Je souhaite l'avis d'un expert

icône de la maladie "Extrasystoles ventriculaires"Extrasystoles ventriculaires

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

1|

Que sont les extrasystoles ventriculaires ?

Les extrasystoles ventriculaires correspondent à des arythmies du cœur responsables de battements supplémentaires qui s’intercalent entre deux battements normaux.

Physiologiquement, le rythme cardiaque est dicté par une entité indépendante situé dans le cœur au niveau de l’oreillette droite, le nœud sinusal. En effet, le cœur est constitué de quatre cavités, deux oreillettes au pôle supérieur et deux ventricules au pôle inférieur. Le signal électrique est donc transmis du nœud sinusal au nœud atrio-ventriculaire situé à la jonction des quatre cavités, transmis par la suite par le faisceau de His et de Purkinje aux deux ventricules, qui se contractent alors. Ce rythme dit sinusal (car provient du nœud sinusal) est nécessaire à la contraction harmonieuse et régulière du cœur, afin d’obtenir une bonne éjection du sang à tout l’organisme.

Lors d’une extrasystole ventriculaire, dont les raisons ne sont pas toujours retrouvées, mais qui peut être favorisée par différents facteurs, on observe la recrudescence d’un signal supplémentaire et prématuré au sein des ventricules, responsable d’un battement supplémentaire précoce au battement régulier. 

Le risque de survenue d’extrasystoles ventriculaires se voit augmenté par plusieurs facteurs, comme le stress émotionnel ou physique, la consommation d’excitant tel que l’alcool, la caféine, le tabac ainsi que d’autres drogues illicites, un taux bas en potassium et magnésium, ainsi que par certains médicaments, comme les antihistaminiques, ou des médicaments contre le rhume comme les vasoconstricteurs nasaux (décongestionnant) tel que la pseudo-éphédrine.

Au-delà des symptômes engendrés, le risque associé aux extrasystoles ventriculaires dépend de la présence ou non d’une cardiopathie sous-jacente. Les extrasystoles se retrouvent fréquemment dans la population générale et notamment la population âgée, et sur un cœur sain cette affection du rythme reste bénigne (c’est-à-dire sans risque de mort subite).

Par contre, des antécédents cardiaques sont des facteurs de gravité, dont la maladie coronarienne et les antécédents d’infarctus, ainsi que les insuffisances cardiaques et les maladies des valvules qui dilatent les ventricules.

2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour des extrasystoles ventriculaires ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour des extrasystoles ventriculaires ?

Les extrasystoles ventriculaires sont une affection du rythme cardiaque à la symptomatologie peu spécifique. Faire la différence et suspecter des extrasystoles face à de simples palpitations, à une tachycardie ou aux effets du stress n’est parfois pas évident et le clinicien peut passer à côté lorsque celles-ci n’apparaissent pas à l’ECG de contrôle, bien que les symptômes soient très gênants au quotidien. De plus, le traitement à apporter et la recherche des facteurs déclenchant chez chaque patient n’est pas une mince affaire et le choix de la thérapeutique, médicamenteuse ou non, est parfois controversé et peut être sujet à débat. Tout commencera par une documentation ECG. Pour toutes ces raisons, un deuxième avis peut être très utile.

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

  • Est-on certain du diagnostic d'extrasystoles ventriculaires ?
  • Quelle est l’origine de mes symptômes ?
  • À quels facteurs déclenchant dois-je faire attention ?
  • Quels changements apporter à mon style de vie ?
  • Mon cas et mes antécédents justifient-ils un traitement ?
  • Des examens supplémentaires sont-ils à réaliser ?
  • Suis-je à risque de complications à l’avenir ?
  • Dois-je supprimer le café et l’alcool définitivement ?
  • Dois-je faire surveiller cette arythmie ?
  • Mon traitement est-il à adapter au regard de mes autres pathologies ?

Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes des extrasystoles ventriculaires ?

