image Maladies des os, des articulations et des muscles

Traumatismes et entorse du poignet

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 19 janvier 2017- Revue par Professeur Emmanuel Masmejean

  • Définition traumatismes et entorse du poignet

    Le poignet est l’articulation qui relie la main à l’avant-bras. Il est composé de l’extrémité inférieure du radius et de l’ulna (les deux os de notre avant-bras) ainsi que des os du carpe. Au total, le poignet est constitué de dix os qui participent aux mouvements de la main (flexion, extension, rotation). L’ensemble constitue une mécanique sensible et complexe qui peut se bloquer à la suite d’un traumatisme.

    Les trois types de traumatismes majeurs du poignet sont l’entorse, la fracture et la luxation. S’ils ne sont pas nécessairement graves au départ, ces traumatismes peuvent, lorsqu’ils sont négligés ou mal soignés, engendrer plus tard des complications, des douleurs chroniques, voire de l’arthrose.

    L’entorse est le résultat d’une élongation des ligaments qui maintiennent les os de l’avant-bras et du carpe. Parfois ces ligaments sont simplement distendus (on parle alors d’entorse bénigne), mais ils peuvent aussi être rompus (on parle alors d’entorse grave). L’entorse survient généralement à la suite d’une chute, que l’on aura tenté d’amortir avec les mains, provoquant ainsi une grosse pression sur les os du poignet. Elle est fréquente chez les personnes âgées, les enfants et les sportifs. Parfois l’entorse ne se traduit par aucun signe clinique, à part la douleur. Dans d’autres cas, elle se manifeste par un hématome ou un poignet gonflé ou déformé. La gravité de l'entorse dépend de l'étendue des dégâts au niveau des ligaments. L’entorse doit être soignée rapidement pour éviter les séquelles. Mal soignée, une rupture de certains ligaments du poignet a de fortes chances de provoquer, plus tard, de l’arthrose et donc une destruction progressive de l’articulation.

    La fracture du poignet la plus courante est en réalité la fracture du radius, l’un des deux os de l’avant-bras. Cette fracture est généralement la conséquence d’une chute ou d’un coup violent sur le poignet. Le scaphoïde, l’un des 8 petits os qui composent le carpe, est également très fréquemment en cause, lors d’une fracture du poignet. On estime à environ 130 000 le nombre de fractures du poignet chaque année en France. On distingue les fractures simples, sans déplacement osseux, des fractures dites comminutives. C’est à dire que l’os s’est cassé en plusieurs fragments qui risquent de se déplacer. Son traitement est beaucoup plus complexe.

    Les personnes âgées, dont les os sont généralement moins denses du fait de l’ostéoporose, sont plus vulnérables faces aux fractures. Chez les plus jeunes, qui ont habituellement des os plus solides, il faudra un choc relativement violent, ou choc à haute énergie.

    Des complications tardives sont toujours possibles. Lorsque la fracture se consolide dans une mauvaise position, un cal vicieux peut se former. Il faut alors réopérer sans quoi des douleurs importantes feront souffrir le patient. De l’arthrose peut également survenir après une fracture mal réduite. Elle se traduira par une raideur et des douleurs du poignet, voire une incapacité fonctionnelle importante. La pseudarthrose du scaphoïde est une complication fréquente après une fracture du scaphoïde. Il est impératif de la diagnostiquer car elle évolue inévitablement en arthrose précoce. Enfin, l’algodystrophie est une complication imprévisible et douloureuse qui survient quelques semaines après un traumatisme.

