Je découvre les experts

icône de la maladie "Tumeurs osseuses du poignet et de la main"Tumeurs osseuses du poignet et de la main

Médecins experts
Obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours
En savoir plus
Je découvre les experts

Fiche d'information

1|

Tumeurs osseuses du poignet et de la main : de quoi s'agit-il ?

Les tumeurs osseuses du poignet et de la main peuvent toucher l’ensemble des os de cette zone :

  • Les 8 os carpiens
  • Les 5 os métacarpiens
  • Les 5 phalanges proximales
  • Les 5 phalanges médianes (le pouce ne contient que 2 phalanges)
  • Les 5 phalanges distales.

Elles peuvent également atteindre le cartilage, c’est-à-dire le tissu conjonctif qui recouvre les os au niveau des articulations et amortit les chocs dus aux mouvements.

2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour des tumeurs osseuses du poignet et de la main ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour des tumeurs osseuses du poignet et de la main ?

Un deuxième avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une tumeur osseuse du poignet ou de la main. La principale difficulté repose dans le diagnostic, sujet à des erreurs en raison de la multiplicité des types de tumeurs et de leur rareté. Une lésion grave peut par exemple être insuffisamment traitée. Une analyse anatomopathologique est cruciale si une tumeur maligne est suspectée. Si la majorité des tumeurs osseuses sont bénignes, les patients atteints de tumeurs malignes doivent subir un traitement lourd pouvant associer chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Leurs effets secondaires peuvent fortement impacter la vie du patient. L’amputation, notamment, est parfois la seule solution. Dans le cas d’une tumeur maligne, une récidive n’est pas exclue. Or, le patient prendra une part d’autant plus active dans son traitement qu’il aura compris sa pathologie et les modalités de sa prise en charge. Un deuxième avis est tout à fait indiqué, car il fournit des informations additionnelles sur le diagnostic et le traitement.

 

Quelles sont les questions les plus fréquemment posées pour des tumeurs osseuses du poignet et de la main ?

  • S’agit-il d’une tumeur bénigne ou maligne ? Quel est le stade de ma maladie ?
  • La cause peut-elle être identifiée ?
  • Ma tumeur est bénigne. Dois-je quand même être opéré(e) ? Comment va se dérouler l’intervention ? Quelle technique va être utilisée ? Ma tumeur peut-elle récidiver ? Dois-je bénéficier d’une surveillance particulière ?
  • Ma tumeur est bénigne mais elle me gêne/me fait mal. Quelles sont les options thérapeutiques possibles ?
  • Ma tumeur est maligne. Quel est le traitement le plus adapté à ma situation ? Quelles en sont les modalités ? Quelle est sa durée ? Y a-t-il des effets secondaires ? Comment les soulager ? De quel soutien émotionnel puis-je bénéficier ?

Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

3|

Quels sont les spécialistes des tumeurs osseuses du poignet et de la main ?

Un cancérologue ou oncologue. C’est le spécialiste des cancers, de leur diagnostic à leur prise en charge.
Un chirurgien de la main.

4|

Quels sont les symptômes des tumeurs osseuses du poignet et de la main ?

Les tumeurs osseuses peuvent se manifester par une masse sous la peau, une déformation et des douleurs, ou être asymptomatiques. Les symptômes dépendent du type de tumeur. Parmi les tumeurs bénignes (qui ne se disséminent pas dans le corps sous forme de métastases), on trouve :

  • Les chondromes. Ils se développent à partir du cartilage, rarement sur les os du carpe. Environ 40 % des chondromes sont localisés sur la main. Ils peuvent rarement évoluer en chondrosarcome, une tumeur maligne. La plupart des chondromes sont découverts de manière fortuite, à l’occasion d’un examen radiographique pour une fracture par exemple, car ils causent rarement des douleurs. Seule une masse peut éventuellement être palpable. Cette pathologie touche particulièrement les enfants et les jeunes adultes.
  • Les ostéochondromes ou exostoses. Comme les chondromes, ils se développent à partir du cartilage et présentent une masse indolore et dure au toucher. Celle-ci n’est source de douleur que si elle vient comprimer un nerf.
  • Les chondroblastomes. Ils se développent également à partir du cartilage et particulièrement chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte. Ils peuvent se manifester par une masse, des douleurs et provoquer une fracture pathologique.
  • les tumeurs osseuses à cellules géantes. Elles suscitent généralement des douleurs et sont visibles par une masse sous la peau, voire une diminution de l’amplitude articulaire. Elles peuvent également être asymptomatiques. Elles touchent plutôt le jeune adulte, entre 20 et 40 ans et plutôt le radius.
  • Les kystes osseux anévrismaux. On les rencontre très rarement au niveau des mains. Ils se manifestent par une masse indolore et peuvent engendrer une fracture pathologique.
  • Les ostéomes ostéoïdes. Ils provoquent communément des douleurs intermittentes la nuit, qui deviennent incapacitantes pour le patient, qui disparaissent complètement sous aspirine. Une masse de moins de 2 cm peut également être présente. On les retrouve majoritairement au niveau des phalanges.
  • Les ostéoblastomes. Ils se manifestent par des douleurs qui résistent aux anti-inflammatoires. La tumeur peut mesurer entre 2 et 12 cm.


