image Maladies cardiovasculaires

Infarctus du myocarde

Mise à jour le 26 octobre 2016

  • Définition infarctus du myocarde

    L’infarctus du myocarde, qu’on appelle aussi crise cardiaque, survient lorsque le l’artère coronaire qui alimente le muscle cardiaque (le myocarde) est obstruée par un caillot de sang. Le myocarde cesse d’être approvisionné en sang (et donc en oxygène) et les cellules musculaires de cette zone meurent. Le myocarde ne peut donc plus assurer sa fonction essentielle qui est de propulser le sang dans l’organisme. Cela provoque des troubles du rythme cardiaque et une insuffisance cardiaque, voire l’arrêt du coeur. C’est une situation d’urgence qui peut être fatale si elle n’est pas diagnostiquée à temps.

    A l’instar des autres maladies du coeur, l’infarctus du myocarde survient à cause d’un dépôt de graisse sur les parois des artères, qui s’accumule, grossit et crée une plaque d’athérome. Lorsque cette plaque se détache, un caillot se forme dans l’artère et bloque la circulation du sang. La rupture de la plaque d’athérome est presque systématiquement l’événement qui déclenche l’infarctus.

     

    Cette affection touche près de 140 000 personnes par an en France, et environ 10% de ces personnes décèdent peu de temps après.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Dans la mesure où l’infarctus du myocarde entraîne une incidence majeure sur le mode de vie du patient (quand ce n’est pas sa vie elle-même qui est en jeu) un second avis est en effet primordial. Il permettra au patient de prendre connaissance de sa maladie cardiaque et des traitements qui peuvent être mis en place en fonction de sa situation personnelle.

    Un second avis aidera également le patient à mesurer sa capacité à lutter contre les facteurs de risques qu’il concentre dans sa personne (tabac, diabète, hypercholestérolémie, hypertension artérielle, obésité, sédentarité…) et qu’il est indispensable de maîtriser. L’infarctus du myocarde entraîne bien souvent un traitement au long court et une modification complète de son mode de vie

    C’est donc fort d’une vision large et lucide de sa maladie que le patient pourra prendre part aux choix thérapeutiques qui lui seront proposés et adopter un changement radical dans ses habitudes.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Quelles sont les options thérapeutiques dans ma situation ?
    • Quels sont les principaux facteurs de risque que je cumule et comment puis-je agir pour les faire disparaître ?
    • Pourrai-je mener à nouveau une vie normale ?
    • Quelles sont les chances de récidive ?
    • Comment l’intervention du pontage se déroule-t-elle ?
    • Quels sont les risques de cette intervention ?
    • Quelle surveillance particulière dois-je mettre en place après l’intervention ?
     Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    Le médecin référent pour l’infarctus du myocarde est un cardiologue. Un cardiologue est un spécialiste des problèmes cardiaques.

    Il est préférable de consulter un cardiologue spécialiste de l’infarctus du myocarde.

    Un urgentiste ou smuriste, un radiologue, un réanimateur peuvent participer à la prise en charge d’un infarctus du myocarde, notamment à la phase aiguë de la maladie.

    image de docteur
    0
    médecin expert
    pour infarctus du myocarde
  • symptômes infarctus du myocarde

    Le principal symptôme de l’infarctus du myocarde est une très grande douleur ressentie dans le thorax, associée à une sensation d’oppression qui se propage à l’épaule et au bras gauche, voire dans la gorge. Des palpitations, une grosse fatigue, un essoufflement peuvent accompagner ces symptômes. Dès l’apparition des premiers signes d’infarctus du myocarde, il faut contacter les urgences car une hospitalisation immédiate s’impose.

  • Diagnostic infarctus du myocarde

    L'infarctus du myocarde atteint plus souvent les hommes que les femmes et généralement après 60 ans. Mais il peut survenir plus tôt si les facteurs de risque cardiovasculaire sont réunis.

    Le diabète, un taux élevé de cholestérol, une alimentation trop riche en graisses, l’obésité, sont bien sûr en cause, mais d’autres facteurs tels que le tabagisme, l’hypertension artérielle, le stress, la sédentarité, sont tout aussi déterminants pour l’infarctus du myocarde.

  • Traitement infarctus du myocarde

    Le choix du traitement dépend

    • De l’âge du patient
    • De son hygiène de vie
    • De ses antécédents familiaux, notamment en terme d’accident cardio-vasculaires
    • De son état de santé général
    • De la rapidité de la prise en charge après les premiers symptômes            

    Dans le cadre d’un traitement d’urgence, à la phase aiguë

    La seule solution est de désobstruer l’artère le plus rapidement possible après le début des symptômes d’infarctus du myocarde.

    Si plus de 90 minutes se sont écoulées entre les premiers symptômes et l’hospitalisation, les médecins urgentistes pratiquent une thrombolyse. Elle consiste à injecter des médicaments pour déboucher l’artère obstruée. Très efficace, ce traitement peut néanmoins, dans 1% des cas, entraîner une hémorragie cérébrale.

    Lorsque moins de 90 minutes se sont écoulées depuis l’apparition des premiers signes, alors les médecins effectuent directement une angioplastie. Ce procédé consiste à dilater les parois de l’artère obstruée à l’aide d’un ballonnet gonflable que l’on introduit dans l’artère grâce à un cathéter.

    L’angioplastie est généralement accompagnée de la pose d’un stent. Il s’agit d’un petit dispositif en forme de tube ou de ressort métallique qui est placé dans l’artère afin de la maintenir la plaque contre la paroi. Une fois l’artère dilatée, la circulation sanguine peut reprendre.

    Dans le cadre d’un traitement longue durée, à la phase chronique

    Le patient qui a subi un infarctus du myocarde doit généralement suivre un traitement à vie, basé sur quatre familles de médicaments: bêtabloquants, antiagrégants plaquettaires, statines et inhibiteurs de l’enzyme de conversion. D’où l’acronyme BASI souvent associé à ce type de thérapie.

    Si malgré cela, des troubles du rythme cardiaque subsistent, le chirurgien peut décider d’implanter un défibrillateur cardiaque implantable ou un stimulateur cardiaque. Le premier est un petit appareil implanté sous la peau qui permet d’enregistrer les troubles du rythme et de resynchroniser le cœur si besoin. Le second, appelé aussi « pacemaker », est un petit appareil muni d’électrodes qui transmet des signaux au muscle cardiaque pour le stimuler. Tout comme le défibrillateur cardiaque implantable, il est également implanté sous la peau.

    Enfin, si plusieurs artères coronaires sont rétrécies ou bouchées, le chirurgien peut procéder à un pontage. Un segment de vaisseau sanguin sain est alors prélevé au niveau de la jambe, du bras ou du thorax, et greffé pour créer une nouvelle voie d'irrigation du cœur en contournant la partie rétrécie. Cette intervention se déroule à coeur ouvert, sous anesthésie générale.

    Toute personne ayant subi un infarctus du myocarde se voit également proposée de suivre une réadaptation cardiovasculaire qui repose sur un ensemble de techniques, essentiellement centrées sur le ré-entraînement à l’effort (exercices physiques, musculaires…), et ainsi permettre au patient de récupérer ses capacités antérieures.

Télécharger la fiche

Les autres maladies coronarienne