image Maladies de la peau

Alopécie androgénétique

Mise à jour le 15 janvier 2021 - Revue par Docteur Pierre-André Becherel

  • Qu'est-ce qu'une alopécie androgénétique ?

    L’alopécie androgénétique communément appelée calvitie, correspond à un type particulier de perte de cheveux. C’est de loin la cause la plus fréquente d’alopécie ; plus présente chez l’homme que chez la femme, elle toucherait environ 40 % des hommes à l’âge de 40 ans pour finalement atteindre un homme sur deux à partir de 50 ans. 
    Cette alopécie androgénétique est physiologique chez l’homme. Chez la femme, cette perte capillaire est également physiologique, mais peut faire suite à une maladie causale. 

    L’alopécie androgénétique relève de deux causes principales :

    • Des facteurs hormonaux : un excès d’hormones masculines est à l’origine de la perte de cheveux chez l’homme comme chez la femme. Ces hormones qu’on appelle “androgènes” (testostérone, dihydrotestostérone) vont rendre le cheveu plus fin et plus fragile et favoriser sa chute.
    • Une prédisposition génétique, d’où le terme d’alopécie androgénétique, surtout quand elle survient chez une personne relativement jeune, chez l’adolescent par exemple.

    Il existe vis-à-vis de cette alopécie androgénétique quelques différences entre l’homme et la femme. Chez la femme en effet, la perte de cheveux est plus progressive que chez l’homme, elle apparaît généralement après la ménopause et peut varier en fonction des saisons. Il existe aussi chez les femmes d’autres facteurs pouvant favoriser cette alopécie androgénétique : les contraceptifs oraux, les traitements hormonaux substitutifs de la ménopause, la période après la grossesse, le stress ou encore l’excès de cholestérol. 

    Lorsque l'alopécie androgénétique survient chez une femme jeune et que la perte capillaire est très importante, il peut s’agir d’une “hyperandrogénie ”, c’est-à-dire une concentration anormalement élevée d’hormones masculines dans le sang ce qui doit faire suspecter une pathologie sous-jacente.

  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une alopécie androgénétique ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une alopécie androgénétique ?

    L'intérêt du deuxième avis pour l'alopécie androgénétique est multiple, le spécialiste y jouera un rôle crucial. 
    En effet, le spécialiste aura un rôle tout d’abord de confirmation du diagnostic d’alopécie androgénétique. Il confirmera si cette perte de cheveux est issue d’un processus physiologique ou au contraire pathologique et dans ce second cas, pourra demander des examens complémentaires. 

    Au niveau du choix médicamenteux, le spécialiste informera le patient de l’arsenal thérapeutique disponible dans le traitement de son alopécie androgénétique et pourra le conseiller sur le traitement le mieux adapté à sa perte capillaire.  

    L'alopécie androgénétique étant chronique, un deuxième avis peut également intervenir dans le cadre du suivi de cette pathologie. 

     

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour une alopécie androgénétique ?

    • Comment mon alopécie androgénétique risque-t-elle d’évoluer ?
    • Tous mes cheveux vont-ils tomber ?
    • Mon alopécie androgénétique est-elle définitive ?
    • La perte capillaire est-elle toujours associée à une perte de poils ?
    • Ai-je une maladie sous-jacente qui peut être la cause de ma perte de cheveux ?
    • Quelle est la cinétique de l'alopécie androgénétique ?
    • Existe-t-il des règles hygiéno-diététiques pour retarder ou empêcher la perte de cheveux ?
    • Les zones sans cheveu sont-elles plus à risque de cancer de la peau ?
    • Y a-t-il des tests génétiques disponibles pour savoir si je suis prédisposé ?
    • Existe-t-il des effets indésirables liés au traitement ?
    • Quelles sont les maladies possiblement responsables d’une hyperandrogénie féminine ?

    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de l'alopécie androgénétique ?

    Le spécialiste de l’alopécie androgénétique est le dermatologue. 

    En raison du lien entre l’alopécie androgénétique et les facteurs hormonaux et en raison d’une possible pathologie hormonale chez la femme, l’endocrinologue pourra aussi être un spécialiste à consulter.

  • Quels sont les symptômes d'une alopécie androgénétique ?

    La constatation d’une perte de cheveux est le symptôme principal d'une alopécie androgénétique.

