hernie discale lombaire
Témoignages

L’histoire de Rémi, 43 ans, terriblement gêné par une hernie discale lombaire

Rémi* est régulièrement terrassé par une douleur insupportable dans le bas du dos.  Autrement dit, il est victime depuis 3-4 ans de lombalgies récidivantes et de plus en plus invalidantes. Une crise récente et fulgurante, l’a tétanisé de douleur et a nécessité le concours de pompiers pour l’extraire de son véhicule. Le médecin qu’il a ensuite rencontré, ne constatant pas d’améliorations malgré la prise de médicaments, lui propose une arthrodèse dynamique avec élargissement du fourreau ou arthrodèse mono segmentaire. Les interventions chirurgicales effraient souvent les patients. Rémi serait soulagé d’avoir un deuxième avis. Il en fait la demande sur le site internet deuxiemeavis.fr 

 

Un premier avis médical d'arthrodèse lombaire.

 

Rémi est occitan. Il vient de l’Hérault, ce département à l’accent mélodieux qui glisse parfois malicieusement des « g » à la fin de ses mots. Il a 43 ans, travaille dans les assurances. Avant le confinement il a été victime d’un énième épisode de douleurs intenses, qui l’a obligé à un arrêt de travail. Il expose sa difficile situation dans le questionnaire personnalisé qu’il enverra par la suite à l’équipe de deuxiemeavis.fr.

Peu de temps avant le confinement, alors qu’il a de plus en plus mal aux lombaires, il se rend dans une clinique ostéopathique de la région. Une détente du carré des lombes est alors tentée, acte qui l’a déjà soulagé auparavant. Mais cette fois-ci non seulement la douleur ne tarit pas mais elle augmente par crises. Jusqu’à devenir si insupportable et vive, qu’il se voit contraint d’appeler les pompiers. Ecrasé par le poids des élancements, il ne peut plus bouger. Les pompiers lui administrent de la morphine et parviennent au bout d’une petite heure, à l’extraire de son véhicule. Un traitement médicamenteux à base d’anti-inflammatoires lui est administré. Les résultats escomptés n’arrivant pas, Rémi pâtissant encore de la douleur, son médecin lui prescrit une IRM qu’il n’a pu passer qu’une fois le déconfinement en place. En attendant, il profite toutefois du confinement pour, sur les conseils d’un ami kinésithérapeute, suivre un protocole d’étirements.

Quand il rencontre enfin un neurochirurgien, celui-ci établit le diagnostic suivant : « le disque L4/L5 est "mort", le L3/L4 déjà bien endommagé et le fourreau dural très rétréci ». Il lui propose donc une arthrodèse dynamique (BDyn) en L4/L5 avec élargissement du fourreau.

Mais de quoi parle-t-on ?! Entre les os des vertèbres de la colonne vertébrale, se trouvent des disques intervertébraux, qui assurent la protection des vertèbres en cas de chocs. Ils s’usent avec le temps, avec l’âge, certains gestes professionnels répétés... Lorsqu’ils s'abîment, ils assurent moins leur fonction d’amortisseurs, les vertèbres moins éloignées les unes des autres, peuvent alors comprimer les nerfs qui se trouvent entre elles. Ces pincements de nerfs donnent lieu à des douleurs fortes

L’arthrodèse consiste à retirer les disques endommagés pour les combler par de l’os du bassin préalablement ponctionné. Il s’agit en quelque sorte de la consolidation par « soudure » de deux vertèbres. 

Une appréhension saisit Rémi devant l’avis très tranché du médecin quant à la nécessité de passer par cette opération chirurgicale. Il fait des recherches et tombe sur le site deuxièmeavis.fr. Il sélectionne un neurochirurgien et lui transmet l’IRM du rachis lombaire. Il lui précise qu’il « aimerait avoir un second avis éclairé avant d'entériner une telle décision ». Et il ajoute à cela « par ailleurs, se pose la question du L3/L4, ne faudrait-il pas gérer les deux en même temps ? ».

