Je souhaite l'avis d'un expert

icône de la maladie "Dysphagie"Dysphagie

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je commence

Fiche d'information

1|

Qu'est-ce que la dysphagie ?

La dysphagie est définie comme une difficulté à avaler avec une sensation de blocage des aliments (solides ou liquides). La dysphagie est en général causée par des troubles de la motricité oesophagienne.
Il existe deux types de dysphagies : oropharyngées ou oesophagiennes, selon le lieu où est répertoriée l’anomalie.

 

La dysphagie oropharyngée est due à un défaut de transport de la bouche vers l’œsophage, et a en général pour origine une maladie neurologique ou d’atteinte des muscles squelettiques.
La dysphagie oesophagienne n’atteint que l’œsophage et constitue une difficulté à propulser les aliments à travers l’œsophage. Elle est en général liée à une obstruction mécanique ou à un trouble de la motricité.

2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une dysphagie ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour une dysphagie ?

La dysphagie est une pathologie relativement fréquente, résultant d’une pathologie sous-jacente. Elle peut donc, si elle n’est pas diagnostiquée suffisamment vite, mener à de graves complications, et notamment à la mise en place d’une gastrostomie, extrêmement contraignante pour le patient.

 

Un deuxième avis permet de poser un diagnostic le plus précocement possible, et donc de déterminer si la dysphagie est oropharyngée ou oesophagienne. Il évite les complications et permet la meilleure prise en charge possible. En effet, le traitement diffère selon le type de dysphagie et selon les individus. Le pronostic des patients atteints de dysphagie se trouve donc amélioré grâce à un deuxième avis.

 

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour une dysphagie ?

  • S’agit-il d’une dysphagie oropharyngée ou oesophagienne ?
  • Comment limiter l’apparition d’une dysphagie ?
  • Comment être certain qu’il ne s’agit pas d’un cancer ?
  • Pourquoi effectuer une biopsie oesophagienne ?
  • En quoi consiste une endoscopie haute ?
  • Qu’est-ce qu’une gastrostomie ?
  • Quelle pathologie sous-jacente peut engendrer une dysphagie ?
  • Quelles sont les conséquences à long terme d’une dysphagie ?

Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes de la dysphagie ?

Les spécialistes à consulter pour un deuxième avis dans le cadre de la dysphagie sont :

  • Un gastro-entérologue.
  • Un endoscopiste pour effectuer l’endoscopie haute.
  • Un ORL (oto-rhino-laryngologiste) si la dysphagie est liée à des problèmes laryngés.
4|

Quels sont les symptômes d'une dysphagie ?

En général, le premier symptôme d’une dysphagie est une sensation de blocage des aliments plus ou moins haut située : au niveau du cou ou au niveau du thorax.

Parfois, il y a des fausses routes, c’est-à-dire que toute ou partie de ce qui a été ingérée passe dans les bronches : cela se manifeste par de la toux voire une infection pulmonaire.

 

Si la dysphagie devient chronique, elle peut entraîner une perte de poids.

Si la dysphagie est oropharyngée, on constate des régurgitations nasales et des fausses routes issues de toux.

 

Lorsqu’une pathologie neuromusculaire est associée, on retrouve des signes comme des troubles de la marche, des tremblements, une faiblesse, une asthénie (fatigue) et des difficultés d’élocution (au niveau de la parole).

Des symptômes digestifs comme une gêne thoracique, un pyrosis (sensation de brûlure partant du creux de l’estomac), des régurgitations alimentaires ou glaireuses sont typiques d’une atteinte de l’œsophage. 

Les symptômes comme un phénomène de Raynaud (vasoconstriction), des altérations cutanées et des douleurs musculaires/articulaires orientent plutôt vers un trouble du tissu conjonctif.

 

Parfois, il peut exister des phénomènes de blocage aigu ou d'impaction alimentaire, c’est-à-dire qu'un aliment se bloque dans l’œsophage empêchant toute prise alimentaire. Il existe souvent des douleurs et une augmentation de la salivation. C’est une urgence qui impose de consulter rapidement, le plus souvent aux urgences de l’hôpital.

 

Certains signes d’alarme doivent d’emblée attirer l’attention sur une pathologie sous-jacente comme un déficit neurologique focal récent, une perte de poids et des symptômes d’obstruction complète.

5|

Comment diagnostiquer la dysphagie ?

Le diagnostic d'une dysphagie repose en premier lieu sur l’anamnèse (interrogatoire précis sur les antécédents du patient) ainsi que sur l’examen clinique.

Le type de dysphagie est diagnostiqué en fonction des symptômes : s’il y a un reflux alimentaire de la bouche ou du nez ainsi qu’une sialorrhée (sécrétion abondante de la salive), cela est typique d’une pathologie oropharyngée. 

 

Si après une compression latérale du cou, on observe des régurgitations de nourriture, cela est spécifique d’un diverticule pharyngé. En outre, il est primordial d’effectuer un bilan neurologique complet. La myasthénie (pathologie neuromusculaire) doit également être recherchée.
Le diagnostic différentiel repose essentiellement sur la confusion avec un globus laryngé, c’est-à-dire une sensation de boule dans la gorge. Cela est complètement indépendant d’une anomalie au niveau du tractus intra-oesophagien.

 

Une endoscopie oeso-gastro-duodénale ou fibroscopie haute est indispensable et nécessaire pour examiner la muqueuse de l’œsophage, rechercher un rétrécissement (ou sténose) une maladie grave comme un cancer. Si l’endoscopie est normale, des biopsies oesophagiennes (prélèvement de tissu de l’oesophage) doivent être effectuées, pour rechercher une oesophagite à éosinophiles. 

 

S'il n’y a pas de rétrécissement ou de tumeur, une étude de la motricité oesophagienne doit être effectuée.

6|

Comment soigner la dysphagie ?

Le traitement d’une dysphagie repose sur une endoscopie haute si l’obstruction est totale.

 

S’il s’agit d’un anneau ou d’une sténose, une dilatation endoscopique est mise en œuvre.

 

Si la cause de la dysphagie est un trouble de la motricité, des traitements adaptés sont parfois possibles lors d’une endoscopie.

 

En outre, s’il s’agit d’une dysphagie oropharyngée, une rééducation spécialisée peut être mise en place. De plus, le changement de position de tête, lorsque les sujets atteints d’une dysphagie ingèrent des aliments, peut également être bénéfique.

 

Dans les cas les plus sévères, lorsque les fausses routes sont répétées, les patients atteints peuvent avoir une gastrostomie (sonde dans l’estomac et sortant au niveau de la paroi abdominale qui permet d’administrer directement les nutriments dans l’estomac.)

Mise à jour le 31/03/2021 - Revue par le Professeur Benoit Coffin

Partager
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence

Maladies digestives :

Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q