image Maladies du système nerveux

Traumatisme cranien

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 22 juin 2020 - Revue par Professeur Johann Peltier

  • Qu'est-ce qu'un traumatisme crânien ?

    Un traumatisme crânien est défini par un choc porté sur la tête (le crâne), entraînant un trouble de conscience (bref ou prolongé). Le traumatisme crânien est à l’origine d'un ébranlement du cerveau (un peu comme secoué dans une boîte), par un système de coup et contre-coup, ce qui provoque un étirement et des contraintes sur les neurones et leurs axones (“câbles”). Le grand mécanisme est celui de la décélération brutale, où le LCS qui est le liquide qui entoure le parenchyme cérébral ne peut empêcher ce dernier de taper le contenant (boite crânienne osseuse et méninges).

    La gravité dépend des lésions cérébrales existantes, de leur type, de leur étendue, des zones touchées. Les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes. La première cause de traumatisme crânien est représentée par les accidents de la voie publique, la deuxième par les chutes, ce qui désigne les personnes âgées ou alcooliques à risque.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour un traumatisme crânien ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour un traumatisme crânien ?

    Il existe un grand nombre de lésions possibles en cas de traumatisme crânien, et dont le niveau de gravité peut parfois ne pas être évalué immédiatement. Ainsi, un deuxième avis peut être intéressant dans la mesure où certaines séquelles peuvent apparaître tardivement et être la conséquence de lésions non identifiées auparavant.


    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour un traumatisme crânien ?

    • Est-on sûr de mon diagnostic de traumatisme crânien ?
    • Quel est le niveau de gravité de mon traumatisme ?
    • Quelles sont les séquelles éventuelles ?
    • Quelles sont les complications possibles à court et long terme ?
    • Quels sont les signes potentiels d’une lésion tardive ?
    • Faut-il un suivi particulier pour mon cas ?
    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quel est le spécialiste du traumatisme crânien ?

    Le spécialiste du traumatisme crânien est le neurochirurgien, spécialiste des lésions cérébrales.
  • Quels sont les symptômes d'un traumatisme crânien ?

    Le principal symptôme du traumatisme crânien est la perte de conscience, qui détermine également, par sa durée, la gravité de l’atteinte. Néanmoins, une perte brève de connaissance ne doit pas exclure des lésions cérébrales potentielles. Des séquelles peuvent arriver même pour des petits traumatismes, avec l’épilepsie en tête de ligne. Par ailleurs, la présence d’une fracture du crâne n’est pas le seul élément déterminant de la gravité. En effet, on peut avoir une grosse fracture sans lésions, de même qu’un grave hématome compressif, sans fracture crânienne pour autant.

    Les principaux signes de gravité sont le coma, crise d’épilepsie, paralysie d’un hémicorps, dilatation d’une pupille, difficultés à s’exprimer (aphasie)…

    Enfin, il existe aussi des lésions vasculaires ou nerveuses plus rares qui touchent de grosses structures importantes comme un nerf ou une artère. Dans le cas de l’atteinte d’un nerf, les signes cliniques sont en général assez flagrants, comme un déficit moteur ou sensible. Par exemple en cas d’atteinte du nerf olfactif, l’odorat est aboli ou très fortement diminué.

    Les lésions :
    • Les hématomes extra-cérébraux : ce sont des collections de sang, à la suite de l’éclatement d'un vaisseau le plus souvent artériel, situées entre le crâne et le cerveau. Les hématomes sont qualifiés d’extra-duraux ou de sous-duraux en fonction de la zone dans laquelle ils sont situés. Pour les hématomes extra-duraux, ils sont entre la dure-mère (méninge ou couche la plus externe du cerveau) et l’os crânien. Pour les hématomes sous-duraux, ils sont entre la dure-mère et la couche sous-jacente appelée l’arachnoïde.
    • Les lésions intracérébrales sont quant à elles qualifiées par leur aspect focal ou diffus, par leur caractère ouvertes ou fermées (si la peau a été ouverte ou non), si elles sont primaires ou tardives (des lésions peuvent arriver des mois après le traumatisme).
    • Les lésions cérébrales diffuses : ce sont en général des lésions axonales diffuses ou des gonflements cérébraux aigus. Les lésions axonales diffuses sont microscopiques et très spécifiques. Ce sont des ruptures d’axones (“câbles” des neurones) de neurones, qui ensuite conduisent à leur dégénérescence, entraînant en général une perte de conscience prolongée. Les gonflements cérébraux aigus sont des gonflements de tout ou partie du cerveau à la suite du choc. Ce sont des lésions gravissimes, car elles conduisent souvent à une hypertension intracrânienne (augmentation de la pression du sang dans le cerveau) qui peut être fatale.
    • Les lésions focales sont en général des hématomes au niveau des sillons du cerveau, qui peuvent se transformer en hémorragies intraparenchymateuses (fuites de sang qui ne se collectent pas dans une cavité) dans différentes régions cérébrales. On parle de contusion.
    • Les lésions ouvertes sont caractérisées par le fait que ce sont des plaies où le scalp (la peau recouvrant le crâne) et l’os crânien sont atteints. Elles peuvent s’accompagner de lésions focales ou diffuses, et sont en général graves. Ce sont des lésions contendantes (plaie par armes blanches….) donc a haut risque septique par la suite et d’épilepsie.
    • Les lésions tardives peuvent être infectieuses, comme la méningite post-traumatique qui correspond à une infection du liquide qui circule entre les méninges. Il peut s’agir d’un abcès qui est une accumulation de liquide infectieux dans le cerveau, ou bien d’hématomes tardifs, survenant bien après le choc.
    • Les lésions strictement osseuses de la voûte : on parle d’embarrure qui est un enfoncement osseux qui justifiera une correction chirurgicale.
  • Comment diagnostiquer un traumatisme crânien ?

    Le diagnostic de traumatisme crânien est d’abord clinique, par l’association d’une perte de connaissance et une éventuelle blessure, un bleu ou une quelconque lésion de la tête. Néanmoins, il est indispensable d’effectuer un scanner ou un IRM afin de repérer d'autres lésions cérébrales.
  • Comment soigner un traumatisme crânien ?

    Il existe plusieurs échelles d’appréhension de la gravité du choc, notamment le score de Glasgow, qui repose sur une série de questions permettant d’évaluer l’état de conscience. Ainsi, on distingue trois grades : le traumatisme léger, moyen ou grave. Dans le cas de traumatisme léger, la prescription consiste en un retour au domicile, du repos et une surveillance par l’entourage. Pour un traumatisme moyen, en général, on hospitalise afin de surveiller et d’explorer davantage le cerveau à la recherche de lésions. Enfin, pour un traumatisme grave, on hospitalise directement en neurochirurgie.

    Ensuite, l’indication chirurgicale de manière générale dépend de la gravité de la lésion : par exemple pour les hématomes extra-cérébraux, la chirurgie est nécessaire en urgence afin de les évacuer, mais pour une méningite, le traitement repose sur les antibiotiques. Par ailleurs, des anti-douleurs sont prescrits pour soulager les douleurs liées au choc.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du système nerveux