement chirurgical de spermatozoïdes. Cette ponction est réalisée directement sur les testicules ou sur l’épididyme (le canal de sortie des testicules). L’opération doit permettre ensuite d’effectuer une fécondation in vitro avec injection de spermatozoïde dans l'ovule (c’est la technique de l’ICSI, ou Intra Cytoplasmic Sperm Insemination). Environ 35% des tentatives aboutissent à une grossesse.

    Enfin, lorsque les spermatozoïdes sont totalement absents, les patients qui souhaitent procréer peuvent faire appel au don de sperme suivi d’une insémination ou de la fécondation in vitro. Cette procédure se fait par l’intermédiaire du CECOS (Centre d'Étude et de Conservation des Œufs et du Sperme).

    Dans le cas d'une azoospermie excrétoire, il est possible, la plupart du temps, de pratiquer une intervention chirurgicale pour désobstruer le canal par lequel transitent les spermatozoïdes et de rétablir ainsi leur circulation. Quand cette opération n’est pas réalisable, le traitement consiste à ponctionner les testicules ou l’épididyme pour prélever des spermatozoïdes. Après quoi, le couple peut faire appel à la technique de fécondation in vitro avec injection ICSI.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour infertilité, stérilité

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 24/05/2019
Norah a 38 ans, elle est atteinte d’une neuromyélite optique depuis 18 ans. C’est une maladie démyélinisante, c’est-à-dire qu’elle favorise la disparition de la myéline qui est la gaine entourant les fibres nerveuses. Par conséquent, les nerfs ne...
Lire la suite...
Actualité du 17/05/2019
C’est au mois de juin 2017 que Claire connaît sa première crise de douleurs abdominales. Les douleurs sont telles qu’elle se rend aux urgences. Le scanner qui lui est prescrit montre une diverticulose colique. Le diagnostic de...
Lire la suite...