Moins d’une semaine après, il reçoit la réponse. Sa demande de deuxième avis est prise en charge par sa complémentaire santé. 

 

Deuxiemeavis.fr : l’avis d’un médecin expert

 

Le médecin expert choisi par Rémi a pu consulter le dossier médical et lire attentivement le questionnaire rempli par Rémi, avec l’aide de l’équipe deuxième avis.

Ainsi il est plus au fait de l’état actuel de Rémi. Celui-ci mentionne des douleurs qui prennent la forme de crises plus ou moins permanentes, depuis 3 ans, avec des épisodes à une fréquence de plus en plus rapprochée. Elles touchent ses jambes, le bas de son dos et le lancent au niveau du fessier. Ses jambes manquent souvent de se dérober sous ses pas, ce qui a parfois entraîné sa chute. Empêché de pratiquer une activité sportive, cela le limite surtout dans ses déplacements. Il ne peut se tenir debout plus d’une demi-heure ou assis plus d’un quart d’heure. Les crises le réveillent la nuit, et sont fortes quand il tousse, éternue Monter les escaliers ne lui est plus possible sans le soutien de la rampe. La seule position lui permettant d’atténuer son état est d’être couché en chien de fusil. Il a bien des médicaments, qu’il ne prend qu’en qu’à de crises, pour éviter toute accoutumance.

Il estime que sa qualité de vie a drastiquement été impactée par sa maladie et qu’elle est aujourd’hui à ses yeux « intolérable ». 

Fort de toutes ces connaissances sur le ressenti et le vécu de Rémi, et après analyse de son dossier médical, le médecin expert rend un avis légèrement différent de celui de son confrère. Il estime qu’il serait envisageable de temporiser l’arthrodèse mono segmentaire et éclaire Rémi sur les implications de celle-ci si elle devait être retenue.

Rémi présente des « douleurs lombaires dégénératives d’origine essentiellement discale. Ces douleurs sont manifestement en lien avec un important déconditionnement lombaire. La symptomatologie est lombaire basse de type mécanique et augmente avec les efforts.» Cela signifie que les douleurs de Rémi proviennent de la « dégradation de ses disques intervertébraux situés entres les vertèbres lombaires basses L3-L4 et L4-L5, sans conflits disco-radiculaire, autrement dit sans compression des racines nerveuses situées entre les disques, tant au niveau du canal que des foramens..»

 

La rééducation comme alternative à l'intervention chirurgicale.

 

Le médecin expert suggère donc, si cela n’a pas été réalisé : une prise en charge rééducative adaptée en centre, avant toute sanction opératoire. Ceci doit s’accompagner de séances de kinésithérapie de renforcement isométrique des muscles érecteurs du rachis et de la sangle abdominale. Afin de lui permettre de mieux appréhender sa maladie, il ajoute à cela qu’il serait utile pour Rémi de télécharger l’application de la CPAM activ’dos, une sorte de coach numérique. Il y trouverait de nombreux bons renseignements.

Concernant l’arthrodèse mono segmentaire L4-L5 dynamique. Elle est très efficace pour traiter les douleurs d’origine dégénérative, en association avec de la rééducation. Le médecin expert précise toutefois que dans 90 % des cas, l’opération peut être évitée par la pratique suivie de rééducation adaptée. Il indique à Rémi que celle-ci doit se faire dans un centre dédié avec médecins rééducateurs, kinésithérapeutes. Les centres/écoles du dos proposent des programmes de 6 semaines sur-mesure, après un bilan d’entrée, dont Rémi pourrait tirer bénéfice. Selon lui « le travail sur la posture, l’adaptation des gestes d’hygiène lombaire et le renforcement isométrique des muscles érecteurs du rachis et de sangle abdominale suffisent pour une large majorité des patients. » Ce n’est qu’en cas de persistance de la hernie discale lombaire que l’arthrodèse semble alors, pour lui, le traitement thérapeutique adapté et incontournable. La rééducation réalisée en amont, n’aura pas été peine perdue, elle optimisera le succès de l’arthrodèse.

