Mise à jour le 7 novembre 2016

  • Définition goutte

    La goutte est un trouble du métabolisme des purines (molécules présentes dans les organismes vivants, qui apportent des éléments essentiels à l’ADN et à l’ARN). Elle est caractérisée par une augmentation anormale de la concentration d'acide urique (hyperuricémie) dans le sang.

    Normalement, l’acide urique se présente sous forme de sel soluble dans le sang mais si sa concentration augmente alors son excès devient insoluble et des cristaux se forment et se logent dans les articulations ou les reins.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Le deuxième avis est particulièrement pertinent dans le cadre de la Goutte car il s’agit d’une maladie avec des conséquences possiblement graves si elles ne sont pas traitées. Un deuxième avis permet de bien comprendre les alternatives thérapeutiques, notamment le choix entre les différents médicaments existants qui sont nombreux et dont les effets peuvent être très conséquents. Il peut en outre permettre une meilleure observance du traitement qui vous est proposé en vous faisant davantage participer à la décision thérapeutique.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • On me propose un traitement de fond assez lourd, existe-t-il des alternatives ?
    • Quels sont les bénéfices / risques des différents médicaments hypo-uricémiants ?
    • Existe-t-il d’autres traitements à l’étranger ?
    • Comment puis-je limiter la douleur des crises de goutte ?
    • Est-ce que les crises de goutte sont évitables ?
    • Quelle est l'importance du régime alimentaire dans la prévention des crises de goutte ?
    • Malgré un régime bien suivi, je fais toujours des crises de goutte est-ce normal ?
    • La répétition des crises est-elle systématique ?
    • Les crises de goutte peuvent-elles être en lien avec une pathologie autre (cancer, rein, …) ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    Le référent pour le diagnostic et la prise en charge de la goutte est un médecin rhumatologue.
    C’est le spécialiste des maladies des articulations.
    image de docteur
    0
    médecin expert
    pour goutte
  • symptômes goutte

    Une crise de goutte peut intervenir lorsque les cristaux se précipitent dans les articulations entrainant une réaction inflammatoire aigue. Cette atteinte va se traduire par une rougeur et douleur locale.

    C’est souvent le gros orteil qui est touché, mais d’autres articulations aussi peuvent être atteintes, comme celles du pied, genou, poignet et des doigts.

    Il existe des polyarthrites goutteuses qui touchent simultanément plusieurs articulations.

    En l'absence de traitement régulier, la goutte devient progressivement chronique, conséquence d'une surcharge uratique prolongée. Ceci peut conduire à des complications graves : destruction articulaire et osseuse, risques d'insuffisance rénale ou problèmes cardio-vasculaires notamment accident vasculaire cérébral.

  • Diagnostic goutte

    Le diagnostic de goutte repose tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie.

    Ces facteurs de risques sont : un âge avancé, le sexe masculin, la ménopause, des antécédents familiaux de goutte, des apports alimentaires riches en purine (bière, soda, charcuterie, abats).

    Lors d’une crise douloureuse des articulations, les premier geste diagnostic vont être

    • La ponction articulaire, c’est à dire un prélèvement de liquide dans l’articulation à l’aide d’une seringue. Ce prélévement va être analysé pour rechercher la présence de cristaux dans le liquide, qui signera le diagnostic de goutte.
    • La radiographie de l’articulation douloureuse
    Il peut aussi être réalisé un dosage de l’uricémie (dans le sang).

  • Traitement goutte

    Le choix du traitement dépend :

    • Du niveau d’hyperuricémie
    • De la fréquence des crises de goutte
    • Du caractère chronique ou pas de la maladie
    • De la présence de facteurs de risques spécifiques ou de maladies associées
    • De l’état de santé global du patient et de ses choix de vie 
    Pour la crise de goutte, le traitement médicamenteux de référence est la colchicine. Ce traitement calme les douleurs. La tolérance de la colchicine dépend de la dose, de la fonction rénale et des interactions médicamenteuses. Des anti-inflammatoires peuvent également être proposés pour traiter les crises, ainsi que l’immobilisation et le glaçage dans certains cas. Les injections locales cortisoniques sont également possibles, notamment chez des patients fragiles ayant une insuffisance rénale (contre-indication aux anti-inflammatoires, à la colchicine) mais elles peuvent engendrer une dépendance. Les anticytokines font par ailleurs partie des traitements prometteurs des crises de goutte.

    La modification de l’hygiène de vie est indispensable pour éviter les récidives. Il s’agit principalement d’arrêter ou diminuer considérablement la consommation d’alcool et de soda, de viande notamment d’abats et de charcuterie,  de perdre du poids. Il convient de favoriser l’apport des laitages.

    Il existe, par ailleurs, des traitements de fond de l’hyperuricémie (les hypo-uricémiants) qui doivent permettre une dissolution des cristaux. Les médicaments hypo-uricémiants sont nombreux (Allopurinol, Febuxostat, Probénécide, Urate oxydase, etc.). Ces traitements sont poursuivis à vie pour éviter les récidives. Ces traitements de fond ne sont pas systématiques en cas de première crise, car ils comportent des risques d’utilisation (ex : allergies cutanées). Ils sont recommandés pour les gouttes sévères c'est à dire les gouttes avec atteintes rénales (lithiases uriques, …), les gouttes récidivantes à court terme et les gouttes avec arthropathies uratiques ou avec tophus. Ils peuvent générer des crises de gouttes au début du traitement, et sont donc souvent associés, pendant les premiers mois, à une prescription de colchicine ou d’anti-inflammatoires à faible dose.

    Dans le cas de gouttes moins sévères, des traitements non médicamenteux peuvent être proposés, par exemple l’arrêt d’un diurétique lors d'une goutte induite chez un hypertendu ou la mise en place d’un régime alimentaire simple et adapté.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour autres maladies rhumatologiques

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 01/12/2017
Cette semaine, nous avons décidé de vous parler d’Hugo, 35 ans, qui habite à Chambéry.Tout commence en 2013. Alors qu’il pratique le kick boxing. Hugo remarque un claquement sonore mais indolore au niveau du ménisque interne de son genou droit...
Lire la suite...
Actualité du 24/11/2017
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Jean, qui souffre d’un cancer de la prostate.Jean a 65 ans, il habite dans la région nantaise. Ancien expert comptable, il est aujourd’hui retraité et compte bien profiter de...
Lire la suite...