image Maladies des os, des articulations et des muscles

Pseudarthrose du poignet

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 14 mai 2020 - Revue par Professeur Philippe Liverneaux

  • Définition pseudarthrose du poignet

    Le poignet est composé de 8 os appelés os du carpe, répartis sur deux rangées. L’os scaphoïde est situé sur la première rangée (la plus proche des doigts), à l’extérieur (du côté du pouce). Il est très mobile et sujet aux traumatismes : c’est l’os du carpe le plus fréquemment fracturé (70% des cas). Il consolide difficilement à cause de sa localisation, de son importante mobilisation dans les mouvements de force mais surtout de sa faible vascularisation.

    On parle de pseudarthrose lorsqu’une fracture n’a pas consolidé au bout de 6 mois et qu’elle ne pourra plus consolider en dépit d’une nouvelle immobilisation. Une pseudarthrose survient dans 2 grandes situations cliniques :
    • la fracture du scaphoïde a été diagnostiquée et traitée, mais elle ne consolide pas.
    • la fracture du scaphoïde n’a pas été prise en charge, elle est ancienne mais non douloureuse. L’apparition de la douleur révèle son existence, des mois ou des années après. Celle-ci peut par exemple survenir à l’occasion d’un nouveau traumatisme, même bénin.
    Les pseudarthroses du scaphoïde sont favorisées par l’intoxication tabagique.

    Une pseudarthrose non soignée aboutit à une arthrose au bout de 5 à 10 ans, qui se manifeste par des douleurs persistantes dues à une usure anormale du cartilage, le tissu qui recouvre les os au niveau des articulations. On parle de « Scaphoid Nonunion Advanced Collapse » ou « SNAC wrist ».
  • Intérêt d'un deuxième avis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un second avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une pseudarthrose du poignet. En effet, en l’absence d’examen d’imagerie, la pathologie passe souvent inaperçue ou bien est confondue avec une entorse chronique. Or, la précocité du diagnostic d’une pseudarthrose est essentielle afin d’éviter son évolution vers une arthrose. Celle-ci peut conduire à un handicap total du poignet. Le traitement d’une pseudarthrose est dans tous les cas chirurgical et les techniques utilisées sont complexes. Leur choix est guidé par la sévérité des lésions au poignet, en premier lieu par la présence d’une arthrose. Le patient doit être pleinement impliqué et suivre les recommandations médicales, notamment en terme d’immobilisation et de rééducation. Il doit être en pleine conscience des enjeux, c’est-à-dire des avantages et des inconvénients de chaque proposition thérapeutique. La principale complication d’une intervention chirurgicale est l’absence de consolidation osseuse et donc l’installation d’une nouvelle pseudarthrose (8% des cas). Il s’agit d’un problème majeur et oriente le traitement vers une arthrodèse. D’autres séquelles existent, comme pour toute chirurgie : enraidissement de l’articulation du poignet et des doigts, diminution de la force. Dans tous les cas, un deuxième avis fournit des informations complémentaires au patient afin de choisir et/ou d’adhérer pleinement à la stratégie thérapeutique la plus adaptée à sa situation.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Ma pseudarthrose a-t-elle évolué en arthrose ?
    • Quelle est la chirurgie la plus adaptée à ma situation ? Quels en sont les risques et les avantages ? Doit-on poser du matériel d’ostéosynthèse comme des vis ou des plaques ? Vais-je récupérer toutes les fonctions de mon poignet ? Vais-je avoir mal ?
    • Que faire si l’os ne consolide pas même après la chirurgie ?
    • En quoi va consister ma rééducation ?
    • A quelle fréquence devrais-je réaliser des bilans radiographiques ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels spécialistes consulter ?

