image Maladies des os, des articulations et des muscles

Fracture de poignet et de l'avant-bras (et ses séquelles)

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 21 décembre 2018

  • Définition fracture de poignet et de l'avant-bras (et ses séquelles)

    Le poignet est l’articulation qui fait le lien entre la main et l’avant-bras. Les os qui composent cette articulation sont les extrémités distales du radius et de l’ulna, ainsi que les os du carpe (8 petits os disposés sur 2 rangées). Cette structure osseuse permet les mouvements de rotation, de flexion et d’extension de la main par rapport à l’avant-bras. Par exemple, c’est grâce à l’articulation du poignet que l’on peut poser la main à plat sur une table, sans bouger le coude, ou au contraire de tourner la paume vers le ciel.

    On dit qu’il y a fracture du poignet lorsque l’un des os qui compose l’articulation est cassé. Dans la réalité, c’est le radius qui est le plus souvent atteint. Dans ce cas, la fracture ne touche pas l’articulation à proprement parler. Mais il arrive aussi que la situation se complique : le trait de fracture descend jusque dans l’articulation et engendre plusieurs fragments osseux. On appelle cela une fracture articulaire. La fracture se fait généralement vers l’arrière, mais selon les circonstances du traumatisme, elle peut aussi se faire vers la paume de la main.

    La fracture du poignet n’est pas toujours sans conséquence. On parle de séquelles lorsque, même après le traitement, le poignet conserve une gêne ou un aspect différend de son aspect initial. Des séquelles peuvent survenir dans le cas d’une fracture articulaire par exemple. Si la fracture n’a pas été correctement réduite et qu’une « marche d’escalier » subsiste, la fracture peut engendrer de l’arthrose et se traduire plus tard par une raideur et des douleurs dans le poignet. Des séquelles peuvent également apparaitre lorsque des ligaments ont été rompus (notamment le ligament scapho-lunaire). Enfin, des déplacements secondaires peuvent survenir pendant la réduction de la fracture. Si la consolidation se fait alors que l’os est mal positionné, cela entraine la survenue d’un cal vicieux. Le poignet peut alors présenter une déviation (le plus souvent en forme en z). Plus tard, des raideurs et des douleurs se font sentir et il faut parfois ré-intervenir.

    On estime qu’il y a environ 130 000 cas de fracture du poignet chaque année en France. C’est l’un des traumatismes les plus fréquents qui affecte les membres supérieurs. Les personnes les plus souvent concernées sont les personnes âgées dont les os sont fragilisés (en particulier les femmes car elles sont sujettes à l’ostéoporose après la ménopause), ou les jeunes adultes, victimes d’accidents de travail, de sport, ou de traumatismes reçus sur la voie publique.

    Une fracture du poignet peut notamment survenir après une chute, avec réception sur la paume de la main, ou après un coup violent sur le poignet. Les personnes âgées se fracturent plus facilement le poignet car leur densité osseuse est beaucoup plus faible. En revanche les jeunes subissent plus fréquemment des traumatismes dits « à haute énergie », en raison du type d’activité qu’ils pratiquent.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un deuxième avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une fracture du poignet, dans la mesure où, dans certains cas, le choix du traitement peut avoir un impact sur la survenue d’éventuelles séquelles futures (raideurs, arthrose, déformation du poignet…) Dans ce contexte, il est légitime de vouloir se renseigner sur les tenants et les aboutissants de chaque option thérapeutique, leurs éventuelles complications et les résultats que l’on peut en attendre. Ainsi éclairé, le patient peut participer à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique et adopter le comportement approprié pour augmenter les chances de succès du traitement choisi.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    •   Comment se présente  ma fracture du poignet ?
    •   Quel est son degré de gravité ?
    •   Ma fracture présente-t-elle un déplacement de l’os ?
    •   Quelles sont les options thérapeutiques qui s’offrent à moi ?
    •   Dois-je me faire opérer ?
    •   Quels résultats puis-je attendre d’une opération ?
    •   Quels en sont les risques ?
    •   Comment va se passer l’intervention ?
    •   Combien de temps vais-je garder mon poignet immobilisé ?
    •   Au bout de combien de temps vais-je retrouver la mobilité de mon poignet ?
    •   Vais-je garder des séquelles ?
    •   Est-ce que je risque de faire de l’arthrose dans le futur ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    La fracture du poignet est prise en charge par un chirurgien orthopédiste. 
    Spécialisé dans les affections de l’appareil locomoteur (à savoir les os, les articulations, les muscles, les tendons…), c’est lui qui soigne les membres abimés par un accident, malades ou déformés.
    Pour la fracture du poignet, le chirurgien orthopédiste doit être spécialiste de la main.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour fracture de poignet et de l'avant-bras (et ses séquelles)
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes fracture de poignet et de l'avant-bras (et ses séquelles)

