Je découvre les experts

icône de la maladie "Syndrome du colon irritable"Syndrome du colon irritable

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je découvre les experts

Fiche d'information

1|

Qu'est-ce que le syndrome du côlon irritable ?

Le syndrome du colon irritable, est défini par l’association de douleurs abdominales (au minimum gêne ou inconfort), troubles du transit et ballonnements. Il s’agit donc de troubles du fonctionnement de l’intestin. Cette pathologie touche majoritairement les femmes (⅔ patients), entre 30 et 40 ans (parfois, ce syndrome peut se manifester chez les enfants ou adolescents, mais cela est plus rare). On estime qu’environ 5 % de la population française est touchée par cette maladie qui impacte très sévèrement la qualité de vie.

Il s’agit d’une maladie fluctuante avec des périodes de crise (de quelques jours à quelques semaines) et d’amélioration. Souvent, le syndrome du colon irritable est associé à d’autres maladies comme le syndrome de fatigue chronique, la cystite interstitielle (syndrome de vessie douloureuse), la fibromyalgie (il s’agit d’un syndrome caractérisé par des douleurs dans tout le corps, douleurs associées à une grande fatigue et à des troubles du sommeil) ainsi que des maux de tête. La dyspepsie, ou difficulté à digérer et le reflux gastro-œsophagien peuvent également être liés au syndrome du colon irritable. Ce syndrome, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne majore pas le risque de développer une maladie chronique intestinale comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique ou un cancer du côlon.
2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour un syndrome du côlon irritable ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour un syndrome du côlon irritable ?

Le syndrome du colon irritable peut être confondu avec plusieurs autres pathologies et est lié à différents facteurs. Un deuxième avis est nécessaire afin d’éviter un mauvais diagnostic et de détecter une pathologie sous-jacente. En effet, un deuxième avis permet de détecter d’autres pathologies plus graves telles que la maladie de Crohn ou la maladie cœliaque. Il permet donc un diagnostic précoce et d'optimiser la prise en charge. Il permet également de mettre en place le traitement le plus adapté, qui diffère en fonction des symptômes.

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour un syndrome du côlon irritable ?

  • À quoi est dû mon syndrome du colon irritable ?
  • Est ce que ce syndrome peut majorer le risque de cancers ou de maladies inflammatoires de l’intestin ?
  • Quels sont les aliments pouvant déclencher les crises ?
  • Quel est le traitement le plus adapté dans mon cas ?
  • Peut-il être associé à une pathologie plus grave ? Si oui, laquelle ?
  • Quelles sont les mesures hygiéno-diététiques à adopter pour éviter les crises ?

Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes du syndrome du côlon irritable ?

Le spécialiste du syndrome du colon irritable à consulter est un gastro-entérologue, spécialisé dans les troubles fonctionnels intestinaux.
4|

Quels sont les symptômes du syndrome du côlon irritable ?

Plusieurs symptômes sont observés dans le syndrome du colon irritable, les douleurs abdominales sont toujours présentes. Il s’agit de sensations de crampe (douleur fixe, persistante et profonde au niveau de l’abdomen) ou de spasmes (c’est-à-dire des contractions involontaires de l’intestin) au niveau de la région ombilicale (du nombril) ou des fosses iliaques (sur le côté et en bas de la cage thoracique) associées à des flatulences (accumulation de gaz dans le tube digestif), des ballonnements, des troubles du transit qui peuvent être des diarrhées, de la constipation ou l’alternance des deux. La douleur abdominale est en général soulagée de façon brève par la défécation et/ou l’émission de gaz.

Ces symptômes sont en général majorés en fonction des aliments ingérés et après la prise de nourriture ou en situation de stress intense et brutal ou chronique.

Les trois symptômes les plus fréquemment retrouvés sont donc les douleurs abdominales, les troubles du transit et les ballonnements abdominaux. Ils peuvent être en rapport avec des troubles de la motricité intestinale, une hypersensibilité intestinale, des anomalies de la flore bactérienne digestive et une micro-inflammation intestinale. Toutes ces anomalies peuvent être associées chez un même patient.
5|

Comment diagnostiquer le syndrome du côlon irritable ?

