Le kinésithérapeute : 5 raisons de le consulter

Par Fanny Bernardon le 2 mars 2020
kinésithérapeute raison consultation orthopédie

Parfois appelé physiothérapeute, le kinésithérapeute est un professionnel de santé paramédical. Grâce à différentes techniques manuelles et par le mouvement, la kinésithérapie vise à restaurer ou maintenir les fonctions de l’organisme : articulaires, musculaires, respiratoires, digestives, neurologiques, cardiovasculaires… 

Pose d’une prothèse de hanche ? Douleurs chroniques ? Scoliose de l’enfant ? Fracture déplacée et opérée ? Accident chez le sportif ? Troubles de l’équilibre chez la personne âgée ? Rééducation du périnée post-partum ?

Au final, quand faire appel à un kinésithérapeute ?

 

1 - La kiné après une opération chirurgicale

Des séances de kinésithérapie sont tout à fait adaptées suite à une opération chirurgicale relevant de l’orthopédie : pose de prothèse (hanche, genou), réparation d’une fracture sévère (par exemple déplacée et avec plaie ouverte) ou encore ostéotomie (ablation d’un os dans le contexte d’une tumeur par exemple). 

En effet, ces interventions vont souvent se poursuivre par un temps d’immobilisation du membre qui perd alors de sa mobilité. La kinésithérapie va chercher à rétablir l’amplitude de la zone dans le cadre d’une rééducation et ainsi accélérer la récupération et le retour à l’autonomie. 

Il peut aussi s’agir d’apprendre à vivre avec une prothèse ou avec un membre amputé. Le kinésithérapeute joue alors un rôle pédagogique crucial.

 

2 - La kiné suite à un traumatisme

Accident de la voie publique, chute de ski, accident de jardinage, à la montagne ou à la mer… Après avoir subi un traumatisme comme une fracture, une luxation ou encore une entorse, les zones touchées, qu’elles aient été opérées ou non, sont moins mobiles et parfois douloureuses


Par des étirements, des mobilisations, des manoeuvres passives ou actives, du massage ou encore des exercices de renforcement musculaire, le kinésithérapeute favorise la restauration de toutes les fonctions articulaires et musculaires. 

 

3 - La kiné pour soulager des douleurs

Le kinésithérapeute peut participer à soulager des douleurs chroniques et aigües (dont post opératoires), grâce à différentes techniques de thérapie manuelle. L’éducation thérapeutique du patient est aussi essentielle pour continuer le travail en l’absence du professionnel.

Des séances de kinésithérapie peuvent ainsi être prescrites dans des situations et des pathologies aussi variées que la fibromyalgie, les neuropathies, les maux de dos (lombalgie…), la capsulite, la tendinite, l’arthrose, les thromboses lymphatiques, suite à de la radiothérapie… 

 

4 - La kiné suite à un accouchement

Après un accouchement, la femme a souvent perdu des muscles abdominaux ce qui peut susciter des douleurs au dos. La rééducation abdominale et périnéale permet de rétablir ces muscles abdominaux et ainsi d’éviter les conséquences éventuelles d’un périnée non stabilisé (fuites urinaires ou descente d’organes). 

Certains kinésithérapeutes choisissent de s’adresser à une population particulière comme les enfants ou les personnes âgées. Dans le cadre d’une rééducation abdominale et périnéale, cherchez plutôt un professionnel spécialiste de la femme enceinte.

 

5 - La kiné en prévention chez la personne âgée

Il peut être pertinent de prescrire de la kinésithérapie chez les personnes les plus fragiles comme les personnes âgées. Avec l’âge, les gestes du quotidien, la marche, le maintien d’une position verticale sont altérés à cause du raidissement des articulations et de la fonte musculaire. L’action du kinésithérapeute va viser à maintenir la masse musculaire et l’amplitude articulaire, entretenir le bon maintien de l’équilibre, apprendre à se relever du sol ou rééduquer à la marche. La restauration et le maintien de l’autonomie sont les priorités chez cette population.

C’est souvent le médecin traitant ou le chirurgien qui va prendre la décision de prescrire des séances de kinésithérapie. Le kinésithérapeute travaille donc conjointement avec d’autres professionnels de santé dans le cadre d’un parcours de soins coordonné. Il peut s’agir du chirurgien orthopédiste et traumatologue, du médecin de Médecine Physique et de Réadaptation, du rhumatologue, de l’ergothérapeute, du neuropsychologue, de l’orthophoniste, du pédicure-podologue ou encore du psychomotricien.


Note : certains kinésithérapeutes sont aussi ostéopathes. A l’inverse de la kinésithérapie, l’ostéopathie est une approche thérapeutique dite « non conventionnelle ». Elle se fonde aussi sur le mouvement et les manipulations manuelles. Cette profession est reconnue par l’Etat et peut être exercée à la fois par des médecins et des non médecins. 

 

 


SOURCES

HAS
https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/argumentaire.pdf
Ordre des masseurs-kinésithérapeutes
http://www.ordremk.fr/
Société française des Masseurs-kinésithérapeutes du Sport
https://www.kinedusport.com/
Société Française de Médecine Manuelle Orthopédique et Ostéopathique
https://www.sofmmoo.org/accueil-grand-public.htm
Société Française de Physiothérapie
https://www.sfphysio.fr/
Code de la Santé Publique
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006689302&idSectionTA=LEGISCTA000006171311&cidTexte=LEGITEXT000006072665&dateTexte=20150429

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier