Je souhaite l'avis d'un expert

icône de la maladie "Paralysie du plexus brachial"Paralysie du plexus brachial

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

1|

Qu'est-ce qu'une paralysie du plexus brachial ?

Le plexus brachial désigne l’ensemble des nerfs ayant leurs racines dans la moelle épinière, au niveau des vertèbres cervicales (situées de la base du crâne jusqu’au cou) et leurs terminaisons jusque dans le bras et la main. La paralysie du plexus brachial engendre la paralysie totale (jusqu’à la main) ou partielle (de l’épaule, du coude ou de la main) du membre supérieur.

La paralysie du plexus brachial peut être :

  • Supraclaviculaire, c’est-à-dire au-dessus de la clavicule. Cela représente 75 % des cas
  • Infra et rétroclaviculaire, c’est-à-dire au niveau de la clavicule ou en dessous. Cela représente 25 % des cas.

La paralysie peut être due à :

  • L’étirement d’un nerf
  • Une avulsion, c’est-à-dire l'arrachement d’un nerf au niveau de la moelle épinière
  • La rupture d’un nerf au-delà de sa racine dans la moelle épinière.
2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une paralysie du plexus brachial ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour une paralysie du plexus brachial ?

Un deuxième avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une paralysie du plexus brachial car cette pathologie est source d’un grand handicap au quotidien et donc d’une perte d’indépendance. Sa prise en charge dépend particulièrement de la zone touchée, de la nature de la lésion du nerf et de sa capacité à récupérer sans chirurgie.

 

Si une intervention est proposée, les différentes techniques méritent d’être soigneusement exposées. Le risque de développer une algodystrophie n’est pas exclu. Même après la chirurgie, la paralysie peut persister et devront être envisagées des techniques de chirurgies palliatives au cas par cas. Dans tous les cas, la coopération du patient est importante lors de l’étape clé de la rééducation. Plus le patient est jeune et plus le traumatisme est récent, plus la récupération est bonne. Un deuxième avis est tout à fait indiqué car il permet d’apporter un éclairage supplémentaire au patient qui pourra prendre une part active dans la stratégie thérapeutique adaptée à sa situation.

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour une paralysie du plexus brachial ?

  • Ma paralysie du plexus brachial résulte-t-elle d’un étirement d’un nerf, de son avulsion ou bien de sa rupture ?
  • Si je ne récupère pas ma mobilité naturellement, quelles sont les prises en charge possibles ?
  • Parmi toutes les chirurgies envisagées, laquelle est la plus adaptée à ma situation ? Quels sont les avantages et les risques d’une chirurgie ? Suis-je à risque de faire une rechute ? Que va-t-il se passer après l’opération ? Devrais-je être immobilisé ? En quoi va consister ma rééducation ?
  • Que faire si la chirurgie ne fonctionne pas ?
  • Mes douleurs subsistent malgré les médicaments prescrits. Quelles sont les autres options ?
  • Ma maladie me contraint dans des gestes du quotidien. Vers quel professionnel me tourner pour trouver des solutions, le temps que je guérisse ?

Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quel est le spécialiste de la paralysie du plexus brachial ?

Un chirurgien spécialiste du plexus brachial, souvent un chirurgien de la main. C’est le spécialiste des maladies, des traumatismes et des déformations de l’appareil locomoteur (os, muscles, tendons, articulations, ligaments). Assurez-vous qu’il soit spécialiste des membres supérieurs.
4|

Quels sont les symptômes d'une paralysie du plexus brachial ?

Les symptômes dépendent de la nature de l’atteinte du nerf (étirement, avulsion ou rupture), du nombre de nerfs touchés et de l’importance de la lésion. Celle-ci est mesurée sur l’échelle de Sunderland de 1 à 5.

L’atteinte nerveuse peut évoluer en une récupération complète, généralement en 3 mois mais jusqu’à 1 an, ou en une paralysie définitive si les racines nerveuses sont arrachées.
5|

Comment diagnostiquer une paralysie du plexus brachial ?

Le diagnostic d'une paralysie du plexus brachial requiert :

  • Une radiographie. Il s’agit de visualiser l’articulation de l’épaule et la clavicule.
  • Une myélographie. Il s’agit d’un type de radiographie permettant d’identifier des atteintes de la moelle épinière grâce à un produit de contraste. Cet examen est de moins en moins réalisé.
  • Une IRM et un électromyogramme. Ces examens d’imagerie médicale apportent davantage d’informations sur la lésion.

La paralysie du plexus brachial survient dans 90 % des cas suite à un accident de moto. La tête est souvent violemment projetée d’un côté, ce qui tracte excessivement les nerfs à la base du cou. La pathologie touche majoritairement les personnes de 18 à 30 ans. La paralysie est le plus souvent unilatérale. Elle peut être d’origine obstétricale, c’est-à-dire pendant l’accouchement, ce qui est de plus en plus rare en Europe grâce aux progrès de l’obstétrique.

6|

Comment traiter une paralysie du plexus brachial ?

Le traitement dépend des symptômes et de leur évolution. Si aucune récupération n’est observée dans les 2 mois, une intervention chirurgicale est proposée :

  • Un transfert nerveux, aussi appelé neurotisation. Il s’agit de connecter deux nerfs.
  • Une greffe. Elle concerne les cas d’avulsions (arrachement du nerf) ou de rupture et permet de retrouver quelques mouvements, mais très souvent la main restera paralysée.

L’intervention chirurgicale est urgente si la vascularisation du membre supérieur est interrompue. Dans tous les cas, elle doit être suivie d’une rééducation.

Si la paralysie persiste depuis plus d’un an, seule la chirurgie palliative est envisageable via :

  • Un transfert musculaire. Il s’agit de prélever un muscle et de le fixer sur un autre os que celui sur lequel il est normalement attaché, afin de permettre à nouveau le mouvement.
  • Une arthrodèse de l’épaule. Il s’agit de fusionner les os afin de retrouver le mouvement d’abduction (bras qui s’éloigne du tronc). Cependant le mouvement de rotation ne pourra plus être effectué.
  • Une ostéotomie de dérotation de l’humérus lorsque le membre supérieur racle le thorax. Il s’agit de réaxer l’os afin de retrouver un équilibre des contraintes mécaniques exercées sur l’articulation.
  • Une ligamentoplastie. Il s’agit de remplacer un ligament par un fragment de ligament prélevé autre part dans le corps.

La prise en charge dépend :

  • De l’âge du patient
  • De son état de santé général
  • De la cause de la paralysie
  • De la présence d’autres traumatismes comme une fracture
  • Des symptômes ressentis
  • De l’évolution des symptômes
  • De la zone touchée
  • De la nature de la lésion du nerf
  • De la présence de racines de nerfs greffables.

Mise à jour le 27/04/2021 - Revue par le Professeur Philippe Liverneaux

Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Comment adapter son poste de travail à son problème orthopédique ?

Orthopédie

Comment adapter son poste de travail à son problème orthopédique ?

Par Philippine Picault le 15/06/2020

Qu’est-ce que le sport sur ordonnance ?

Orthopédie

Qu’est-ce que le sport sur ordonnance ?

Par Fanny Bernardon le 10/06/2020

Lorsqu’un problème orthopédique devient un handicap

Orthopédie

Lorsqu’un problème orthopédique devient un handicap

Par Fanny Bernardon le 29/04/2020

Je découvre le blog

Maladies des os, des articulations et des muscles :

Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q