image Tumeurs et Cancers

Métastase(s) cérébrale(s)

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 28 décembre 2017- Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Définition métastase(s) cérébrale(s)

    Survenant dans différentes parties du corps, un cancer peut s’étendre au cerveau et provoquer des tumeurs secondaires. Ces métastases cérébrales représentent la majorité des tumeurs du cerveau, avec près de 30 000 nouveaux cas par an. Les métastases cérébrales sont différentes des cancers du cerveau primitifs (ceux qui se développent à partir des cellules du cerveau, voir fiche « Gliome »). Ces cancers secondaires se développent dans le cerveau à partir de cellules cancéreuses provenant d’une tumeur qui est née dans un autre organe. Les métastases se développent volontiers à plusieurs endroits du cerveau en même temps (métastases multiples), mais peuvent également être uniques.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Dans le cadre d’une métastase cérébrale, un second avis est tout a fait préconisé, dans la mesure où il s’agit d’une tumeur au cerveau qui peut potentiellement altérer les facultés mentales ou les fonctions physiques de la personnes concernée, voire de mettre en jeu son pronostic vital. L’annonce d’une tumeur au cerveau est toujours une information bouleversante, tant pour le patient que pour son entourage. Dans ce contexte, il est primordial d’avoir l’information la plus complète sur cette pathologie, sur les risques qu’elle engendre, mais aussi sur les traitements existants. La chirurgie du cerveau notamment n’est pas sans risque et les interventions habituellement réalisées sont loin d’être anodines. Il est donc important de bien mesurer le risque et les bénéfices de chaque option thérapeutique avant de prendre une décision. Un second avis peut apporter au patient l’éclairage nécessaire pour l’aider dans ses choix.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Quelle est l’origine de ma (mes) métastase(s) ?
    • Quels sont les traitements adaptés à ma situation ?
    • Combien de temps durera mon traitement ? Quelle est son efficacité à priori ?
    • Le traitement va-t-il engendrer des effets secondaires ? Peut-on prévenir ou diminuer ces effets ?
    • Est-ce que je vais connaître des troubles fonctionnels irréversibles ? Le traitement va-t-il venir à bout des symptômes causés par la tumeur ?
    • En quoi consiste l’opération chirurgicale ? Comporte-t-elle des risques de séquelle ?
    • Existe-t-il des essais cliniques et suis-je éligible ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    Le neurochirurgien. C’est le chirurgien spécialisé dans les opérations et dans la radiochirurgie du système nerveux.

    L’oncologue. C’est le spécialiste des cancers. Il coordonne la prise en charge des patients at-teints de cancer.

    Le radiothérapeute. C’est le spécialiste qui réalise la radiothérapie sur les tumeurs cérébrales.

    L’anatomopathologiste. C’est le médecin qui examine au microscope les tissus prélevés lors d’une biopsie ou d’une exérèse. Ses analyses sont déterminantes pour le diagnostic et l’élaboration d’une stratégie thérapeutique, lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire.

    Le choix du traitement dépend :

    • De la localisation et du nombre de tumeurs
    • De leur taille
    • De leur évolution
    • De leur type histologique
    • Des antécédents familiaux et médicaux du patient
    • Des symptômes qu’il perçoit
    • De son état de santé général
    • Du cancer primitif en cause
    • De son âge
    • De ses choix
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour métastase(s) cérébrale(s)
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes métastase(s) cérébrale(s)

    Une métastase cérébrale peut entraîner un certain nombre de symptômes, même si ceux-ci ne sont pas systématiques ni spécifiques aux tumeurs cérébrales. Ainsi, la compression provoquée par la tumeur peut entrainer des maux de tête et des nausées, dont le caractère inhabituel et la persistance doivent alerter le patient. La tumeur peut également engendrer une perturbation de l’activité des neurones. On assiste alors à des crises d’épilepsie imprévisibles. Celles-ci s’accompagnent parfois de convulsions, de pertes de conscience, d’absences… Enfin, en fonction de sa localisation, la tumeur peut entrainer des troubles du fonctionnement du cerveau, comme un changement de personnalité, des difficultés à marcher ou à coordonner ses mouvements, des troubles moteurs ou sensitifs, une perte d’audition ou de vision, des difficultés à formuler des phrases, à parler ou à écrire, etc. Ces troubles sont liés au rôle que joue notre cerveau dans nos différentes capacités fonctionnelles. Selon son développement et sa localisation, la tumeur peut altérer ce rôle.

  • Diagnostic métastase(s) cérébrale(s)

    Le diagnostic d’une tumeur du cerveau débute par un examen clinique (le médecin évalue l’état de santé du patient au cours d’un interrogatoire) et neurologique complet. Différents tests de réflexe, de langage, de sensibilité, de coordination ou autre, sont effectués dans ce but. Le diagnostic est ensuite précisé par des examens d’imagerie médicale (IRM avec injection de produit de contraste), afin de découvrir s’il y a une éventuelle tumeur, de la situer et de donner des informations sur ses caractéristiques. En dernier lieu, une biopsie peut être effectuée. Cela consiste à prélever un échantillon de la tumeur pour l’analyser lors d’un un examen anatomopathologique. La biopsie permet de déterminer la nature exacte de la tumeur et son origine. Il est également fondamental de faire le point concernant l’évolution du cancer responsable de la métastase.

  • Traitement métastase(s) cérébrale(s)

    Le choix des traitements proposés pour une métastase cérébrale repose sur la concertation d’une équipe pluridisciplinaire.

    Le traitement des métastases cérébrales vise à limiter leur croissance et à soulager les symptômes neurologiques.

    En tenant compte du nombre, de la taille et de l’emplacement des métastases, de l’état de santé du malade et du cancer initial, les options thérapeutiques reposent sur la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie du cerveau entier, la radiochirurgie, la corticothérapie (pour réduire l’œdème cérébral), des antiépileptiques en cas de crises convulsives, les soins palliatifs et une combinaison de ces différentes options. L’évaluation du patient et sa prise en charge doit être pluridisciplinaire afin de proposer un traitement "sur mesure" aux patients.

    Schématiquement, la chirurgie permet d’enlever la métastase lorsqu’elle est unique, volumineuse, accessible et que l'état de santé global du patient le permet. Quand il y a plusieurs métastases ou qu’elle n’est pas accessible à la chirurgie, on recourt alors à la radiochirurgie ou à la radiothérapie. La radiochirurgie est une technique réalisée par le neurochirurgien qui permet d’irradier une métastase de façon ciblée en dispensant des doses de rayons moins importantes que pour la radiothérapie.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour autres tumeurs ou cancers

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...