image Maladies des os, des articulations et des muscles

Cal vicieux du poignet

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 14 mai 2020 - Revue par Professeur Philippe Liverneaux

  • Définition cal vicieux du poignet

    Le poignet est l’articulation entre la main et l’avant-bras, à la rencontre de plusieurs os :
    • le radius, os de l’avant-bras
    • l’ulna, anciennement appelé cubitus, os de l’avant-bras
    • la première rangée des os carpiens : le naviculaire, le lunatum, le triquetrum et le pisiforme
    On parle de cal vicieux lorsque les os du poignet consolident en position anormale suite à une fracture distale du radius, c’est-à-dire à l’extrémité inférieure du radius. Il peut survenir lorsque l’immobilisation du poignet visant à traiter la fracture est mal réalisée. Un cal vicieux est donc une complication d’une fracture qui peut être :
    • extra-articulaire, lorsque la fracture est localisée au-dessus de l’articulation
    • articulaire, lorsque la fracture traverse l’articulation. Ce cas est plus grave car le mécanisme de l’articulation et sa fonctionnalité sont touchés.
  • Intérêt d'un deuxième avis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un second avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’un cal vicieux du poignet. En effet, il s’agit d’une complication relativement fréquente d’une fracture du poignet qui peut être incapacitante au quotidien si elle entraîne des douleurs ou une perte de force ou d’amplitude articulaire trop importantes. La chirurgie est la seule solution thérapeutique, pouvant allier différentes techniques en fonction du tableau médical particulier à chaque patient. Si la récupération est en général satisfaisante, des séquelles ne sont pas exclues, comme pour toute intervention : raideur du poignet, algodystrophie, douleurs persistantes, non-consolidation de l’ostéotomie, apparition d’un nouveau cal vicieux. Pour ces raisons, une seconde opération peut parfois être nécessaire. De plus, il est important d’opérer avant la survenue d’une arthrose : la prise en charge doit donc être la plus précoce possible. Dans tous les cas, un deuxième avis permet d’apporter des informations complémentaires afin d’identifier la proposition thérapeutique la plus adaptée au cas particulier du patient et à laquelle il pourra prendre une part active.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Ma fracture est-elle articulaire ou extra-articulaire ?
    • Mes douleurs sont-elles dues à une arthrose ? Comment les soulager ? Dois-je éviter d’effectuer certains mouvements ?
    • Puis-je bénéficier d’une chirurgie ? Quelle technique est la plus adaptée à ma situation ? Quelles sont les modalités de l’intervention ? Vais-je avoir mal ? Vais-je être gêné par le matériel qui va fixer les os comme les plaques ou les broches ?
    • Au bout de combien de temps pourrais-je mobiliser mon articulation après l’opération ? En quoi va consister ma rééducation ?
    • Que faire en cas de séquelles post-opératoires ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels spécialistes consulter ?

    • Un rhumatologue. C’est le spécialiste des douleurs et des maladies des os, des articulations, des muscles et des tendons.
    • Un chirurgien orthopédiste. Il est spécialiste des pathologies de l’appareil musculo-squelettique (os, muscles, tendons, articulations et ligaments). Il doit être spécialiste de la main et des doigts.
  • Symptômes cal vicieux du poignet

    Les symptômes sont :
    • une déformation visible à l’oeil nu
    • des douleurs au niveau de l’articulation du poignet qui augmentent à la palpation ou lors de l’effort, particulièrement suite à un mouvement d’inclinaison, de pronation (la paume de la main se tourne vers la terre) ou de supination (la paume de la main se tourne vers le ciel)
    • des fourmillements dans les doigts, particulièrement pendant la nuit
    • une diminution de la force musculaire, par exemple pour serrer la main
    • une diminution de l’amplitude articulaire
  • Diagnostic cal vicieux du poignet

    Le diagnostic requiert :
    • une radiographie de face et de profil du poignet. Elle permet d’évaluer la déformation et l’aspect de l’articulation. On peut notamment visualiser que les os du radius et de l’ulna ne sont plus à la même hauteur ou bien qu’ils ne sont plus en contact.
    • un scanner. Il permet d’apprécier plus finement les fragments osseux déplacés.
    • un arthroscanner. Cet examen d’imagerie nécessite l’injection d’un produit de contraste iodé dans l’articulation, mettant en évidence d’éventuelles lésions des ligaments ou du cartilage.
    La fracture du poignet est la seconde fracture la plus fréquente après la fracture du col du fémur. Elle représente 20% de toutes les fractures de l’adulte. On dénombre que 4 adultes sur 10 000 sont touchés chaque année. Le cal vicieux est également une complication répandue d’une fracture du poignet : son taux d’apparition va jusqu’à 33%.
  • Traitement cal vicieux du poignet

    Le traitement repose sur une chirurgie appelée ostéotomie. Elle est préconisée chez les patients souffrant de douleurs ou d’une limitation de la fonctionnalité de l’articulation. La technique utilisée dépend de la nature de la fracture (articulaire ou extra-articulaire). Il s’agit de sectionner l’os à l’endroit de sa déformation, puis de le replacer dans un alignement correct. L’os est ensuite fixé à l’aide de matériel comme une plaque ou des broches. Si la correction de la déformation entraîne une perte de substance osseuse, une greffe osseuse peut être pratiquée à partir d’un prélèvement chez le patient lui-même. L’intervention est réalisée sous anesthésie loco régionale et en ambulatoire, à moins qu’elle ne nécessite une hospitalisation de quelques jours. Le port d’un plâtre est nécessaire pendant 5 semaines, puis une rééducation avec un kinésithérapeute.

    La prise en charge dépend :
    • de l’âge du patient
    • de son état de santé général
    • de la localisation articulaire ou extra-articulaire de la fracture
    • de la sévérité de la déformation
    • de la présence de douleurs
    • d’une diminution des capacités fonctionnelles au niveau de l’articulation
    • de la présence d’une arthrose
    • de l’ancienneté de la fracture
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du poignet

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 06/07/2020
Votre enfant a honte de sa maladie ou de son handicap ? Il a peur de ne pas être accepté, voire d’être moqué ? Tout particulièrement, les problèmes orthopédiques peuvent être davantage visibles que d’autres pathologies : bosse calcifiée au milieu...
Lire la suite...
Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de...
Lire la suite...