image Maladies du système nerveux

Kyste colloïde du troisième ventricule

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 15 septembre 2020 - Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Qu'est-ce qu'un kyste colloïde du troisième ventricule ?

    Un kyste colloïde est une sorte de poche, remplie d’une substance semi liquide, qui se développe de façon anormale dans notre cerveau. Le troisième ventricule, quant à lui, est l’une des 4 cavités que l’on trouve à l’intérieur du cerveau. Situé au centre de celui-ci, il communique avec les ventricules latéraux par un orifice appelé le trou de Monro. Tout comme les autres cavités du cerveau, le troisième ventricule sécrète du liquide céphalo-rachidien. C’est le liquide dans lequel baigne notre système nerveux central. L’une des fonctions de ce liquide est d’amortir les chocs qui pourraient endommager le cerveau.

    Le kyste colloïde du troisième ventricule (ou plus simplement le KC3V) est une tumeur bénigne rare. Elle ne représente que 0,5 à 2 % de l’ensemble des tumeurs cérébrales et se manifeste habituellement entre 30 et 50 ans. Ce kyste siège généralement en arrière des trous de Monro. Le risque est qu’en grossissant, il bouche le trou de Monro et du même coup, qu’il devienne un obstacle à l'écoulement du liquide céphalorachidien. Cela pourrait entraîner une hydrocéphalie, c’est-à-dire une trop grande accumulation de liquide céphalo-rachidien à l'intérieur des cavités du cerveau. Plus rarement, le kyste peut également se rompre. C’est pourquoi son évolution doit-être étroitement surveillée.

    On ne connaît pas de facteurs de risque qui provoque l’apparition d’un kyste colloïde. On pense qu’il se forme quand le bébé est encore dans l’utérus, et que le système nerveux central est en train de se développer. Il peut ensuite rester inaperçu jusqu’à l’âge adulte.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour un kyste colloïde du troisième ventricule ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour un kyste colloïde du troisième ventricule ?

    Dans le cas d’un kyste colloïde du troisième ventricule, un deuxième avis auprès d’un spécialiste est tout à fait indiqué. En terme de stratégie thérapeutique, le patient a le choix entre une surveillance étroite et une intervention chirurgicale, laquelle n’est pas dénuée de risques. Parfois l’opération peut laisser des séquelles comme la survenue d’une épilepsie ou encore une perte de la mémoire courte. Il est donc très important de bien évaluer le rapport risques/bénéfices de chaque option avant de prendre une décision. En apportant un éclairage supplémentaire sur les différents aspects de cette maladie, un deuxième avis peut vous aider y voir plus clair. Mieux informé(e), vous pouvez ainsi prendre part à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique adaptée à votre situation et à vos choix.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    •   Comment évolue mon kyste colloïde du troisième ventricule ?
    •   Quelles sont les options thérapeutiques dans mon cas ?
    •   Je ressens certains symptômes. Peut-on réduire ces symptômes autrement que par une opération chirurgicale ?
    •   On me suggère d’attendre et de surveiller l’évolution du kyste. Y a-t-il des risques à laisser le kyste se développer ? Quels sont les signaux qui doivent m’alerter ?
    •   On me suggère de me faire retirer ce kyste. Comment se déroule l’opération ? Quels en sont les risques ? Y a-t-il des séquelles possibles ?
    •   Une exérèse du kyste peut-elle entraîner des troubles de la mémoire ? Ces troubles peuvent-ils se résorber avec le temps ?
    •   Une fois retiré, est-ce que le kyste peut se reformer ? Suis-je susceptible de me faire ré-opérer ? Quels sont les risques d’une deuxième opération ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quel est le spécialiste du kyste colloïde du troisième ventricule ?

    Un neurochirurgien. C’est le chirurgien spécialiste des maladies du système nerveux et de leurs traitements.
  • Quels sont les symptômes d'un kyste colloïde du troisième ventricule ?

    Les symptômes apparaissent lorsque le kyste est devenu suffisamment gros pour gêner, voire bloquer, l’écoulement du liquide céphalo-rachidien, causant ainsi une hydrocéphalie. Cette accumulation excessive de liquide fait pression dans le cerveau. C’est cette pression qui engendre les symptômes. Ceux-ci peuvent se manifester par des troubles visuels, des maux de tête, des troubles de la perception auditive, des nausées, des vomissements ou encore des problèmes hormonaux.

    Enfin, lorsque le kyste est à l’origine d’une obstruction brutale du trou de Monro, il existe un risque de mort subite. C’est la raison pour laquelle que, bien que le kyste soit bénin, la question d’une exérèse chirurgicale du kyste colloïde doit être rapidement posée.
  • Comment diagnostiquer un kyste colloïde du troisième ventricule ?

    Le diagnostic du kyste colloïde du troisième ventricule est établi à l’aide d’examens d’imagerie médicale (scanner, IRM).
  • Comment soigner un kyste colloïde du troisième ventricule ?

    Le choix du traitement dépend :
    • de l’emplacement du kyste,
    • de sa taille,
    • de son évolution,
    • du type et de l’intensité des symptômes qu’il engendre,
    • de la survenue d’une éventuelle hydrocéphalie,
    • de l’âge du patient,
    • de ses antécédents médicaux et familiaux,
    • de son état de santé général.

    Lorsque le kyste est de petite taille, et qu’il ne provoque pas de symptôme particulier, le médecin préconise une surveillance étroite, à l’aide d’examens d’imagerie médicale réguliers. En effet, du fait de son emplacement, l’exérèse d’un kyste colloïde n’est pas une opération bénigne. Elle n’est donc réalisée que si elle s’avère réellement nécessaire.

    Lorsqu’une intervention chirurgicale s’impose, celle-ci consiste généralement à pratiquer une exérèse du kyste colloïde. Cette intervention se fait soit par microchirurgie, soit sous endoscopie. Le choix de la technique est laissé à l’appréciation du chirurgien. La durée de l’opération est d’environ 1 h 30 – 2 h 00, mais varie selon la taille du kyste et ses adhérences avec le troisième ventricule. La chirurgie peut également permettre de faire une dérivation pour laisser le liquide céphalo-rachidien s’écouler. On soulage ainsi la pression exercée sur le cerveau. L’hospitalisation dure quelques jours. Après l’intervention, une surveillance active et régulière est préconisée pour voir comment les éventuels résidus du kyste évoluent.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du système nerveux