    • Chez l’homme, la perte de cheveux se localise sur le dessus du crâne. À cet endroit, les cheveux vont tout d'abord devenir plus fins et fragiles et vont aussi se dépigmenter (devenir plus clairs) formant ainsi une sorte de duvet. Ce duvet finira par ensuite disparaître, ce qui formera une calvitie.
    • Chez la femme, la perte de cheveux se localise également sur le dessus du crâne créant dans ce cas un élargissement de la raie centrale. La perte des cheveux peut aussi se faire dans la zone juste au-dessus des oreilles. Chez la femme, l'alopécie androgénétique ne sera pas complète contrairement à l’homme, elle sera plus diffuse avec une évolution plus lente. Cette perte capillaire est aussi moins sévère que chez l’homme dans la grande majorité des cas.

    L'alopécie androgénétique n’est pas associée à d’autres symptômes dans les zones où les cheveux se raréfient, il n’y a ni démangeaison, ni brûlure, ni rougeur. 
    D’autres symptômes pourront cependant être éventuellement présents dans l’alopécie androgénétique sévère chez une femme jeune avec un tableau d'hyperandrogénie : acnéhyperpilosité, prise de poids et troubles des règles. Ces quatres symptômes doivent faire suspecter un processus pathologique, même chez une femme un peu plus âgée. Le syndrome le plus fréquent dans ce cas est le syndrome des ovaires polykystiques qui nécessite une prise en charge spécifique.

  • Comment diagnostiquer une alopécie androgénétique ?

    Le diagnostic de l'alopécie androgénétique est clinique, c'est-à-dire qu’il peut être réalisé par le médecin au cabinet sans examen complémentaire, en tous cas chez l’homme.

    Chez la femme qui présente cette alopécie androgénétique avec les symptômes décrits précédemment (acné, hyperpilosité, prise de poids et troubles des règles), un bilan hormonal devra être réalisé, ainsi qu’une échographie des ovaires pour infirmer ou affirmer une pathologie qui pourrait être responsable de cette perte capillaire. 

    Le principal diagnostic différentiel chez la femme est l’effluvium télogène. La perte de cheveux dans l’effluvium télogène est cependant plus rapide et plus diffuse, sans atteinte préférentielle du sommet du crâne, comme dans l’alopécie androgénétique, la différence entre les deux causes de perte capillaire est de ce fait relativement aisée à faire pour le clinicien. 
    Les autres causes d’alopécie peuvent être en quelque sorte des diagnostics différentiels, mais le tableau clinique de l’alopécie androgénétique reste assez caractéristique. 

  • Comment soigner une alopécie androgénétique ?

    Plusieurs traitements de l’alopécie androgénétique sont disponibles :

    • Le minoxidil : c’est un traitement à application locale pour l’homme ou la femme. Cette substance, appliquée sur le cuir chevelu, favorise la pousse des cheveux et empêche leur chute.
    • La finastéride : il s’agit d’un traitement pris par voie orale. Ce médicament va ralentir la chute des cheveux, mais ne favorise pas leur pousse. Ce traitement est réservé à l’homme.
    • Les contraceptifs oraux : en effet chez la femme, l’alopécie androgénétique peut résulter d’un dérèglement hormonal que tente de corriger la pilule contraceptive.
    • Les anti-androgènes : chez les femmes, notamment celles qui présentent un tableau d’hyperandrogénie ; mais l’acétate de cyprotérone, le principal anti-androgène, fait actuellement l’objet d’une vigilance par les autorités de santé (risque de méningiome).
    • Un diurétique (la spironolactone) : ce médicament semble efficace chez la femme, mais n’a pas l’AMM (autorisation de mise sur le marché) dans cette indication en France, il peut tout de même être utilisé.

    Lorsque les cheveux ont totalement disparu d’une zone, une greffe de cheveux peut-être une bonne alternative. 

    Des prothèses capillaires (perruques) peuvent aussi trouver leur utilité en complément ou non des traitements médicamenteux. 

    Lorsque la perte de cheveux fait éprouver une gêne esthétique au patient, une aide psychologique peut être proposée. 

Je télécharge la fiche

Maladies du cuir chevelu :

Accédez facilement à un médecin expert de votre maladie pour obtenir son avis écrit en moins de 7 jours