image Maladies des os, des articulations et des muscles

Luxation congénitale de la hanche chez l'enfant

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 27 mai 2020

  • Définition luxation congénitale de la hanche chez l'enfant

    La hanche est une articulation qui lie le fémur (l’os de la cuisse) au bassin. Dans les conditions normales, la tête arrondie du fémur vient s’emboiter dans le creux du bassin, appelé le cotyle. Pour que l'articulation de la hanche soit stable, le cotyle doit recouvrir toute la tête du fémur.

    On dit que la hanche est luxée quand la tête du fémur est complètement sortie de la cavité cotyloïdienne. Elle est qualifiée de congénitale car, dans la plupart des cas, l’enfant naît avec cette malformation. En France, on dénombre environ 6 à 20 cas pour 1000 naissances. Les petites filles sont plus touchées que les garçons.

    Il existe des facteurs génétiques et mécaniques à une luxation de la hanche. Certaines familles sont plus sujettes que d’autres à présenter ce problème. Les facteurs génétiques se manifestent par une hyperlaxité ligamentaire et par un mauvais développement du cotyle.

    Les facteurs mécaniques, quant à eux, peuvent s’expliquer par un manque d’espace dans le ventre de la mère pendant la grossesse. N’ayant pas la place de bouger, le foetus positionne mal ses jambes et les postures qu’il est obligé de prendre (en recroquevillant trop ses jambes sur son torse par exemple) favorisent la luxation. C’est aussi la raison pour laquelle les gros bébés et les jumeaux sont plus souvent touchés. Par ailleurs, à la naissance, une présentation du bébé par le siège (et non par la tête) peut également constituer un facteur de risque. Enfin, le fait que ce soit une première grossesse ou que le fœtus souffre de torticolis ou de position anormale du pied, augmente encore la probabilité d’une luxation congénitale de la hanche. Non traitée ou mal soignée, celle-ci peut être à l’origine d’une boiterie future ou d’une arthrose de hanche précoce.

    La détection de la luxation congénitale de la hanche se fait généralement peu après la naissance. Aujourd’hui, tous les bébés nés à l’hôpital bénéficient d’un ou plusieurs examens cliniques dans les heures ou jours qui suivent la naissance. Ces examens peuvent permettent de repérer le « ressaut », cette sorte de claquement perçu par le médecin lorsqu’il effectue les manœuvres d’Ortolani et ou de Barlow, prouvant l’existence d’une instabilité de la hanche et donc d’une luxation congénitale. Un peu plus tard lors des examens mensuels de l’enfant peut être retrouvé une restriction de l’abduction de hanche, (l’abduction est le mouvement qui consiste à écarter le membre inférieur par rapport à un axe central)...
  • Intérêt d'un deuxième avis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un deuxième avis est particulièrement pertinent du fait du caractère essentiel du rôle de la hanche, dès les premiers mois de notre vie.
    Nos hanches nous permettent de supporter le poids de notre corps quand on se tient debout. Elles nous permettent également de marcher sans boiter.
    Lorsqu'on compare la simplicité du traitement précoce avec la complexité du traitement tardif de la luxation de la hanche, l’évolution favorable à l’âge adulte d’un traitement efficace et sans complication avec l’arthrose précoce de la hanche pouvant succéder à un traitement imparfait ou compliqué, on comprend l’importance d’un diagnostic précoce et d’un traitement immédiatement pertinent.

    Un second avis est nécessaire pour bien comprendre les procédés utilisés, leurs effets, et accepter pleinement de les mettre en oeuvre. Prendre part aux choix thérapeutiques est capital car, dans bien des cas, le traitement orthopédique se fait à la maison par les parents, et les appareillages proposés peuvent se révéler parfois un peu délicats à manier. Une compréhension et une adhésion pleine et entière à la thérapie est donc importante.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Quelles sont les différentes solutions thérapeutiques possibles dans le cas de mon enfant ?
    • Quels résultats peut-on espérer de ces traitements ?
    • Mon enfant gardera-t-il des séquelles ?
    • Peut-on éviter l’opération chirurgicale ?
    • Comment va se passer le traitement orthopédique à l’hôpital ? A la maison ? Combien de temps va-t-il durer ?
    • Quel type de suivi devra-t-on mettre en place après le traitement? Pendant combien de temps ?
    • Y a-t-il un risque de récidive ?
    • Quel rôle vais-je jouer dans la mise en oeuvre de ce traitement ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels spécialistes consulter ?