    La douleur est le premier symptôme révélateur d’une fracture du poignet. Toutefois, il n’existe pas de lien direct entre la gravité de la fracture et l’intensité de la douleur ressentie : un poignet très douloureux après un choc violent n’est pas nécessairement fracturé. A l’inverse, il est tout à fait envisageable qu’un poignet peu douloureux soit fracturé.
    Parfois, le poignet présente une déformation. Cela signifie que la fracture a probablement provoqué un déplacement de l’os. Un saignement interne peut donner naissance à un hématome et un œdème. Dans ce cas, le poignet paraît gonflé, une démarbraison (une lésion cutanée) apparaît à la surface de la peau.

  • Diagnostic fracture de poignet et de l'avant-bras (et ses séquelles)

    Pour poser le diagnostic de la fracture du poignet, l’examen clinique est complété par des radiographies prises sur le poignet de face, puis sur le poignet de profil. Plus précis et plus informatif, le scanner est surtout réalisé en cas de fracture articulaire, c’est-à-dire lorsque le trait de fracture descend jusque dans l’articulation proprement dite. On cherche alors à savoir si un ou plusieurs fragments osseux se sont déplacés, ce qui provoquerait l’apparition de « marche d’escalier » dans l’articulation.

  • Traitement fracture de poignet et de l'avant-bras (et ses séquelles)

    Le traitement orthopédique : Lorsque la fracture ne présente aucun déplacement d’os, le chirurgien propose généralement un traitement orthopédique. Celui-ci se traduit par une immobilisation de l’avant-bras pour une durée d’environ 5 semaines. L’immobilisation peut être obtenue par un plâtre, une résine ou des attelles. L’immobilisation doit être soigneusement réalisée : il faut éviter que le poignet soit maintenu en position fléchie par exemple. En général, le plâtre ne maintient pas le coude, mais seulement le poignet, et laisse les doigts libres. Une radio de contrôle est généralement proposée au bout d’une semaine, puis le patient est revu au bout de 15 jours. A la fin de l’immobilisation, des séances de rééducations sont parfois proposées, pour permettre au patient de récupérer sa mobilité.

    Le traitement chirurgical : Si la fracture est déplacée ou si l’os est de faible densité, le chirurgien propose généralement d’opérer. L’intervention consiste à réduire le déplacement.  Pour cela, on utilise du matériel d’ostéosynthèse (plaques, broches, vis…)  qui maintiendront le poignet le temps que les os se consolident. L’intervention se fait sous anesthésie générale ou loco-régionale. L’hospitalisation dure en moyenne 24 heures. A la fin de l’opération, le poignet est immobilisé (par des attelles ou une résine) qui seront retirés au bout de 5 semaines. Environ 8 jours après l’intervention, le chirurgien revoit le patient pour vérifier la bonne tenue du matériel mis en place et l’allure que prend la réduction de la fracture.  Le matériel d’ostéosynthèse quant à lui, reste plus longtemps (la durée varie selon les cas). Une fois que ce matériel est retiré, des séances de rééducation sont souvent nécessaires.

Télécharger la fiche

Les autres maladies de la main

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 12/07/2019
Il y a une vingtaine d’années, Malik* subissait un grave accident de la voie publique qui lui infligeait de multiples fractures, notamment du fémur droit. Après plusieurs opérations tout était rentré dans l’ordre et Malik avait retrouvé une vie...
Lire la suite...
Actualité du 05/07/2019
Il y a 8 ans, alors qu’il a récemment pris sa retraite, Pierre* a commencé à être réveillé toutes les nuits par des crises d’arythmie. Entre 2h et 4h du matin, il est réveillé par une accélération de son rythme cardiaque, une...
Lire la suite...