image Maladies du système nerveux

Hydrocéphalie chronique

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 23 juin 2017- Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Définition hydrocéphalie chronique

    Dans l'espace entre le cerveau et la boîte crânienne, circule un liquide appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Il a pour fonction d'amortir les chocs qui risqueraient d'endommager le cerveau, et il permet également d'évacuer certains déchets. On parle d’hydrocéphalie chronique de l’adulte lorsqu’il y a une quantité excessive de ce liquide qui reste dans le cerveau, à cause d’un dysfonctionnement dans le mécanisme d’évacuation ou d’absorption du LCR. Cette pathologie touche spécifiquement les personnes âgées, chez qui elle peut avoir des répercussions très invalidantes.

    Habituellement, le LCR circule à travers les ventricules du cerveau, avant d’être absorbé dans le sang.  Lorsque ce liquide n’est plus évacué correctement, les ventricules du cerveau se dilatent et deviennent très gros. Cela peut parfois provoquer une compression du cerveau, mais ce n’est pas systématique. Quand la pression du LCR est normale, on parle alors d’hydrocéphalie à pression normale.  Dans tous les cas, la dilatation des ventricules, gorgés de LCR, entraine un certain nombre de troubles fonctionnels et intellectuels.

    La cause, permettant d’expliquer le dysfonctionnement du mécanisme d’évacuation du LCR, reste à ce jour inconnue. On suppose néanmoins que cette maladie est due à une diminution de la capacité des vaisseaux du cerveau à réabsorber le LCR. Ce trouble apparaît progressivement bien qu'il n'existe aucun obstacle à l'écoulement du LCR. Toutefois, l’hydrocéphalie peut faire suite à une hémorragie méningée, à une méningite ou encore à un traumatisme crânien.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un deuxième avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une hydrocéphalie chronique de l’adulte dans la mesure où le diagnostic de cette maladie est relativement difficile à établir. Souvent confondu avec d’autres maladies dégénératives liées à l’âge, ou encore avec la maladie d’Alzheimer, il n’est pas rare que le patient attende plusieurs mois avant de se voir proposer un traitement. Dans ce contexte, un deuxième avis permet de confirmer ou d’infirmer un diagnostic et ainsi de proposer plus rapidement le traitement approprié.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189

    Témoignage

    Atteint d'une affection neurologique assez rare, j'ai été opéré du cerveau en 2017. Il y a eu une amélioration transitoire mais mon état s'est de nouveau aggravé quelques semaines plus tard. La seule solution proposée a été de m'orienter vers le centre anti-douleur où on m'a prescrit un traitement médicamenteux lourd qui m'a progressivement épuisé. J'étais dans l'impasse mais en faisant quelques recherches sur le net je suis tombé sur le site Deuxième avis. J'ai envoyé un dossier complet et moins d'une semaine plus tard j'avais le compte-rendu d'un neurochirurgien expert dans cette pathologie. Celui-ci m'a confirmé que l'opération était inefficace (j'étais à peu près le seul à en être convaincu) mais qu'il existait d'autres solutions. Il a également pu répondre à toutes les questions que je me posais et me donner de nombreux conseils. Je recommande ce site pour sa rapidité et son sérieux et je pense qu'un deuxième avis est parfois nécessaire pour les maladies rares ou complexes. Un grand Merci à l'équipe de Deuxième avis et aux experts qui y participent.

    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Puis-je me faire opérer ?
    • En quoi consiste l’opération ? Quels sont les risques ?
    • Se remettons facilement d’une telle opération ?
    • Combien de temps peut-on garder la valve sous la peau ? Faut-il penser à la changer au bout d’un moment ?
    • Quelles seront les conséquences et les limitations dans ma vie de tous les jours avec la valve ?
    • Vais-je pouvoir récupérer les facultés intellectuelles, ma mémoire et mes capacités fonctionnelles, telles qu’elles étaient avant le traitement ?
    • Est-ce que la maladie peut récidiver ?
    • Quel est le suivi à mettre en place ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez ...

    Quels spécialistes consulter?

    Un neurologue. C’est le spécialiste des pathologies du système nerveux. Il réalisera un examen neurologique détaillé et exclura les autres diagnostics de maladies neurodégénératives (démences, Maladie de Parkinson…). Il réalisera une ou plusieurs ponctions lombaires en hôpital de jour ou en hôpital de semaine pour confirmer le diagnostic d’hydrocéphalie.

    Un neurochirurgien. Il est le chirurgien spécialisé dans les opérations du système nerveux C’est lui qui décidera de l’intervention chirurgicale à faire et qui la réalisera.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour hydrocéphalie chronique
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes hydrocéphalie chronique

    Les signes d’une hydrocéphalie chronique de l’adulte apparaissent le plus souvent à partir de la soixantaine. La maladie provoque généralement trois types de dysfonctionnement : des troubles de la marche, des troubles de la mémoire et intellectuels, ainsi que des problèmes urinaires. A ces symptômes neurologiques, peuvent également être associés d’autres symptômes plus généraux, comme des maux de tête, des troubles de la vision et des nausées. Ces symptômes peuvent être difficile à déceler, car peu spécifiques ou communs à d’autres maladies neurodégénératives. Ils font parfois penser, dans un premier temps, à la maladie d’Alzheimer, à cause des troubles de la mémoire que l’hydrocéphalie engendre.

  • Diagnostic hydrocéphalie chronique

    Il n’est pas toujours facile de diagnostiquer clairement les patients atteints d’HCA. Pour établir son diagnostic, le scanner cérébral complété par une IRM sont les examens de référence. Ils permettent de détecter une éventuelle dilatation des ventricules cérébraux. La réalisation d’une ou de plusieurs ponctions lombaires permet également de voir si l’évacuation de LCR améliore les symptômes. La ponction lombaire a donc une valeur diagnostique, mais également prédictive du résultat du traitement chirurgical.

  • Traitement hydrocéphalie chronique

    Le choix du traitement dépend
    · Des résultats des examens d’imagerie médicale
    · Des résultats de la ponction lombaire
    · De la gravité des symptômes observés et de leur retentissement sur la vie quotidienne
    · De l’état de santé du patient
    · De ses antécédents familiaux et médicaux
    · De son âge

    Traitement.

    Le traitement de référence est l’intervention chirurgicale. Elle consiste à mettre en place une dérivation permanente du LCR, afin de permettre l’évacuation du LCR en excès, vers une autre partie du corps (généralement l’abdomen, parfois le cœur), d’où il peut rejoindre la circulation sanguine. Considérée comme peu compliquée et courte, l’opération est réalisable sur des patients âgés. Elle permet d’obtenir rapidement des résultats tangibles.

    Le dispositif est composé d’une valve et de cathéters. Il est placé sous la peau de façon définitive.

Télécharger la fiche

Les autres maladies du système nerveux

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...