    Le spécialiste pour détecter une luxation congénitale de hanche est le pédiatre.
  • Symptômes luxation congénitale de la hanche chez l'enfant

    Plus rarement, les symptômes de la luxation congénitale de hanche ne sont découverts que quand l'enfant commence à marcher. Dans ce cas, la malformation est révélée par une boiterie.
  • Diagnostic luxation congénitale de la hanche chez l'enfant

    En dépit de sa difficulté, l'examen clinique reste le meilleur moyen de dépister une luxation congénitale de hanche. L’échographie de la hanche avant le 4ème mois, la radiographie du bassin ensuite peuvent être prescrits pour affirmer le diagnostic ou suivre le traitement. 
  • Traitement luxation congénitale de la hanche chez l'enfant

    Le choix du traitement dépend :
    • De l’âge de l’enfant au moment du diagnostic.
    • Du type de l’instabilité découverte (tête du fémur luxée que l’on peut remettre en place , tête en place que l’on peut faire sortir de son logement (hanche luxable)…)
    • De l’évolution sous traitement (impossibilité de remettre la hanche en place par le traitement orthopédique, souffrance de la vascularisation de la tête du fémur, mauvais développement de la forme du bassin bien que la tête du fémur ait été remis en place…)
    Les différents traitements

    L’objectif des différents traitements est de remettre la tête fémorale dans le cotyle et de la recentrer (c’est le processus de réduction), d’éviter une récidive (la stabilisation), et bien sûr, de se prémunir de toute complication (boiterie, arthrose précoce de la hanche.) Les traitements sont de type orthopédique ou chirurgical.
    • Les traitements orthopédiques
    On commencera la thérapie par des traitements orthopédiques, qui bien souvent sont réalisés à la maison. Ils visent à stabiliser une hanche en place ou à réduire la hanche luxée. Ces traitements exigent différents dispositifs de mise en abduction. Il en existe plusieurs, dont les plus courants sont:
    1. Le lange câlin: il s’agit d’un lange en coton, avec une épaisse couche de tissu placée entre les cuisses et 2 rabats qui viennent recouvrir ce coussin.
    2. Les coussins d’abduction : ils ressemblent à une sorte de culotte dont l’objectif est d’écarter les hanches et dont la fixation est assurée par des bretelles.
    3. Le harnais de Pavlick: c’est un dispositif constitué de sangles qui maintiennent les genoux et les hanches en flexion, un peu comme un harnais de sécurité. Le but de ce système est toujours de positionner les cuisses de façon écartée, c'est-à-dire en abduction.
    Enfin, quand le diagnostic est tardif, ou que les tentatives de réduction ont échoué, il est encore possible de recourir à la mise sous traction. Il s’agit d’une méthode de réduction progressive, de durée variable selon la difficulté du cas, effectuée en milieu hospitalier suivie ensuite d’une période d’immobilisation dans un grand plâtre pour plusieurs semaines.

    Quelle que soit la méthode utilisée, le suivi du traitement de la luxation congénitale de hanche nécessite une surveillance régulière (par des échographies ou des radiographies) pour s’assurer de l'efficacité des dispositifs mis en place.
    • Les traitements chirurgicaux :
    Les techniques chirurgicales sont envisagées quand les méthodes orthopédiques n’ont pas permis de remettre la tête du fémur à sa place, quand l’enfant est trop âgé pour que le traitement orthopédique soit tenté ou lorsque les composants osseux de la hanche ne se développent pas de façon satisfaisante.

    Ces opérations peuvent viser à remettre en place la tête du fémur (réduction chirurgicale), à corriger des défauts osseux empêchant le développement harmonieux de la hanche (ostéotomie du bassin, ostéotomie du fémur). Ces opérations sont suivies du port d'un plâtre pendant plusieurs semaines.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies de la hanche

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une...
Lire la suite...
Actualité du 10/06/2020
Un scanner, une contraception, de la rééducation… Les prescriptions de votre médecin ne se limitent pas aux médicaments. Mais saviez-vous qu’il peut aussi vous prescrire du sport ? Et oui, dans le cadre d’une maladie chronique,...
Lire la suite...