image Maladies cardiovasculaires

Dysplasie arythmogène du ventricule droit

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 11 décembre 2016- Revue par Professeur Vincent Probst

  • Définition dysplasie arythmogène du ventricule droit

    La dysplasie arythmogène du ventricule droit (ou DAVD) est une maladie du muscle cardiaque. Il s’agit d’une pathologie évolutive et héréditaire, qui affecte les cellules musculaires cardiaques (ou cardiomyocytes). Progressivement ces cardiomyocytes sont remplacés par de la graisse et du tissu fibreux, ce qui entraîne une malformation du ventricule droit. Ce phénomène provoque des anomalies du rythmes cardiaque, qui peuvent s’avérer très graves pour la personne affectée. La cause exacte de la pathologie n'est pas encore connue de façon précise. On sait néanmoins que la mort des cellules du muscle cardiaque est provoquée par la mutation génétique des desmosomes (organes microscopiques qui permettent à deux cellules de rester solidement liées l’une à l’autre et ainsi de constituer un tissu résistant). Sans ces structures, les cellules ne sont plus liées et du tissu graisseux et fibreux vient s’intercaler dans l’espace laissé entre elles. Le courant électrique, qui permet aux cellules cardiaques de se contracter, s’en trouve perturbé et les battements du coeur deviennent anarchiques.

    La dysplasie arythmogène du ventricule droit est une maladie grave qui peut causer un trouble du rythme cardiaque, voire une mort subite ou - dans les formes évoluées de la maladie - une insuffisance cardiaque grave. La prévalence de la DAVD est difficile à évaluer mais on estime que le nombre de personnes atteintes se situe dans une fourchette large qui oscille entre 1 cas pour 5 000 et 1 cas pour 10 000. Ce manque de précision vient de la difficulté à diagnostiquer la maladie. Celle-ci touche plus fréquemment les jeunes hommes, et en particulier les grands sportifs. La plupart du temps, les premiers symptômes surviennent avant 40 ans. Dans un cas sur deux, la DAVD apparaît dans un contexte familial. En effet, il s’agit d’une maladie génétique héréditaire qui se transmet selon un mode autosomique dominant. Ce qui signifie que, chez une personne porteuse de la maladie, l’enfant à naître présente un risque sur deux de recevoir le gène muté.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    La dysplasie arythmogène du ventricule droit est une pathologie rare et dangereuse dont l’évolution, difficilement prévisible et variable d’un patient à l’autre, entraine des troubles graves du rythme cardiaque. C’est une pathologie qui altère sérieusement la qualité de vie du patient, quand elle ne met pas directement en jeu son pronostic vital : la DVDA est une cause de mort subite chez les jeunes et les athlètes. C’est également une pathologie qui reste longtemps asymptomatique et qui n’est détectée qu’à l’issue d’un diagnostic long et complexe. C’est précisément à cause de cette difficulté à poser un diagnostic fiable, qu’un deuxième avis est tout à fait souhaitable. D’une part ce deuxième avis permet de préciser (ou d’infirmer) le diagnostic. D’autre part, il donne au patient toutes les informations nécessaires à la compréhension de sa maladie et de ses conséquences. Ainsi éclairé, il pourra accepter plus facilement certaines contraintes que la DAVD lui impose, comme de suivre un traitement à vie, d’arrêter le sport ou de modifier son mode de vie.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?



    •   Est-ce que le diagnostic est bien confirmé chez moi ? Quel est le stade de ma maladie ?

    •   Quels traitements sont appropriés dans ma situation ?

    •   Dois-je faire un test génétique ? Le résultat de ce test peut-il améliorer ma prise en charge ?

    •   Puis-je bénéficier d’un défibrillateur ?

    •   Faut-il demander de faire un bilan à tous les membres de ma famille ?

    •   Puis-je pratiquer certains sports ?

    •   Puis-je avoir des enfants ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez ...

    Quels spécialistes consulter?

