image Maladies des os, des articulations et des muscles

Maladie de Kienböck

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 14 mai 2020 - Revue par Professeur Philippe Liverneaux

  • Définition maladie de kienböck

    La maladie de Kienböck est due à la nécrose, du grec nekros « mort », du lunatum, un os du carpe qui se situe dans le poignet.

    En temps normal, le tissu osseux est approvisionné en nutriments via de toutes petites artères, les artérioles. De nouvelles cellules peuvent ainsi se fabriquer en même temps que d’autres se détruisent naturellement par vieillissement. Lorsque l’apport de nutriments n’est plus assuré, l’os ne peut plus se régénérer et se nécrose.

    Parmi les 8 osselets du carpe, le semi-lunaire est le plus souvent touché par la nécrose avasculaire, et plus rarement le scaphoïde (on l’appelle alors maladie de Preiser).

    Il existe 4 stades de la maladie :
    • Stade 1. La radiographie est normale mais l’IRM ou le scanner indiquent certains signes pathologiques
    • Stade 2. La forme et l’épaisseur de l’os changent
    • Stade 3. L’os se fragmente
    • Stade 4. L’os s’affaisse et souffre d’arthrose, c’est-à-dire une dégradation du cartilage, le tissu qui recouvre les os au niveau des articulations.
  • Intérêt d'un deuxième avis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un second avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une maladie de Kienböck. Non seulement le diagnostic est difficile, mais la prise en charge aussi. Il n’y a pas de traitement de référence, chaque technique de chirurgie présentant des avantages et des inconvénients. Les risques post-opératoires doivent être clairement exprimés afin de faire un choix en toute connaissance de cause. Les interventions sont techniquement délicates et nécessitent une approche au cas par cas. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait indiqué car il permet d’apporter un éclairage supplémentaire avant de se lancer dans la prise en charge thérapeutique.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Comment soulager les douleurs existantes ?
    • Quel est le stade de ma maladie ?
    • Quelle est la méthode chirurgicale la plus adaptée à ma situation ?
    • Au bout de combien de temps pourrais-je à nouveau utiliser ma main ?
    • Les douleurs vont-elles s’arrêter après la chirurgie ?
    • Quels sont les risques associés à l’intervention ?
    • En quoi consiste le suivi post-opératoire ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels spécialistes consulter ?

    Un chirurgien spécialiste de la main (os, articulations, ligaments, tendons et muscles).
  • Symptômes maladie de kienböck

    Les symptômes de la maladie de Kienböck sont peu spécifiques :
    • des douleurs intermittentes au niveau du poignet
    • des difficultés à effectuer des mouvements de serrage
    • une perte de force
    • éventuellement une raideur ou une diminution de l’amplitude articulaire du poignet dans les mouvements de flexion et d’extension
  • Diagnostic maladie de kienböck

    Le diagnostic requiert :
    • une radiographie du poignet de face et de profil. Cependant, au premier stade de la maladie, les résultats peuvent être normaux. Par la suite, la radiographie permet de suivre l’évolution de la nécrose.
    • une IRM ou un scanner. Ces examens d’imagerie mettent en évidence une atteinte des os et le début d’une nécrose. L’IRM est le meilleur examen.
    La cause de la maladie de Kienböck n’est pas clairement identifiée. On suspecte qu’une hyperpression sur les os soit impliquée, ainsi que des prédispositions anatomiques et vasculaires. Le tabac et les professions qui utilisent des vibrations (marteau piqueur) sont impliqués.
  • Traitement maladie de kienböck

    Le choix du traitement dépend :
    • de l’aspect et de l’anatomie de l’os touché
    • de la présence ou non d’une inégalité de longueur des 2 os de l’avant-bras, le radius et le cubitus
    • de la présence ou non d’une arthrose du poignet
    • du stade de la maladie
    • de l’âge du patient
    • du métier du patient
    • de son état de santé général

    Les différents traitements

    Cette pathologie reste rare. Elle touche 7 hommes pour une femme, généralement entre 18 et 40 ans.
    Chez les patients présentant un stade 1, un traitement dit conservateur peut être proposé. Il s’agit d’immobiliser le poignet dans un plâtre pendant au moins 3 mois afin de soulager les os et favoriser leur vascularisation. Cette prise en charge permet de diminuer la douleur mais n’empêche généralement pas la dégradation de l’os. Les symptômes reviennent dès que le plâtre est retiré. Il peut s’agir d’une maladie professionnelle et un reclassement peut être indiqué. Dans tous les cas, le tabac doit être diminué voire arrêté.
    Le traitement des stades plus avancés repose sur une chirurgie.

    Les différentes techniques ont pour but de diminuer la pression appliquée sur les os du carpe :
    • Ostéomie du radius, dans les cas où le radius et le cubitus (les os de l’avant-bras) ne mesurent pas la même longueur. Il s’agit de sectionner un petit bout du radius pour rendre sa longueur identique à celle du cubitus.
    • Revascularisation de l’os nécrosé, par des techniques très variées. Il peut s’agir de réimplanter un vaisseau sanguin ou de réaliser une greffe osseuse vascularisée, le but étant d’améliorer l’apport de sang à l’os.
    • Arthodèse. Il s’agit de fusionner une partie ou tous les osselets du carpe ensemble. Cette technique peut entrainer une perte de la mobilité du poignet. Elle n’est pratiquée qu’en dernier recours.
    L’intervention peut causer des douleurs sur la zone opérée pendant quelques jours. Le poignet est systématiquement plâtré. Une rééducation peut être nécessaire une fois que le plâtre est retiré. Chez les patients exerçant un travail manuel, il est nécessaire d’attendre 4 à 6 mois avant de mobiliser à nouveau le poignet, en fonction de la récupération de la mobilité et de la force.

    Les risques liés à l’intervention sont :
    • Des hématomes et infections
    • Une lésion des nerfs et des tendons
    • Un retard de consolidation ou une non-consolidation de l’os
    • Plus rarement, une raideur de la main et de l’épaule secondaires à une algoneurodystrophie
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du poignet

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une...
Lire la suite...
Actualité du 10/06/2020
Un scanner, une contraception, de la rééducation… Les prescriptions de votre médecin ne se limitent pas aux médicaments. Mais saviez-vous qu’il peut aussi vous prescrire du sport ? Et oui, dans le cadre d’une maladie chronique,...
Lire la suite...