image Tumeurs et Cancers

Cancer du sein et grossesse

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 14 mai 2020 - Revue par Professeur Emile Darai

  • Définition cancer du sein et grossesse

    Par définition, le cancer du sein associé à la grossesse se définit par le diagnostic d’un cancer en cours de grossesse ou dans l’année suivant un accouchement. Pour en savoir plus sur le cancer du sein, vous pouvez vous référer à la fiche “cancer du sein”.
    En effet, la description de cette maladie, ses symptômes et son diagnostic ne sont pas spécifiquement liés à la grossesse.

    Par contre les questions qu’une patiente peut se poser, l’intérêt d’un deuxième avis, les traitements à envisager dans le cas d’une grossesse en cours ou envisagée sont détaillés ci-dessous.
  • Intérêt d'un deuxième avis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    L’intérêt de demander un deuxième avis, est d’établir le meilleur plan de traitement, afin de préserver au mieux la patiente et l’enfant à naître.
    En effet, le traitement le plus adapté dépend, comme vu précédemment, de plusieurs facteurs dont le terme de la grossesse, le stade de la maladie, et la classification moléculaire.

    Un deuxième avis permet également d’identifier la possibilité d’une grossesse après un cancer du sein (respect d’un délai post thérapeutique dépendant de la maladie initial, du profil moléculaire du cancer ainsi que de l’âge de la patiente et de sa réserve ovarienne).

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Est-ce que mon traitement va impacter ma grossesse ? Dans quelle mesure ?
    • Puis-je continuer ma grossesse et suivre mon traitement ?
    • Vais-je transmettre mon cancer à mon enfant ?
    • Quel est le traitement le plus adapté dans mon cas ?
    • Après l’accouchement, est ce que je pourrai allaiter ?
    • Puis-je tomber enceinte après un cancer du sein ?
    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels spécialistes consulter ?

    En cas de cancer du sein survenu pendant la grossesse, le dossier pourra être discuté systématiquement dans le cadre du réseau Cancer Associé à La Grossesse (CALG).
  • Traitement cancer du sein et grossesse

    Il n’y a pas de contre-indication à poursuivre la grossesse en cas d’association cancer du sein et grossesse, car le pronostic reste identique à celui de la patiente en dehors de la grossesse sauf pour certains cancers tels que les cancers HER2 positifs ou les formes métastatiques.
    De manière générale, le traitement du cancer du sein associé à la grossesse doit être le plus proche de celui proposé aux femmes non enceintes.
    Le traitement le plus adapté dépend du terme de la grossesse, du stade de la maladie, de la classification moléculaire.
    Dans tous les cas, chaque patiente présente des particularités justifiant le recours à une RCP (Réunions de Concertation Pluridisciplinaire) avant tout traitement.

    Les traitements du cancer du sein possibles sont les suivants :
    • Les traitements locorégionaux
    La chirurgie : elle sera réalisée à distance du terme, il n’y a pas de contre-indication. En revanche, les interventions au cours du troisième trimestre sont contre-indiquées.
    Le traitement de première ligne dans ce type de cancer est principalement chirurgical : soit une mastectomie radiale (ce qui correspond à une ablation complète du sein) ou alors une tumorectomie.
    1. La mastectomie : ablation complète du sein, qui peut être remplacé par une prothèse selon le souhait de la patiente. Une reconstruction mammaire immédiate par prothèse/expandeur est possible si elle est indiquée.
    2. La tumorectomie : correspond à une ablation de la tumeur et de certains tissus sains situés autour afin de retirer une marge de sécurité suffisante autour de la tumeur.
    La radiothérapie : les indications de radiothérapie en cas de grossesse sont décalées à la période du post-partum si ce délai est court. Inversement, si le délai apparaît trop long, peut se discuter un traitement chirurgical comportant une mastectomie. Pour les cancers intracanalaires ayant une indication de radiothérapie, un report de 3 à 6 mois est possible.
    • Les traitements systémiques (en situation non métastatique)
    La chimiothérapie : à l’inverse de la radiothérapie et de la chirurgie qui sont des traitements locaux de la tumeur, la chimiothérapie est un traitement qui va faire appel à un ou plusieurs médicaments qui vont diffuser dans tout l’organisme.

    Les indications de traitements néoadjuvants restent identiques à ceux d’une patiente qui n’est pas enceinte. Toutefois, devant l’impossibilité pendant la grossesse de donner des facteurs de croissance, les doses de Doxorubicine seront limitées à 50 mg/m2 ou pour Epirubicine à 75 mg/m2 et 500 mg/m2 pour le Cyclophosphamide.
    Il n’est pas nécessaire de diminuer les doses de Taxol pendant la grossesse.

    L’hormonothérapie est proscrite pendant la grossesse.
    • Les traitements systémiques (en situation métastatique)
    La prise en charge sera discutée en RCP. Selon le désir de la patiente, il sera proposé une interruption de grossesse ou une poursuite de celle-ci avec souvent un traitement alors non-optimal.

    En cas de désir d’enfant dans le futur, il faut étudier les options de traitements possibles.
    Certes le fait d’avoir eu un cancer du sein auparavant n’est pas contre-indiqué avec le fait d’avoir un désir de grossesse, mais les traitements mis en place lors de la maladie sont à considérer.
    En effet, la chimiothérapie et l’hormonothérapie par exemple, peuvent entraîner quelques risques d’infertilité, car ce sont des traitements qui vont engendrer des perturbations du cycle menstruel avec des cycles irréguliers, une interruption ou une modification des menstruations, le tout s’apparentant à une ménopause précoce. Afin de diminuer les chances d’apparition de cette ménopause précoce, un traitement hormonal substitutif peut être proposé hors cancer hormonodépendant. À la fin du traitement, si la patiente n’a toujours aucun signe de ménopause, le cycle menstruel peut revenir à la normale en quelques mois.
    Afin d’améliorer les chances des grossesses après un traitement, il est possible éventuellement de congeler ces ovocytes qui seront alors conservés et pourront ensuite être fertilisés et ré-implantés.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies pour tumeur gynécologique, cancer gynécologique

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 05/08/2020
La colposcopie est un examen gynécologique qui consiste à regarder le col de l’utérus et le vagin à l’aide d’un colposcope et de réaliser une biopsie. Dans quel cas cet examen est-il pratiqué ? Comment se déroule une colposcopie ? Est-ce douloureux...
Lire la suite...
Actualité du 29/07/2020
Aujourd’hui, environ un couple sur huit rencontre des difficultés à procréer. L’infertilité d’un couple peut être d’origine masculine, féminine ou mixte. Au sein des causes d’infertilité féminine, à l’exception des causes...
Lire la suite...