    La luxation signifie qu’il y a eu un déplacement entre les deux extrémités osseuses de l’articulation. Pour que le poignet soit luxé, il faut qu’il ait subi un traumatisme très important car son système ligamentaire est extrêmement solide. Lorsque l’articulation est luxée, (on peut aussi dire déboitée), elle ne permet plus aucun mouvement. Parfois elle est associée à une fracture. Dans le cas du poignet, la luxation la plus fréquente est celle d'un os du carpe (en général l'os semi-lunaire). Ce type de luxation entraîne d’intenses douleurs et des fourmillements extrêmement désagréables. Il s’agit d’un traumatisme sérieux qui laisse fréquemment des séquelles, comme une raideur ou des douleurs qui restent. Généralement, c’est le traitement chirurgical qui s’impose.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un second avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’un traumatisme du poignet, qu’il s’agisse d’une fracture, d’une luxation ou d’une grave entorse. Mal soignés, ces traumatismes peuvent, à la longue, entraîner des complications tardives, comme de l’atroce précoce ou des douleurs chroniques. Une entorse apparemment bénigne qui aura été négligée est souvent à l’origine de douleurs récurrentes, de raideurs, voire d’une incapacité fonctionnelle par la suite. Or il faut savoir que le traitement des lésions chroniques est encore plus complexe que celui du traumatisme qui en est à l’origine. Dans ce contexte, un deuxième avis est souvent utile. Il apporte un éclairage supplémentaire sur les différentes options thérapeutiques possibles, notamment en cas de chirurgie. Prendre à la légère un traumatisme du poignet, c’est courir le risque de subir des complications futures. Mieux informé, le patient peut prendre part à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique adaptée à sa situation et à ses besoins fonctionnels.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Quel type de traumatisme a subi mon poignet ?
    • Quelle est le degré de gravité de ce traumatisme ?
    • Puis-je me satisfaire d’un traitement orthopédique ?
    • Vais-je devoir me faire opérer ?
    • Comment se déroulera l’opération ?
    • Quels sont les risques de complication ?
    • Comment puis-je lutter contre la douleur ?
    • Peut-on prévenir l’apparition d’un cal vicieux ?
    • Les séances de rééducations sont-elles nécessaires ?
    • En quoi consiste-t-elles et combien de temps vont-elles durer ?
    • Au bout de combien de temps pourrais-je retrouver un poignet fonctionnel ?
    • Vais-je garder des séquelles ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

  • symptômes traumatismes et entorse du poignet

    Le premier symptôme de la fracture est bien sûr la douleur. Même s’il n’y pas véritablement de lien entre l’intensité de la douleur et la gravité de la fracture. L’autre symptôme récurrent est l’apparition d’un hématome. Par ailleurs, le poignet a tendance à gonfler.

  • Diagnostic traumatismes et entorse du poignet

    Une radiographie suffit généralement à diagnostiquer une fracture.

  • Traitement traumatismes et entorse du poignet

    Le choix du traitement dépend

    • Du type et de la gravité de traumatisme
    • De l’âge du patient
    • De ses besoins fonctionnels
    • Du degré de douleur ou de gêne ressenties
    • De la survenue d’une précédente fracture ou d’un traumatisme de ce type, dans le passé
    • D’une éventuelle ostéoporose du patient
    • De ses antécédents médicaux et familiaux
    • De ses choix

    Les différents traitements

    Le traitement orthopédique, la chirurgie et la rééducation sont généralement les trois options de traitement possible dans le cas d’un traumatisme du poignet. L’ensemble de la thérapie est souvent un parcours de longue haleine qui peut durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois dans certains cas.

    L’opération chirurgicale n’est pas systématique. Quand cela est possible, le médecin privilégiera un traitement orthopédique, c’est à dire une immobilisation du poignet pendant plusieurs semaines, grâce à un plâtre, ou des attelles.

    Lorsqu’elles s’avèrent nécessaires, les interventions chirurgicales diffèrent selon la gravité du traumatisme. Plusieurs techniques existent. Le chirurgien choisi en général de réaliser une ostéosynthèse. C’est à dire qu’il installe un matériel extérieur composé de broche, des plaques, de vis, ou d’autres fixateurs internes ou externes, afin de maintenir l’os dans sa position d’origine. Lorsque ce sont les os du carpe qui sont fracturés, le chirurgien doit les fixer par ostéosynthèse, mais le temps de consolidation est souvent beaucoup plus long que pour une fracture du radius par exemple (parfois jusqu’à 3 mois).

    Même dans le cas d’une entorse, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire. Elle sera réalisée après un bilan arthroscopique. Ce procédé permet au médecin de visualiser, et donc d’analyser, grâce à un tube muni d’une caméra, l’état des articulations du poignet et la gravité des lésions.

    La rééducation, est quasiment systématique, même en l’absence d’une opération chirurgicale. Elle permet au patient de récupérer de la souplesse, de la force et de la mobilité dans son poignet. La rééducation peut durer plusieurs mois.

Télécharger la fiche

Les autres maladies de la main

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 12/07/2019
Il y a une vingtaine d’années, Malik* subissait un grave accident de la voie publique qui lui infligeait de multiples fractures, notamment du fémur droit. Après plusieurs opérations tout était rentré dans l’ordre et Malik avait retrouvé une vie...
Lire la suite...
Actualité du 05/07/2019
Il y a 8 ans, alors qu’il a récemment pris sa retraite, Pierre* a commencé à être réveillé toutes les nuits par des crises d’arythmie. Entre 2h et 4h du matin, il est réveillé par une accélération de son rythme cardiaque, une...
Lire la suite...