Celle-ci devrait alors, toujours selon le médecin expert sélectionné sur le site deuxiemeavis.fr, être proposée sur 2 étages L3-L4 et L4-L5, comme Rémi en avait l’intuition. Il recommande un abord par voie antérieure, OLIF plus précisément, (soit en passant par l’abdomen) plus respectueuse des structures articulaires, musculaires et ligamentaires lombaires, sans voir de contre-indication par rapport aux voies d’abord postérieures, facilitant une récupération plus rapide. Si le choix se porte sur cette dernière option, il précise qu’il est important « d’éviter les facettes articulaires (pour limiter le risque dit du segment adjacent c’est-à-dire la précipitation d’une discopathie sur le disque sus ou sous-jacent) ». Il recommande de privilégier des abords mini-invasifs, provoquant le moins de traumatismes possibles. Ce deuxième avis a été partagé avec son confrère médecin.

Cette analyse approfondie a grandement aidé Rémi. Selon ses propres mots, le médecin expert a rendu un « avis détaillé, agrémenté de conseils d’une grande clarté ». Il l’en remercie et se dit désormais en capacité de prendre une décision concernant le traitement à réaliser.

Nous souhaitons un bon rétablissement à Rémi !

Si comme Rémi vous avez des maux de dos qui vous lancent parfois jusque dans les jambes, vous êtes peut-être victime d’une hernie discale lombaire. Afin d’éviter que la situation n’empire, en l’absence d’améliorations après une première consultation médicale, un deuxième avis médical peut vous être utile.

Des doutes ? Parcourez les retours d’expérience.

 

*Pour des raisons de confidentialité et de protection de la vie privée, le nom des personnes a été changé.

Par Mathilde Lamolinerie - Publication le 12/08/2022

Catégories
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !

Découvrez nos webinaires

sopk : symptômes, diagnostic & traitement
Webinaire
PARLONS DU SOPK : symptômes, diagnostic & traitement
Lundi 3 octobre de 17h à 18h
Ça m’intéresse
Vous avez manqué un webinaire ?
Ils sont tous disponibles en replay !
Voir tous nos webinaires
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Tous les articles : Témoignages
fracture du coude

L'histoire de Christine, 63 ans, souffrant d'une fracture du coude

Plusieurs semaines après son opération du coude, Christine n'a malheureusement pas retrouvé sa mobilité et se trouve très limitée pour effectuer les gestes du quotidien. Elle sollicite un deuxième...

Lire la suite, 2 min de lecture

Par Olivia Derrien le 30/09/2022

endométriose

L'histoire d'Emma 22 ans, souffrant d'endométriose

Emma* a toujours beaucoup souffert pendant ses règles, mais depuis quelques mois les douleurs sont constantes et d'autres symptômes sont apparus. Après quelques examens, le diagnostic est posé : elle...

Lire la suite, 2 min de lecture

Par Olivia Derrien le 16/09/2022

conflit osseux de la cheville

L’histoire de Joao, 32 ans, souffrant d'un conflit osseux (ou tissulaire) de la cheville

Suite à des douleurs répétées à la cheville qui le gênent pour faire du sport et jusque dans l’exercice de son métier, Joao* a été diagnostiqué d’un conflit osseux (ou tissulaire) de la cheville. Le...

Lire la suite, 3 min de lecture

Par Mathilde Lamolinerie le 09/09/2022

Plus d'articles
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q
Je souhaite l'avis d'un expert
Logo de deuxiemeavis.fr

Un service patient
est là pour vous accompagner

Un service patient est là pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 9h à 18h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avis Les médecins experts Les maladies La prise en charge Témoignages Blog
Mentions légales Politique de confidentialité C.G.S

Copyright © Carians 2022, Tous droits réservés - Carians - Deuxiemeavis.fr - 1 boulevard Pasteur 75015 Paris

Rejoignez-nous !

Marion