Cancer, comment vivre une rechute ?

Par Fanny Bernardon le 26 août 2019
cancer rechute
Il n’y a pas de guide pour savoir comment surmonter l’annonce d’une maladie grave. Pour savoir comment vivre une rechute, c’est-à-dire la récidive d’une maladie, non plus. Il y a cependant des comportements et des réflexes qui nous font du bien à tous. 

Accepter ses émotions lors d’une rechute d’un cancer

Souvent découverte à l’occasion d’un examen de suivi, la récidive d’un cancer suscite énormément d’émotions : la colère, le désespoir, l’angoisse, l’incompréhension, la culpabilité… C’est bien normal et naturel. Il ne s’agit ni de nier ces émotions, ni de se laisser submerger par elles. Elles existent, elles vous traversent mais elles ne sont pas vous.

Le sentiment d’injustice notamment peut être très fort. Pourquoi moi, encore ? Qu’ai-je fait de mal ? Qu’est-ce qui a causé le retour de la maladie ? N’hésitez jamais à poser ces questions à votre oncologue. Sachez néanmoins qu’il n’aura pas systématiquement de réponse à vous offrir car nous ne savons tout simplement pas pourquoi, chez certains, le cancer revient. Il faut alors accepter de ne pas comprendre et donc ne pas culpabiliser pour une faute qui n’existe pas.

Trouver du soutien en cas de rechute

Exprimer ses émotions et ses questions nous fait du bien à tous, que ce soit auprès de sa famille, de son conjoint ou de ses amis. Échanger avec des patients confrontés à la même situation que vous est également précieux. Un psychologue peut être consulté pour un suivi professionnel, car le soutien de l’entourage n’est parfois pas suffisant. Des praticiens de médecines complémentaires peuvent être sollicités pour apprendre à gérer les émotions fortes grâce à la respiration par exemple. Enfin, rappelez-vous que vous pouvez compter sur vous-même. Vous avez traversé l’épreuve de la maladie une fois, vous connaissez vos forces et vos faiblesses : vous êtes armé.

S’informer pour agir

Les traitements disponibles, les taux de survie, l’éligibilité à une thérapie ciblée, une immunothérapie ou un essai cliniqueAccéder à l’information est essentiel dans ces moments où tout semble vous échapper. Car savoir ce qui va arriver de façon sûre, ce qui peut arriver de façon probable, les décisions qui devront être prises ou encore les options qui seront disponibles élimine certaines peurs infondées et enclenche une dynamique d’action. Cela s’appelle être acteur de sa santé et c’est votre droit en tant que patient.

Prendre une décision partagée

Participer à la prise de décision qui vous concerne peut aussi se traduire par demander un deuxième avis médical. Il s’agit de faire examiner son dossier par un spécialiste ou un hyper-spécialiste de sa pathologie, soit lors d’une consultation physique, soit via une plateforme comme deuxiemeavis.fr. Cela vous permettra de vous conforter dans une décision ou bien d’envisager de nouvelles options thérapeutiques. Pensez à informer votre oncologue de votre démarche afin que ce deuxième avis soit intégré à votre dossier qui est notamment examiné lors des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP).

Tout comme il existe une infinie diversité de réactions devant la récidive d’un cancer, il existe d’indénombrables manières de vivre et de surmonter cette épreuve. A chacun de trouver les soutiens et les habitudes qui rendront cette période la moins pénible possible.

Un médecin expert de votre maladie répond à vos questions en moins de 7 jours après analyse de votre dossier