image Maladies endocriniennes et métaboliques

Acromégalie

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 23 août 2017

  • Définition acromégalie

    L’acromégalie regroupe l’ensemble des manifestations provoquées par un excès de sécrétion chronique d’hormone de croissance (souvent appelée GH pour Growth Hormone).

    Elle résulte pratiquement toujours d’un adénome hypophysaire à hormone de croissance. Très exceptionnellement de très rares tumeurs endocrines « non-hypophysaires » peuvent sécréter le GH-RH (Growth Hormone Releasing Hormone) qui entraine une hyperplasie des cellules hypophysaires à hormone de croissance.

    L’hormone de croissance agit directement sur le foie pour stimuler la sécrétion d’IGF1 (Insulin-like Growth Factor type 1) qui sera donc chroniquement augmenté dans l’acromégalie, participant aux effets délétères périphériques.

    L’acromégalie est une maladie rare ; son incidence est de l’ordre de 3 à 5 nouveaux cas par millions d’habitants et par an. Elle touche un peu plus la femme, et survient surtout vers l’âge de 30-40 ans.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un deuxième avis est tout particulièrement dans les cas suivants :

    Hésitation sur le diagnostic d’acromégalie : Résultats biologiques limites ; forme « infra-clinique ; chez la femme enceinte.

    Hésitation sur le choix de la stratégie thérapeutique : Décision de la chirurgie hypophysaire d’emblée ou après préparation par un traitement médicamenteux ; choix d’une deuxième ligne de traitement en cas d’échec de la chirurgie hypophysaire ; modalité et rythme de surveillance après chirurgie hypophysaire, radiothérapie, traitement médicamenteux.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Ai-je vraiment une acromégalie ?
    • Les déformations physiques peuvent-elles disparaitre ?
    • Comment gérer les complications de l'acromégalie ?
    • Comment concilier acromégalie et grossesse ?
    • Dois-je réaliser une chirurgie hypophysaire ?
    • La chirurgie hypophysaire n'a pas fonctionné, quel autre traitement puis-je entreprendre ?
    • Quelle surveillance doit-être mise en place après mon traitement ?

    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

    Quels spécialistes consulter?

    Le premier spécialiste à voir est l’endocrinologue, qui posera le diagnostic d’acromégalie, recherchera ses possibles complications, appréciera les caractéristiques de l’adénome hypophysaire et son éventuel retentissement, et décidera de la meilleure option thérapeutique. Si nécessaire il fera appel à d’autres spécialistes (radiologue, cardiologue, neurochirurgien, radiothérapeute).
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour acromégalie
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes acromégalie

    On suspectera l’existence d’une acromégalie devant :

    Un ensemble de manifestations cliniques, reflétant le désordre hormonal (excès chronique d’hormone de croissance et d’IGF1): 

    • La dysmorphie acquise
    - Augmentation du volume de la face et des extrémités :
    · changement de taille des chapeaux.
    · le visage devient massif, anguleux, les arcades sourcilières et les pommettes deviennent saillantes, donnant un aspect simiesque ; Prognathisme (le menton saille en avant), avec perte de l’articulé dentaire, et accroissement de l’écartement des dents. Les lèvres sont épaisses ; la base du nez est élargie.
    · La main et les doigts s’élargissent (la bague devient impossible à retirer), de même que les pieds entrainant un changement de pointure des chaussures.

    - La peau est épaissie, la sudation augmentée

    - L’infiltration des vois aériennes supérieures explique le changement de la voix qui devient plus rauque et plus grave

    - Ces modifications morphologiques sont « acquises », dans un délai plus ou moins long, l’examen de photos anciennes (dans les mois ou années antérieures) du ou de la patient(e), est souvent éclairant sur les changements de la morphologie, au niveau du visage en particulier, et éventuellement ailleurs.

     
    • De possibles complications

    - Ostéoarthropathie

    - Hypertension artérielle (HTA), cardiopathie

    - Syndrome d’apnée du sommeil

    - Dépression

    - Syndrome du canal carpien

    - Diabète

    - Insuffisance gonadotrope (diminution de la libido, de l’activité sexuelle pour les hommes, anovulation, infertilité chez la femme)

     
    Des complications dues à l’adénome hypophysaire lui-même, en fonction de sa taille :

    • Troubles visuels
    • Insuffisances antéhypophysaires touchant les autres axes (gonadotrope, thyréotrope, corticotrope)

  • Diagnostic acromégalie

    Le diagnostic se fait en deux étapes :

    • L’hypersécrétion chronique d’hormone de croissance, sera mise en évidence par le taux de l’hormone de croissance plasmatique de base
    - Le taux de l’hormone de croissance plasmatique au cours du test de l'hyperglycémie provoquée par voie orale
    - L’IGF1 plasmatique de base
     
    • La mise en évidence de l’adénome hypophysaire par l’IRM de l’hypophyse

    Le reste du bilan recherchera systématiquement les complications citées plus haut.

  • Traitement acromégalie

    La chirurgie hypophysaire est le traitement de première ligne : l’approche transsphénoidale (le neurochirurgien aborde la loge hypophysaire par en dessous, en traversant le sinus sphénoïdal, en passant entre la lèvre et la gencive supérieure, ou par une narine) offre une chance sérieuse de guérison par l’ablation sélective (hypophysectomie partielle) de l’adénome à hormone de croissance.

    Certains adénomes, du fait de leur taille et/ou de leur caractère invasif, ne peuvent pas être retirés en totalité, et ne permettent pas une guérison ou sont à l’origine de récidives tardives.  

    En cas d’échec ou de récidive, d’autres options sont possibles, pour contrôler l’hypersécrétion d’hormones de croissance :

    Radiothérapie hypophysaire, surtout en cas de risque oncogénique (adénome volumineux, invasif, évolutif)

    - Traitements médicamenteux à visée hypophysaire :
    · Médicaments analogues de la Somatostatine, essentiellement Lanréotide, Sandostatine, Pasiréotide. Ces molécules inhibent directement la sécrétion d’hormone de croissance au niveau de l’adénome en se liant aux différents types du récepteur de la Somatostatine. Leurs principaux effets secondaires sont digestifs (trouble du transit intestinal, lithiase biliaire) et l’hyperglycémie (surtout pour le Pasiréotide).
    · Médicaments analogues de la Dopamine, la Cabergoline (Dostinex) essentiellement. En se liant au récepteur Dopamine de type D2, il freine directement la sécrétion d’hormone de croissance au niveau de l’adénome. Mieux toléré, ce traitement est toutefois moins efficace que celui utilisant les médicaments analogues de la Somatostatine.

    - Traitements médicamenteux à visée périphérique : Le Pegvisomant est un médicament analogue de l’hormone de croissance qui agit en se liant sur son récepteur sur lequel il exerce une activité antagoniste. Il est remarquablement efficace, normalisant l’IGF1 dans une grande majorité des patients, avec une excellente tolérance.

    Tous ces traitements médicamenteux peuvent être utilisés seuls ou en combinaison, initialement, en préparation de la chirurgie ou en complément de la chirurgie ou de la radiothérapie.

Télécharger la fiche

Les autres maladies endocriniennes et métaboliques

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...