    Le rythmologue est un cardiologue spécialisé dans l'étude des troubles du rythme cardiaque et de leurs traitements.
    image de docteur
    1
    médecin expert
    pour dysplasie arythmogène du ventricule droit
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes dysplasie arythmogène du ventricule droit

    La DAVD est une pathologie évolutive dont les symptômes se manifestent tardivement, d’où un diagnostic parfois difficile. Dans les premiers temps, le patient ne présente aucun signe de son affection et son bilan cardiaque semble normal. Puis la maladie fait son apparition et le patient peut afficher un bilan cardiaque négatif (s’il en fait un), néanmoins, la maladie reste asymptomatique. Ce n’est qu’au cours de la troisième phase de la maladie que les symptômes et les complications apparaissent. Des anomalies du rythme cardiaque provoquent des palpitations, ou, dans les cas les plus spectaculaires, des malaises et des tachycardies ventriculaires parfois associés à une perte de connaissance. Il arrive aussi que le patient soit directement victime d'un arrêt cardiaque. Dans les stades les plus sévères, la maladie peut également présenter les symptômes caractéristiques d’une insuffisance cardiaque : essoufflement à l’effort, puis au repos, fatigue inhabituelle, apparition d'œdème dans les jambes… Les complications sont favorisées par l’effort physique.

  • Diagnostic dysplasie arythmogène du ventricule droit

    Actuellement, le diagnostic de la DAVD repose sur une combinaison de critères à la fois cliniques, électriques et morphologiques. Il est donc nécessaire de réaliser un bilan cardiaque sur la base de plusieurs examens complémentaires. Au nombre de ces examens, on citera notamment des électrocardiogrammes (au repos et à l’effort), une échographie trans-thoracique, une IRM cardiaque, une angiographie du ventricule droit, ou encore une tomoscintigraphie des cavités cardiaques. Néanmoins, les anomalies détectées au cours d’un bilan cardiaque ne sont pas spécifiques d’une DAVD. Il faut donc parfois répéter ces examens à plusieurs années d’intervalle, ou, lorsqu’un cas est avéré dans la famille, procéder à une analyse du génotype. En tout état de cause, le diagnostic de la DAVD reste long et complexe. Des recommandations professionnelles internationales ont été définies par des comités d’experts.

  • Traitement dysplasie arythmogène du ventricule droit

    Il n’existe pas de traitement permettant de soigner la DAVD. Les thérapies existantes visent plutôt à traiter les symptômes et les effets gênants induits par les troubles du rythme cardiaque. Le traitement repose sur des médicaments, tels que les bêtabloquants, à prendre quotidiennement. Le patient doit aussi se soumettre à un suivi régulier, par une équipe spécialisée. Il est également contre-indiqué de pratiquer certaines activités sportives.

    Parfois, le porteur d’une dysplasie arythmogène du ventricule droit peut bénéficier d’un défibrillateur implantable. Il s’agit d’un petit appareil capable de contrôler les battements irréguliers du coeur et, si besoin, d’envoyer une décharge électrique pour corriger le rythme cardiaque.

    Enfin, dans certains cas évolués de la maladie, le médecin peut proposer l’ablation par cathéter des foyers de tachycardie. Cette technique consiste à appliquer de la chaleur (l’ablation par radiofréquence) pour supprimer certaines accélérations du rythme cardiaque (les tachycardies). Des courants de radiofréquence sont envoyés dans les cavités cardiaques par l’intermédiaire d’un câble électrique recouvert d’une gaine en plastique. Ces cathéters sont introduits sous anesthésie locale par l’intermédiaire d’une artère ou d’une veine, généralement prise au niveau de l’aine ou du cou. Lors de cette opération, le tissu, à l’origine des battements cardiaques irréguliers, est cicatrisé par une petite brûlure ciblée. L’intervention est pratiquée sous contrôle télévisé.

    Enfin, une surveillance rigoureuse est préconisée. Le traitement sera adapté en fonction de l’évolution de la maladie.

Télécharger la fiche

Les autres maladies du coeur

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 24/05/2019
Norah a 38 ans, elle est atteinte d’une neuromyélite optique depuis 18 ans. C’est une maladie démyélinisante, c’est-à-dire qu’elle favorise la disparition de la myéline qui est la gaine entourant les fibres nerveuses. Par conséquent, les nerfs ne...
Lire la suite...
Actualité du 17/05/2019
C’est au mois de juin 2017 que Claire connaît sa première crise de douleurs abdominales. Les douleurs sont telles qu’elle se rend aux urgences. Le scanner qui lui est prescrit montre une diverticulose colique. Le diagnostic de...
Lire la suite...