La cardiologue est le médecin spécialiste des extrasystoles ventriculaires. Son rôle est de prévenir, diagnostiquer et traiter les maladies du cœur et des vaisseaux.

 

Votre médecin traitant peut vous adresser à un cardiologue. Il peut vous recommander un cardiologue en particulier, mais vous avez également la possibilité d’en trouver un sur des sites internet spécialisés (Conseil national de l’Ordre des médecins, Annuaire Santé Ameli, ...). La télémédecine peut être une solution intéressante dans certains cas, si vous souhaitez éviter de vous déplacer ou obtenir un avis plus rapidement.

 

Dans le cadre des extrasystoles ventriculaires, il faudra consulter un cardiologue expert de cette pathologie, notamment un rythmologue, spécialiste des troubles du rythme cardiaque.

 

La consultation chez un cardiologue spécialiste des extrasystoles ventriculaires dure en général une demi-heure. Elle débute par un interrogatoire sur vos antécédents familiaux et personnels. Le cardiologue pratiquera ensuite un examen clinique, en prenant notamment votre tension artérielle. Il vous prescrira, si nécessaire, différents examens complémentaires. Il est très important que votre dossier médical soit bien préparé avant votre consultation.

 

Avec l’instauration du parcours de soins coordonnées, seul votre médecin traitant peut vous orienter vers un cardiologue, la consultation sera alors remboursée à 70 % (du tarif conventionnel) par la Sécurité sociale. Votre mutuelle peut prendre en charge le complément. 

Le cardiologue peut pratiquer des tarifs en secteur 1, sans dépassement d’honoraires, ou en secteur 2, avec dépassement d’honoraires. Si votre cardiologue exerce en secteur 2, le dépassement ne sera pas pris en charge par la Sécurité sociale, mais vous pouvez être remboursé en partie par votre complémentaire santé.

4|

Quels sont les symptômes des extrasystoles ventriculaires ?

Après une extrasystole ventriculaire apparaît parfois un repos compensateur très court, le remplissage du ventricule en est donc amélioré et la contraction suivante est donc plus forte. C’est cette contraction plus efficace, après ce repos compensateur, qui est ressentie par le patient et non l’extrasystole en elle-même. Les symptômes décrits peuvent être variables comme des palpitations, des sensations de “choc” thoracique, une sensation de pause, de “raté”.

Les extrasystoles ventriculaires peu fréquentes sur un patient sans antécédent cardiaque par ailleurs ne représentent pas un risque et sont anodines, souvent même asymptomatiques. Cependant, quand elles commencent à être fréquentes sur un patient dont le cœur est déjà malade, elles peuvent être à l’origine d’arythmies plus graves comme une tachycardie ventriculaire, qui peut évoluer en fibrillation ventriculaire (arrêt cardiaque).

5|

Comment diagnostiquer les extrasystoles ventriculaires ?

Le diagnostic d’extrasystoles ventriculaires se pose sur un électrocardiogramme (ECG). Cet examen est réalisé rapidement en consultation par exemple, à l’aide d’électrodes positionnées sur le thorax, les poignets et les chevilles, qui enregistrent l’activité électrique du cœur. Ces extrasystoles ventriculaires sont souvent retrouvées lors d’ECG effectués pour d’autres indications.

D’autres examens peuvent être pratiqués lorsque les extrasystoles n’apparaissent pas à l’ECG en consultation, mais que le diagnostic est fortement suspecté par le clinicien. Un ECG réalisé sur 24-48 h, un Holter, peut être prescrit, avec un boîtier que le patient doit garder sur lui afin d’obtenir une meilleure vue d’ensemble. Il existe d’autres examens comme l’enregistreur d'événements, qui reprend le principe de l’ECG portable et que le patient active lorsqu’il ressent les symptômes afin d’enregistrer son rythme cardiaque pendant la crise, ou encore l’ECG réalisé lors d’un test d’effort où le clinicien cherche à potentialiser l’arrivée d’une extrasystole afin de l’enregistrer. Classiquement, il est reconnu que les extrasystoles qui disparaissent à l’effort sont en général bénignes, en particulier quand il n’existe aucune maladie cardiaque.

