Rechercher une maladie :
Vous ne trouvez pas votre maladie :
Contactez-nous

Cancer du sein

Tout Définition Diagnostic Traitement Deuxième avis

Définition cancer du sein

Un cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe à partir d’une cellule au niveau du sein.

Il existe différents types de cancer du sein selon les cellules à partir desquelles il se développe. Dans 95% des cas, le cancer prend sa source dans les cellules épithéliales de la glande mammaire. On parle alors d’adénocarcinome mammaire. Plus rarement, le cancer peut prendre la forme de lymphomes ou de sarcomes ; les traitements sont alors très différents.

Les adénocarcinomes mammaires proviennent généralement des cellules des canaux et plus rarement des cellules des lobules. Quand les cellules cancéreuses sont limitées aux canaux ou lobules, on parle de carcinome in situ. Si le cancer se développe, il peut franchir la membrane basale et attaquer le tissu qui encercle les canaux et les lobules ; on parle alors de carcinome infiltrant : les cellules sont alors potentiellement en contact avec la circulation lymphatique et sanguine. Si des cellules cancéreuses se détachent de la tumeur et se déplacent dans d’autres parties du corps en empruntant les vaisseaux sanguins ou lymphatiques (par exemple, les ganglions axillaires, les os, le foie, les poumons et les ganglions lymphatiques plus éloignés) alors il s’agit d’un cancer métastatique.

Symptômes cancer du sein

Le cancer du sein doit être évoqué devant l’apparition d’une masse mammaire. L’aspect de la peau en regard de la masse (aspect inflammatoire rouge, chaud, douloureux ou alors aspect rétracté ou bombé) et la présence d’un écoulement mamelonnaire unilatéral sont des éléments importants à noter.

Il arrive également que le cancer du sein soit révéler par une adénopathie axillaire c’est à dire par un gonflement du ganglion situé au niveau de l’aisselle.

Diagnostic cancer du sein

Le diagnostic de cancer du sein est tout d’abord évoqué devant l’apparition d’une masse mammaire. Il arrive parfois que le cancer soit également diagnostiqué au stade non symptomatique lors du dépistage proposé aux femmes de plus de 50 ans par une mammographie tous les 2 ans.

L’interrogatoire de la patiente doit également être porté sur la recherche de facteurs de risque de cancer du sein tel que :

  • l’âge (plus de 50 ans).
  • le tabagisme actif.
  • des antécédents personnels et familiaux de cancer du sein.
  • des facteurs d’exposition aux hormones tels que : des règles précoces, une ménopause tardive, l’absence de grossesse ou l’âge tardif de la première grossesse et certains traitements hormonaux.

 

Les examens complémentaires ayant un intérêt pour qualifier la masse mammaire sont : la mammographie mammaire, l’échographie mammaire et, dans certains cas, une IRM mammaire.

Dans tous les cas, le diagnostic de cancer du sein est confirmé par une biopsie de la masse mammaire.

Spécialistes cancer du sein

Les médecins référents pour un cancer du sein sont :

  • le gynécologue médical, spécialiste des maladies touchant la poitrine et l’appareil génital fé Il interroge et examine le patient et prescrit les examens complémentaires en cas de suspicion de cancer du sein.
  • le radiologue interventionnel réalise la biopsie mammaire sous contrôle de la vue et interprète les différents examens d’imagerie prescrits dans le cadre du bilan initial du cancer du sein.
  • l’anatomopathologiste lit le prélèvement mammaire de la masse et confirme le cancer du sein. Il recherche également des éléments microscopiques pouvant influencer sur le pronostic du cancer du sein.
  • le chirurgien gynécologique pratique le traitement chirurgical conservateur ou non conservateur en fonction de plusieurs élé
  • le chirurgien plastique réalise ensuite une reconstruction mammaire si la patiente le souhaite.
  • l’oncologue médical, spécialiste des cancers, met en place la stratégie thérapeutique et propose diverses modalités de traitements en fonction du cancer et du choix de la patiente (chimiothérapie, radiothérapie, hormonthérapie, thérapies ciblées….)