Dans la majorité des cas, l’anamnèse (ensemble des renseignements fournis au médecin par le malade) ainsi que l’examen clinique permettent de poser le diagnostic du syndrome du colon irritable. Les symptômes sont, au minimum, présents sur les trois derniers mois, au moins un jour par semaine.

S’il s’agit d’une forme banale de syndrome du colon irritable, non associée à d’autres pathologies, aucun examen complémentaire n’est recommandé.

Des examens complémentaires comme des échographies abdominales, endoscopie digestive haute, coloscopie, bilans sanguins et analyse des selles sont habituellement inutiles. Ils deviennent utiles chez les patients de plus de 50 ans avec apparition des signes cliniques de façon récente, ou qui ont un amaigrissement inexpliqué ou une perte d’appétit marquée, qui ont du sang dans les selles ou une modification récente du transit.

La prescription d’examens complémentaires peut être justifiée chez les patients qui ne sont pas soulagés par les traitements habituellement utilisés. Il faut parfois s’assurer que d’autres pathologies comme l’intolérance au lactose ou la maladie cœliaque ne sont pas à l’origine des symptômes.
6|

Comment soigner le syndrome du côlon irritable ?

La première mesure à mettre en place en cas de syndrome du colon irritable est d’instaurer des mesures hygiéno-diététiques spécifiques. En effet, il est conseillé de pratiquer une activité physique, prendre ses repas lentement et dans le calme, de limiter son stress et de noter les aliments induisant les douleurs afin de les éviter (en général, il est conseillé d’éviter les aliments gras, de limiter les boissons contenant de la caféine, les boissons gazeuses et l’alcool) et de diminuer les aliments producteurs de gaz.

Le traitement du syndrome du colon irritable est un traitement symptomatique, c’est-à-dire qu’il consiste à corriger les symptômes liés à la pathologie. Il consiste à prescrire des antispasmodiques pour traiter les ballonnements et les douleurs, des ralentisseurs de la motricité intestinale en cas de diarrhée, des laxatifs en cas de constipation et des adsorbants intestinaux en cas de ballonnements ou de diarrhées. Quelques probiotiques ont montré une efficacité sur la qualité de vie et sur certains symptômes. Des traitements de seconde ligne (imipramine à faible dose, hypnose, régime d’exclusion...) peuvent être proposés dans des formes rebelles, mais ils nécessitent une prise en charge très spécialisée.

Mise à jour le 26/03/2021 - Revue par le Professeur Michel Dapoigny

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager !
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Maladies chroniques : êtes-vous concerné ?

Orientation, information, accompagnement

Maladies chroniques : êtes-vous concerné ?

Par Marion Berthon le 07/12/2020

Deuxième avis médical : quels avantages ?

Deuxième Avis

Deuxième avis médical : quels avantages ?

Par Mathilde Lamolinerie le 08/01/2020

Découvrez le métier d'hématologue

Spécialistes

Découvrez le métier d'hématologue

Par Marion Berthon le 16/06/2021

La coelioscopie : que se passe-t-il avant, pendant et après ?

Gynécologie, urologie

La coelioscopie : que se passe-t-il avant, pendant et après ?

Par Marion Berthon le 14/06/2021

Je découvre le blog

Maladie des intestins :

Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q
Logo de deuxiemeavis.fr

Un service patient
est là pour vous accompagner

Un service patient est là pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 10h à 19h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avisLes médecins expertsLes maladiesLa prise en chargeTémoignagesBlog
Mentions légales Politique de confidentialitéC.G.S

Copyright © Carians 2021, Tous droits réservés - Deuxiemeavis.fr - Paris Biotech Santé - 29 rue du Faubourg Saint-Jacques, 75014 Paris

Rejoignez-nous !

Marion