Retour à l'accueil

3 idées reçues sur les cancers chez les personnes âgées

Par Fanny Bernardon le 19 août 2019
cancer personnes âgées
Le vieillissement de la population a vu l’apparition d’un nouveau domaine d’expertise en médecine : l’oncogériatrie. A l’interface entre l’oncologie (médecine du cancer) et la gériatrie (médecine de la personne âgée), l’oncogériatre doit prendre en compte les spécificités de l’organisme de la personne âgée (75 ans et plus) chez qui surviennent deux cancers sur trois.

Déconstruisons ensemble 3 idées reçues sur les cancers chez les personnes âgées.

1 - Les traitements anti-cancer administrés aux personnes âgées sont moins forts

C’est faux. Les traitements ayant quasiment la même efficacité quel que soit l’âge, il s’agit au contraire d’être vigilant à ne pas sous-doser le traitement, ce qui représenterait une perte de chance pour le patient. Néanmoins, l’organisme des personnes âgées présente des spécificités dues au phénomène de vieillissement : baisse de la masse hydrique (quantité de fluide dans le corps), augmentation de la masse graisseuse (avec une conséquence sur le volume de distribution des molécules anti-cancer) ou encore baisse des fonctions hépatiques et rénales (avec un impact sur la vitesse d’élimination des toxines). Les traitements doivent donc être adaptés à leur physiologie.

2 - Les mêmes protocoles thérapeutiques sont appliqués chez tous les patients atteints de cancer, y compris les personnes âgées

Les personnes âgées vivent souvent avec plusieurs problèmes de santé en même temps. On parle de comorbidité. Cette particularité a une conséquence directe sur la prise en charge d’un cancer dans cette population : elle doit être globale et personnalisée. A l’inverse, la prise en charge des adultes ou des enfants repose souvent sur un protocole standard. L’approche thérapeutique chez les personnes âgées est donc fondamentalement différente de celle du reste de la population.

En ce sens, une Evaluation Gériatrique Approfondie (EGA) est parfois réalisée afin de déterminer dans quelle mesure le patient serait capable de tolérer les soins, qu’il s’agisse de chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, immunothérapie, hormonothérapie…Cette évaluation adresse les plans médicaux et neuropsychologiques, mais aussi socio-environnementaux et spirituels.

3 - Parfois, il vaut mieux éviter un traitement pénible et inutile aux patients âgés

L’abstention thérapeutique en oncogériatrie est une attitude qui tend à disparaître. Pourquoi ? La population vieillissant, exclure des patients à cause de leur âge n’a plus de sens. Le préjugé selon lequel le cancer évolue plus lentement ou est moins virulent chez la personne âgée doit également être déconstruit. Le suivi doit être aussi rigoureux que pour les patients plus jeunes. Des rechutes à 5 ou 10 ans après l’arrêt des traitements sont maintenant observées. La question des traitements adjuvants (traitements prescrits à l’issue du traitement initial afin de prévenir le risque de rechute) doit être étudiée au cas par cas et au regard de la balance bénéfice/risque de chacun. Quant aux actions de dépistage, elles restent essentielles dans cette population : les cancers des personnes âgées sont encore aujourd’hui tardivement diagnostiqués.

Les patients âgés disposent des mêmes droits que tous les autres patients. Leur demande d’information et de traitement doit être entendue, tout en ne niant pas d’éventuelles comorbidités ou un stade avancé de cancer qui justifieraient d’adopter une attitude uniquement palliative. De plus, les personnes âgés se retrouvent parfois perdues et passives devant la stratégie thérapeutique, souvent complexe, qui leur est proposée. Prendre un deuxième avis médical auprès d’un spécialiste les replacent en tant qu’acteurs de leur santé. Dans ce contexte, la plateforme deuxiemeavis.fr est un moyen rapide d’être mis en relation avec un expert en oncogériatrie, notamment si le trajet pour se rendre en consultation est trop long pour la personne âgée.

Pour aller plus loin

Institut Curie
Société Française de Gériatrie et Gérontologie
Ligue contre le cancer
Institut National du Cancer
Ministère des Solidarités et de la Santé
Accédez facilement à un médecin expert de votre maladie pour obtenir son avis écrit en moins de 7 jours