Traitement cancer du sein

Le choix du traitement du cancer du sein dépend :

 

  • de l’âge de la patiente
  • de la survenue de sa ménopause ou pas
  • de la présence de cancers hormonosensibles dans la famille (sein, utérus)
  • de ses antécédents médicaux et chirurgicaux
  • de l’endroit où est situé le cancer dans le sein
  • s’il est unifocal (un foyer cancéreux) ou multifocal (plusieurs foyers cancéreux)
  • du type histologique de la tumeur (cellule à l’origine du développement du cancer)
  • de son grade (degré d’agressivité)
  • s’il est ou pas hormonosensible (stimulé par les hormones produites par les ovaires ou le tissu adipeux)
  • s’il est ou pas HER2 positif (amplification du gène HER2 qui stimule la croissance des cellules)
  • des éventuelles données de biologie moléculaires (signatures moléculaires)
  • de son stade (degré d’extension)
  • de son état de santé global
  • de ses choix de vie

 

Parmi les différents traitements du cancer du sein, on retrouve :

 

  • Le traitement chirurgical

Deux types d’intervention sont envisageables : une chirurgie mammaire conservatrice et une chirurgie mammaire non conservatrice.

La chirurgie mammaire conservatrice (tumorectomie ou segmentectomie) consiste à enlever la tumeur et une quantité restreinte des tissus qui l’entourent,

La chirurgie mammaire non conservatrice (mastectomie) consiste à enlever le sein, l’aréole et le mamelon.

La technique conservatrice est proposée quand la tumeur est unique (ou éventuellement lorsque deux tumeurs sont proches) et suffisamment restreinte par rapport à la taille du sein afin de la retirer complètement avec une marge suffisante de tissus sains autour. Une radiothérapie du sein vient toujours en complément d’une chirurgie conservatrice.

Si la tumeur est volumineuse, une chimiothérapie ou une hormonothérapie néoadjuvantes (c’est à dire, réalisée avant le traitement chirurgical) peuvent être réalisées afin de réduire la taille de la tumeur et de permettre une chirurgie conservatrice.

Une chirurgie non conservatrice est par contre indiquée si la tumeur est trop volumineuse et qu’une chimiothérapie ou hormonothérapie néoadjuvantes ne sont pas possibles, si la forme et l’emplacement de la tumeur empêchent une chirurgie conservatrice ou encore si plusieurs tumeurs sont présentes dans le sein.

Dans tous les cas, la chirurgie du sein est complétée par un geste ganglionnaire axillaire, soit exérèse du ganglion sentinelle, soit curage ganglionnaire.

La chirurgie peut être le seul traitement

de la maladie ou être suivie d’une radiothérapie et d’une chimiothérapie et/ou d’une hormonothérapie.

Suite à une mastectomie, il est possible d’avoir recours à une reconstruction mammaire (soit simultanément, soit dans un deuxième temps).

 

  • La radiothérapie

La radiothérapie permet de détruire les cellules cancéreuses grâce à des rayonnements X. Les rayons sont dirigés précisément sur les cellules cancéreuses afin de préserver le plus possible les tissus sains et les organes proches.

Pour les cancers du sein in situ et infiltrants, la radiothérapie vient le plus souvent en complément de la chirurgie (radiothérapie adjuvante) mais elle peut être également exclusive.

Elle est centrée sur le sein s’il a été conservé ou sur la paroi thoracique après mammectomie et est étendue aux aires ganglionnaires axillaires, sus claviculaires et mammaires internes si les premiers relais étaient atteints.