6|

Comment traiter les extrasystoles ventriculaires ?

Du point de vue thérapeutique, il faut tout d’abord savoir que les patients présentant des extrasystoles ventriculaires asymptomatiques ou sans maladie cardiaques surajoutées ne doivent suivre aucun traitement médical et se cantonner à des recommandations qui visent uniquement à diminuer la fréquence ou l’apparition des extrasystoles ventriculaires. Ce changement de style de vie passe donc par l’arrêt du tabac, la limitation de la consommation de caféine et d’alcool, et la gestion de son stress. Il faut aussi éviter les médicaments pour le rhume à base de pseudoéphédrine en vente libre. Chaque patient peut alors noter les facteurs déclenchant chez lui et les supprimer. L’anxiété, qui favorise la survenue des extrasystoles ventriculaires, ne doit pas être négligée et peut se résoudre par une aide médicamenteuse, la pratique de yoga et autres techniques de méditation.

Un traitement médicamenteux peut être prescrit par le clinicien lorsque le patient est très gêné, ou du fait de ses antécédents cardiaques tel qu’un infarctus du myocarde récent ou une insuffisance cardiaque. Le traitement consiste en la prise de bêta-bloquants qui vont supprimer les contractions supplémentaires. D’autres médicaments peuvent également être prescrits comme les inhibiteurs calciques ou encore l’amiodarone.

Lorsque le traitement médicamenteux se révèle inefficace et que les symptômes persistent, le clinicien peut recommander l’ablation, c’est-à-dire la destruction des zones du cœur responsables des contractions prématurées par radiofréquence. Cette opération se réalise à l’aide d’un cathéter introduit dans la veine fémorale (situé au niveau du pli de l’aine en haut de la cuisse) jusqu’au cœur afin d’éliminer avec précision par la chaleur les zones responsables.

En dernière intention et seulement lorsqu’il existe des risques de fibrillation ventriculaire, un défibrillateur implantable peut être recommandé (différent d’un pacemaker).

7|

Auteur de la fiche

Le Docteur Eloi Marijon est PU-PH (Professeur des Universités – Praticien Hospitalier) cardiologue, spécialisé dans le diagnostic et le traitement des troubles du rythme cardiaque. Il est responsable de l’unité de rythmologie de l’Hôpital Européen Georges-Pompidou (HEGP) à Paris.

Le Docteur Eloi Marijon est professeur de médecine à l’Université de Paris, chercheur au centre de recherche cardiovasculaire de Paris (INSERM U970, épidémiologie cardiovasculaire) et codirige le Centre d’Expertise Mort Subite de Paris (Paris-CEMS).

Mise à jour le 02/04/2021 - Revue par le Professeur Eloi Marijon

Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
À la découverte des maladies cardiovasculaires

Cardiovasculaire

À la découverte des maladies cardiovasculaires

Par Marion Berthon le 12/10/2020

Maladie cardiovasculaire : quel impact sur la qualité de vie ?

Cardiovasculaire

Maladie cardiovasculaire : quel impact sur la qualité de vie ?

Par Fanny Bernardon le 05/10/2020

Peut-on guérir d'une maladie cardiovasculaire ?

Cardiovasculaire

Peut-on guérir d'une maladie cardiovasculaire ?

Par Mathilde Franc le 28/09/2020

Maladies cardiovasculaires : le diagnostic en 5 étapes

Cardiovasculaire

Maladies cardiovasculaires : le diagnostic en 5 étapes

Par Marion Berthon le 14/09/2020

Je découvre le blog

Troubles du rythme cardiaque :

Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q