    Un chirurgien spécialiste du poignet et de la main. Il est spécialiste des pathologies de l’appareil musculo-squelettique (os, muscles, tendons, articulations et ligaments). Il doit être spécialiste du poignet.
  • Symptômes pseudarthrose du poignet

    Les symptômes d’une pseudarthrose sont :
    • douleurs du côté externe du poignet et à la base du pouce. Elles augmentent avec le temps et peuvent devenir permanentes et invalidantes. L’extension du poignet ou les mouvements nécessitant de s’appuyer dessus sont particulièrement douloureux.
    • perte de force du poignet, notamment dans les mouvements de serrage
    • perte d’amplitude articulaire du poignet
  • Diagnostic pseudarthrose du poignet

    Le diagnostic requiert :
    • un examen clinique. Les symptômes sont recensés et des manoeuvres test peuvent être effectuées afin d’orienter le diagnostic.
    • une radiographie du poignet de face et de profil. Elle permet de visualiser la fracture du scaphoïde et ses conséquences sur les os à proximité.
    • un scanner. Il permet d’étudier plus précisément la pseudarthrose et la déformation du scaphoïde.
    • une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). Elle permet d’apprécier la vascularisation de l’os.
    • un arthroscanner ou arthroIRM. Cet examen nécessite l’injection d’un produit de contraste iodé à l’intérieur de l’os et permet d’évaluer l’atteinte des ligaments et du cartilage, notamment à la recherche d’une arthrose.
    La fracture du scaphoïde est la fracture des os du poignet la plus fréquente. Elle évolue en pseudarthrose dans 10% des cas.
  • Traitement pseudarthrose du poignet

    Le traitement repose dans tous les cas sur une chirurgie :
    • un traitement conservateur, lorsqu’il n’y a pas encore d’arthrose, ou peu. Il s’agit de retirer l’os usé puis de le combler avec un fragment d’os de bonne qualité, prélevé au niveau du radius (os de l’avant-bras) ou du coude (ulna) ou de la crête iliaque (os du bassin). L’hospitalisation dure 48 heures. Le poignet doit être immobilisé, de quelques semaines à 3 mois.
    • une arthrodèse radio-carpienne, si l’arthrose est avancée. Il s’agit de bloquer entièrement l’articulation à l’aide d’une plaque vissée sur le poignet. L’hospitalisation dure de 48 à 72 heures et l’immobilisation de 8 à 10 semaines. Les mouvements d’extension, de flexion et d’inclinaison latérale du poignet ne pourront plus être effectués.
    • dans certains cas rares, une prothèse partielle ou totale peut être indiquée.
    • une intervention « de sauvetage » lorsque l’arthrose est déjà présente. Elle vise à endiguer le phénomène arthrosique, à diminuer la douleur, augmenter la force, et stabiliser la mobilité. Différentes techniques peuvent être utilisées en fonction du tableau clinique :
    - résection (suppression) de la première rangée des os du carpe : scaphoïde, lunatum et triquetrum
    - scaphoïdectomie (suppression du scaphoïde) et arthrodèse partielle des os du carpe, c’est-à-dire que les os sont fixés ensemble à l’aide de matériel spécifique comme des plaques ou des agrafes ou des vis ou des broches.

    L’hospitalisation est le plus souvent en ambulatoire et parfois une nuit. L’immobilisation dans une attelle ou un plâtre dure de 6 à 8 semaines. La consolidation des os est effective sous 3 mois environ. Une rééducation avec un kinésithérapeute vise à récupérer l’amplitude articulation et la force de serrage seulement lorsque l’os est consolidé. Cependant, l’anatomie du poignet ayant été modifiée, certains mouvements ne pourront plus être effectués. Les activités sportives peuvent être reprises 6 mois après l’intervention.

    Dans tous les cas, un suivi radiologique est nécessaire afin de s’assurer de la bonne consolidation osseuse et de suivre l’évolution de l’arthrose.

    La prise en charge dépend :
    • de l’âge du patient
    • de son état de santé général
    • de la présence de douleurs
    • de l’intensité des symptômes
    • de la présence conjointe d’une arthrose
    • de la localisation de la fracture
    • de l’ancienneté de la fracture
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du poignet

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une...
Lire la suite...
Actualité du 10/06/2020
Un scanner, une contraception, de la rééducation… Les prescriptions de votre médecin ne se limitent pas aux médicaments. Mais saviez-vous qu’il peut aussi vous prescrire du sport ? Et oui, dans le cadre d’une maladie chronique,...
Lire la suite...