 

  • La chimiothérapie et les thérapies ciblées

La chimiothérapie et les thérapies ciblées sont des traitements médicamenteux, utilisés pour traiter le cancer du sein. Il s’agit de traitements médicaux généraux, qui opèrent sur l’ensemble du corps et atteignent les cellules cancéreuses où qu’elles soient. Alors que la chimiothérapie agit sur les mécanismes de la division cellulaire, les thérapies ciblées bloquent des mécanismes spécifiques des cellules cancéreuses (dans le cancer du sein, le traitement utilisé vise à bloquer l’amplification du gène HER2).

Une chimiothérapie n’est pas systématique dans le traitement du cancer du sein.

Pour les cancers infiltrants « localisés », une chimiothérapie peut être nécessaire après la chirurgie (chimiothérapie adjuvante) lorsque le risque de récidive est élevé. En cas d’amplification du gène HER2, elle est associée à une thérapie ciblée spécifique. Ces traitements médicaux peuvent être débutés avant la chirurgie (traitements néoadjuvants) en cas de tumeurs évolutives et inflammatoires : ils seront poursuivis après.

Pour les cancers métastasiques, le traitement repose essentiellement sur une chimiothérapie éventuellement associée à une thérapie ciblée et/ou une hormonothérapie dans le but de stabiliser l’évolution de la maladie.

Plusieurs types de traitements médicamenteux existent pour la chimiothérapie et les thérapies ciblées.

 

  • Lhormonothérapie

L’hormonothérapie consiste à empêcher la stimulation des cellules cancéreuses par les hormones féminines (oestrogènes, progestérone) synthétisées par les ovaires ou le tissu adipeux après la ménopause : les modalités utilisées consistent soit dans le blocage de la synthèse de ces hormones au niveau des ovaires, soit en utilisant des médicaments qui entrent en compétition avec ces hormones.

L’hormonothérapie est utilisée seule ou après une chimiothérapie et/ou une radiothérapie. Le cancer doit être hormonosensible ce qui est défini par la présence de récepteurs d’hormones sur les biopsies de la tumeur (ce test est effectué systématiquement par immunohistochimie).

En cas de cancer infiltrant « localisé » hormonosensible, une hormonothérapie adjuvante est le plus souvent proposée après l’association chirurgie / radiothérapie et une éventuelle chimiothérapie : elle est prescrite pour une longue période de 5 ans minimum. L’hormonothérapie peut également être utilisée avant le traitement local (hormonothérapie néoadjuvante) pour diminuer la taille de la tumeur.

En cas de cancer métastasique, une hormonothérapie peut être prescrite seule ou combinée à d’autres médicaments afin de stabiliser l’évolution de la maladie.

Plusieurs types de médicaments d’hormonothérapie existent.

 

  • Les essais cliniques

Il est parfois possible de participer à un essai clinique. Il s’agit d’une étude scientifique menée avec des patients, dans le but de tester notamment des nouveaux traitements ou leur stratégie d’utilisation.

Les essais cliniques actuels pour le cancer du sein visent notamment :

  • à évaluer différentes façons de mieux utiliser les traitements existants pour plus efficacité et/ou moins d’effets secondaires ;
  • à évaluer de nouvelles techniques de radiothérapie ;
  • à évaluer de nouveaux médicaments anticancéreux (chimiothérapie ou thérapie ciblée) ou de nouvelles associations de mé

Intérêt d'un deuxième avis

Demander un deuxième avis médical est primordial :

  • Pour confirmer le diagnostic et plus spécifiquement le type de cancer du sein
  • Pour être sûr d’être traité par un spécialiste du cancer du sein
  • Pour vous assurer que les traitements en cours et leur ordre sont les plus adaptés à votre cas
  • Pour éviter une opération inutile

Quelles questions poser ?