Parmi les tumeurs malignes, ayant la capacité de disséminer à distance via les métastases et de récidiver, on trouve :

  • Les chondrosarcomes. Ils touchent le cartilage et évoluent très lentement, tout comme leur symptomatologie. Ils peuvent se manifester par des douleurs ou la découverte d’une masse sous la peau.
  • Les ostéosarcomes. Ils se développent à partir des ostéoblastes, un type de cellules osseuses qui assurent le renouvellement de l’os. La douleur est le premier symptôme évoqué. Elle peut survenir la nuit comme le jour, disparaître puis reprendre au bout de quelques jours. Une gêne dans les mouvements peut être ressentie. Les ostéosarcomes touchent principalement les enfants et les jeunes adultes.

La cause des tumeurs osseuses du poignet et de la main est inconnue, mais certains facteurs de risque ont été identifiés comme l’âge, le sexe ou la présence d’une maladie de Paget ou d’un syndrome de Li-Fraumeni.

5|

Comment diagnostiquer les tumeurs osseuses du poignet et de la main ?

Le diagnostic des tumeurs osseuses du poignet et de la main requiert :

  • Un examen clinique. Le médecin recense les symptômes du patient et examine la zone atteinte.
  • Une radiographie. Cet examen permet généralement de poser le diagnostic d’une tumeur bénigne.
  • Une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). Elle est indiquée si la radiographie révèle un aspect inhabituel et nécessite une exploration plus fine.
  • Une analyse anatomopathologique, aussi appelée histopathologique. Elle consiste à prélever un fragment de la tumeur lors d’une intervention appelée biopsie, et à l’analyser au microscope. Seul cet examen permet d’établir un diagnostic définitif et de caractériser précisément la tumeur. Il est incontournable si une tumeur maligne est suspectée.

Les tumeurs osseuses du poignet et de la main sont peu fréquentes : elles représentent entre 2 et 8 % de toutes les tumeurs osseuses. Parmi tous les types de tumeurs dans cette zone, on retrouve plus fréquemment des tumeurs bénignes (90 %) que des tumeurs malignes. Les 5 tumeurs bénignes les plus communes sont : les chondromes qui représentent la plupart de ces tumeurs, les tumeurs à cellules géantes, les ostéomes ostéoïdes, les kystes anévrismaux, et les ostéochondromes. Parmi les tumeurs malignes, les chondrosarcomes sont plus fréquents que les ostéosarcomes.

6|

Comment soigner les tumeurs osseuses du poignet et de la main ?

Le traitement des tumeurs bénignes repose majoritairement sur la chirurgie afin de retirer la masse tumorale. La zone peut éventuellement être curetée puis parfois comblée avec un os artificiel ou un fragment d’os prélevé sur un autre os du patient. Il s’agit souvent d’une intervention en ambulatoire, sous anesthésie locale ou locorégionale.

Le traitement des tumeurs malignes dépend du type de tumeur. Les chondrosarcomes sont traités par chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie étant peu efficaces. Les ostéosarcomes sont d’abord traités par chimiothérapie, à laquelle une chirurgie et/ou une radiothérapie peuvent s’ajouter. La chirurgie consiste à retirer l’ensemble de la tumeur, en tentant de préserver au maximum l’os et les articulations. Une reconstruction chirurgicale peut également être réalisée afin de rétablir la mobilité de la main, par greffe osseuse par exemple. La chimiothérapie est une association de différents médicaments visant à détruire les cellules de la tumeur. Elle est administrée par voie intraveineuse. Enfin, la radiothérapie utilise des radiations pour supprimer les cellules tumorales. Le traitement est délivré par une machine de radiothérapie qui tourne autour du patient sans le toucher, généralement en ambulatoire.

Dans tous les cas, le patient doit par la suite être surveillé afin de dépister une éventuelle récidive.

La prise en charge dépend :

  • De l’âge du patient
  • De son état de santé général
  • Des antécédents familiaux
  • Des antécédents de chirurgie sur la main ou le poignet
  • Du type et du sous-type de la tumeur
  • Du caractère bénin ou malin de la tumeur
  • Du stade
  • De la localisation
  • Des dimensions
  • De la présence de douleurs ou d’autres symptômes.

Mise à jour le 26/03/2021 - Revue par le Professeur Philippe Liverneaux

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager !
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Deuxième avis médical : quels avantages ?

Deuxième Avis

Deuxième avis médical : quels avantages ?

Par Mathilde Lamolinerie le 08/01/2020

Découvrez le métier d'hématologue

Spécialistes

Découvrez le métier d'hématologue

Par Marion Berthon le 16/06/2021

La coelioscopie : que se passe-t-il avant, pendant et après ?

Gynécologie, urologie

La coelioscopie : que se passe-t-il avant, pendant et après ?

Par Marion Berthon le 14/06/2021

La télémédecine en gynécologie, est-ce vraiment possible ?

Gynécologie, urologie

La télémédecine en gynécologie, est-ce vraiment possible ?

Par Fanny Bernardon le 09/06/2021

Je découvre le blog

Tumeur osseuse, Cancer des os :

  • Chondroblastome
  • Ostéoblastome
  • Ostéome ostéoïde
  • Tumeurs osseuses des enfants
  • Sarcome d’Ewing
  • Neurinome rachidien
Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q
Logo de deuxiemeavis.fr

Un service patient
est là pour vous accompagner

Un service patient est là pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 10h à 19h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avisLes médecins expertsLes maladiesLa prise en chargeTémoignagesBlog
Mentions légales Politique de confidentialitéC.G.S

Copyright © Carians 2021, Tous droits réservés - Deuxiemeavis.fr - Paris Biotech Santé - 29 rue du Faubourg Saint-Jacques, 75014 Paris

Rejoignez-nous !

Marion