image Tumeurs et Cancers

Tumeur cérébrale

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 28 mars 2018- Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Définition tumeur cérébrale

    Dans notre cerveau, le système nerveux central est constitué de deux types de cellules: les neurones, qui reçoivent et traitent les informations, et les cellules gliales, qui entourent et nourrissent nos neurones. Ces cellules gliales sont très nombreuses et de différents types:  les astrocytes, les oligodendrocytes, les épendymocytes et les cellules microgliales.

    Ce qu’on appelle gliomes, ce sont les tumeurs qui se développent au dépend des cellules gliales. Les gliomes représentent la majorité des tumeurs du cerveau. Ils diffèrent les uns des autres en fonction du type de cellules gliales affectées et peuvent se situer dans n’importe quelles zones du cerveau. Certaines de ces tumeurs sont bénignes (astrocytome pilocytique), d’autres sont malignes (comme les astrocytomes anaplasiques, les oligodendrogliomes anaplasiques, ou les glioblastomes.) Le gliome le plus fréquent est le glioblastome. Il représente 20 % de l’ensemble des tumeurs du cerveau. C’est une tumeur agressive, qui se développe rapidement et s’étend dans une ou plusieurs zones du cerveau en même temps. Les causes d’apparition d’une tumeur au cerveau sont peu connues et les facteurs de risques encore mal identifiés.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Dans le cadre d’un gliome, un second avis est tout a fait préconisé, dans la mesure où il s’agit d’une tumeur au cerveau qui peut potentiellement altérer les facultés mentales ou les fonctions physiques de la personnes concernée, voire de mettre en jeu son pronostic vital. L’annonce d’une tumeur au cerveau est toujours une information bouleversante, tant pour le patient que pour son entourage. Dans ce contexte, il est primordial d’avoir l’information la plus complète sur cette pathologie, sur les risques qu’elle engendre, mais aussi sur les traitements existants. La chirurgie du cerveau notamment n’est pas sans risque et les interventions habituellement réalisées sont loin d’être anodines. Il est donc important de bien mesurer le risque et les bénéfices de chaque option thérapeutique avant de prendre une décision. Un second avis peut apporter au patient l’éclairage nécessaire pour l’aider dans ses choix.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • La tumeur est-elle bénigne ou maligne ? Et dans ce cas, quel est son degré d’agressivité ?
    • Quelle est l’origine de mon cancer ?
    • Quels sont les traitements adaptés à ma situation ?
    • Combien de temps durera mon traitement ? Quelle est son efficacité à priori ?
    • Le traitement va-t-il engendrer des effets secondaires ? Peut-on prévenir ou diminuer ces effets ?
    • Est-ce que je vais connaître des troubles fonctionnels irréversibles ? Le traitement va-t-il venir à bout des symptômes causés par la tumeur ?
    • En quoi consiste l’opération chirurgicale ? Comporte-t-elle des risques de séquelle ?
    • Existe-t-il des essais cliniques et suis-je éligible ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez ...

    Quels spécialistes consulter?

    Le neurologue. C’est le spécialiste du système nerveux (cerveau, moelle épinière et nerfs).

    Le neurochirurgien. C’est le chirurgien spécialisé dans les opérations du système nerveux.

    Le neuro-oncologue.  C’est le spécialiste des cancers qui affectent le système nerveux (le cerveau, mais aussi la moelle épinière).

    L’anatomopathologiste. C’est le médecin qui examine au microscope les tissus prélevés lors d’une biopsie ou d’une exérèse. Ses analyses sont déterminantes pour le diagnostic et l’élaboration d’une stratégie thérapeutique, lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour tumeur cérébrale
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes tumeur cérébrale

    Un gliome peut entraîner un certain nombre de symptômes, même si ceux-ci ne sont pas systématiques ni spécifiques aux tumeurs cérébrales. Ainsi, la compression provoquée par la tumeur peut entrainer des maux de tête et des nausées, dont le caractère inhabituel et la persistance doivent alerter le patient. La tumeur peut également engendrer une perturbation de l’activité des neurones. On assiste alors à des crises d’épilepsie imprévisibles. Celles-ci s’accompagnent parfois de convulsions, de pertes de conscience, d’absences… Enfin, en fonction de sa localisation, la tumeur peut entrainer des troubles du fonctionnement du cerveau, comme un changement de personnalité, des difficultés à marcher ou à coordonner ses mouvements, des troubles moteurs ou sensitifs, une perte d’audition ou de vision, des difficultés à formuler des phrases, à parler ou à écrire, etc. Ces troubles sont liés au rôle que joue notre cerveau dans nos différentes capacités fonctionnelles. Selon son développement et sa localisation, la tumeur peut altérer ce rôle.

  • Diagnostic tumeur cérébrale

    Le diagnostic d’une tumeur du cerveau débute par un examen clinique (le médecin évalue l’état de santé du patient au cours d’un interrogatoire) et neurologique complet. Différents tests de réflexe, de langage, de sensibilité, de coordination ou autre, sont effectués dans ce but. Le diagnostic est ensuite précisé par des examens d’imagerie médicale (IRM, scanner), afin de découvrir s’il y a une éventuelle tumeur, de la situer et de donner des informations sur ses caractéristiques. En dernier lieu, une biopsie est effectuée. Cela consiste à prélever un échantillon de la tumeur pour l’analyser lors d’un un examen anatomopathologique. La biopsie permet de déterminer si la tumeur est cancéreuse ou non et de donner des précisions sur son grade.

  • Traitement tumeur cérébrale

    Le choix du traitement dépend
    •   De la  localisation de la tumeur
    •   De son évolution
    •   De son type et son degré d’agressivité
    •   Des antécédents familiaux et médicaux du patient
    •   Des symptômes qu’il perçoit
    •   De son état de santé général
    •   De son âge
    •   De ses choix

    Les différents traitements

    Le choix des traitements proposés pour une tumeur du cerveau repose sur la concertation d’une équipe pluridisciplinaire. Plusieurs options de traitement coexistent.

    En première instance, le médecin envisage généralement une opération chirurgicale. L’objectif est de supprimer la plus grosse partie possible de la tumeur. L’exérèse est soit totale, quand c’est possible, soit partielle quand la tumeur est située dans une zone trop délicate pour que l’on puisse enlever l’intégralité des cellules tumorales. L’opération se fait généralement à ciel ouvert. Dans certains cas, l’ablation de la tumeur est réalisée alors que le patient est conscient, de sorte qu’il peut participer à l’intervention et permettre au médecin de vérifier ses fonctions sensorielles, cognitives ou motrices. C’est le principe de « la chirurgie éveillée ».

    Si la tumeur est située dans une zone inaccessible à une chirurgie d’exérèse, alors le chirurgien proposera au patient la réalisation d’une biopsie, à visée uniquement diagnostique.

    Après l’intervention, la tumeur est analysée dans un laboratoire d’anatomopathologie. Cette analyse permet d’affiner le diagnostic et de décider de la suite des traitements.

    En fonction des résultats de l’analyse, le traitement chirurgical peut être associé à de la radiothérapie et/ou de la chimiothérapie. L’objectif étant de détruire les cellules cancéreuses dont la chirurgie n’a pas pu venir à bout et de limiter le risque de récidive. 

    Compte tenu des risques que représente une intervention sur le cerveau, et si la tumeur ne présente aucun danger immédiat, il arrive que le médecin préfère ne pas lancer de traitement tant que la tumeur n’évolue pas (c’est parfois moins risqué que d’intervenir sur le cerveau).

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour autres tumeurs ou cancers

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...