  • Je dois subir une chirurgie, quelle est la bonne technique opératoire ?
  • Doit-on me proposer une chimiothérapie en amont de la chirurgie ?
  • Existe-t-il plusieurs médicaments de chimiothérapie ? Comment choisir ? Faut-il combiner ces médicaments ?
  • On me propose de réaliser une radiothérapie, une hormonothérapie. Quels en sont les bénéfices / risques ?
  • Je fais une rechute, quels traitements privilégier désormais ? A quel moment commencer le traitement ?
  • Quels sont les essais cliniques existants ? Suis-je éligible ?
  • J’ai une tumeur frontière à la limite entre tumeur bénigne et maligne, faut-il opérer ?
  • Puis je bénéficier d’une étude génétique ?
  • Que dois-je faire concernant le sein non malade : quelle surveillance ? Quelle chirurgie préventive ?
Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

Qui consulter ?

Un oncologue ou cancérologue spécialiste du cancer du sein pour tout ce qui concerne les traitements.

Un oncologue radiothérapeute spécialiste du cancer du sein pour tout ce qui concerne la radiothérapie.

Un gynécologue spécialiste du cancer du sein à consulter plus particulièrement sur la technique opératoire mais aussi sur les répercussions sur la vie génitale. S’assurer de sa spécialisation « cancer de l’ovaire ».

Un chirurgien spécialisé en cancérologie et en « cancer du sein » pour toute question sur la nécessité d’opérer ou non et sur la technique opératoire.

Mais aussi pour la relecture de certains examens : un pathologiste ou une radiologue.

Les examens à transmettre

Pour soumettre une demande de deuxième avis, vous devrez transmettre les documents obligatoires suivants :
  • Vos examens radiographiques : échographie, scanner, IRM, Pet scan, autres radios surtout des 12 derniers mois
  • Vos récents bilans biologiques
D'autres documents, bien que facultatifs dans nos questionnaires, peuvent également présenter un intérêt pour le médecin expert qui rendra son avis :
  • Compte rendu opératoire
  • Comptes rendus de chimiothérapie
  • Comptes rendus histologiques ou anatomopathologiques de la chirurgie ou des biopsies
  • Comptes rendus d’hospitalisation, de réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP), lettres de médecins et autres documents médicaux
  • Compte rendu histologique avec étude immunohistochimiques des récepteurs hormonaux, statut Her2
Mise à jour le 17 janvier 2017
Cancer du sein
2
médecins experts pour cancer du sein
Les autres maladies pour tumeur gynécologique, cancer gynécologique
Recevez votre deuxième avis en 7 jours seulement
Vous êtes atteints d'une maladie grave, rare ou invalidante, deuxiemeavis.fr vous permet d'accéder à un médecin spécialiste qui est expert de votre maladie et de lui poser toutes vos questions
Recherchez votre maladie
Nous couvrons une liste croissante de maladies graves, rares ou invalidantes. Recherchez la vôtre ou contactez nous si vous ne la trouvez pas.
 
Complétez votre dossier médical
Collectez votre dossier médical auprès de votre médecin. Complétez ensuite votre questionnaire médical en ligne et transmettez vos documents et examens.
 
Choisissez votre médecin expert
Nous avons sélectionné des médecins experts de votre maladie. Choisissez parmi eux ou laissez le site vous affecter un expert disponible pour gagner du temps.
 
Recevez votre deuxième avis en 7 jours
Le médecin expert de votre maladie analyse votre dossier et vous répond sous 7 jours. Vous pouvez échanger un message avec lui concernant son avis.
Bénéficier d'une expertise médicale, par une démarche simple, rapide et sécurisée
Ils témoignent...
Parce que la parole des patients qui vivent les mêmes situations que vous vaut plus que la nôtre, découvrez ce qu'ils pensent de notre service
Tumeur neuroendocrine de l'intestin grêle
Quoi de plus naturel, lorsque l'on vous annonce une pathologie, qu'elle soit grave ou rare, de chercher à en savoir plus...
Il s'agit quand même de sa peau ; non pas que la compétence de votre professionnel de santé soit remise en cause, bien au contraire mais, faute de temps parfois ou le stress de la blouse blanche font qu'on oublie ou qu'on ne sait pas poser les bonnes questions.