image Maladies cardiovasculaires

Cardiopathie ischémique

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 15 septembre 2020 - Revue par Professeur Damien Logeart

  • Qu'est-ce qu'une cardiopathie ischémique ?

    La cardiopathie ischémique désigne l’existence d’une maladie coronaire sous-jacente et souvent un ou des antécédents d’infarctus du myocarde.

    Cette pathologie fait donc suite au développement et aux complications de l’athérosclérose, à savoir la formation de plaques d’athérome qui obstruent plus ou moins complètement les vaisseaux coronaires. Le défaut d’oxygénation, lorsque les vaisseaux sont obstrués, provoque de la nécrose au sein des parois du cœur.

    Ceci est habituellement la conséquence des facteurs de risque cardiovasculaires :

    Cette maladie touche plus les hommes que les femmes. L’âge est aussi un facteur de risque : la probabilité d’avoir un accident cardiovasculaire augmente après 50 ans chez l’homme et après 60 ans chez la femme. De même, les antécédents familiaux de maladie coronarienne chez un parent direct (père, mère, frère, sœur) sont un facteur de risque.

  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une cardiopathie ischémique ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une cardiopathie ischémique ?

    Dans cette pathologie, un deuxième avis peut être nécessaire pour évaluer la pertinence des traitements proposés ou pour discuter des modifications du mode de vie à adopter afin de diminuer les risques et d'éviter l’accident cardiovasculaire.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Comment modifier mon quotidien pour diminuer les facteurs de risque ?
    • La prise d’un traitement médicamenteux est-elle pertinente dans ma situation ?
    • Quelle est la sévérité de mon atteinte et les territoires touchés ?
    • Une intervention coronaire est-elle justifiée ?
    • Quels sont les risques ?
    • Quels sont les symptômes à surveiller ?

    Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Qui sont les spécialistes de la cardiopathie ischémique ?

    Le spécialiste de la cardiopathie ischémique est le cardiologue et/ou le chirurgien cardiaque.

  • Quels sont les symptômes de la cardiopathie ischémique ?

    Les symptômes de la cardiopathie ischémique sont variables et dépendent de la gravité de l’atteinte.

    L’ischémie peut être silencieuse.

    L’ischémie peut causer de l’angor ou angine de poitrine : c’est une douleur thoracique, derrière le sternum, qui survient pendant l’effort ou un stress chez les patients présentant une insuffisance coronarienne. La douleur est constrictive, elle donne l’impression au patient que son thorax est comprimé par des forces extérieures. La douleur peut aussi être ressentie au niveau de l’estomac. Elle rétrocède généralement au repos en quelques minutes ou à la prise de trinitrine.

    Ces douleurs sont causées par l’inadéquation entre le besoin en oxygène du muscle cardiaque pendant l’effort et le flux sanguin trop faible à cause des vaisseaux rétrécis, c’est ce qu’on appelle l’ischémie.

    Lorsque le blocage des vaisseaux est complet, le territoire cardiaque n’est plus irrigué : c’est l’infarctus du myocarde (parfois appelé “crise cardiaque”). C’est une urgence vitale, la prise en charge doit être immédiate.

    Les symptômes les plus classiques de l’infarctus du myocarde sont :

    • La douleur constrictive “en étau” intense dans le thorax qui irradie vers le cou, la mâchoire, l’épaule et le bras gauche pouvant aller jusqu’au poignet ou dans le dos. La douleur dure et ne cède pas.
    • Elle peut s’accompagner de signes non-spécifiques tels que : la difficulté à respirer, la transpiration, la nausée, une douleur abdominale, pâleur, angoisse

    Attention, l’infarctus peut parfois être indolore notamment chez la femme ou la personne âgée ou chez le diabétique, et les symptômes peuvent être un malaise, un essoufflement soudain, une fatigue inexpliquée, des sensations inhabituelles dans le bras gauche.

  • Comment se passe le diagnostic de la cardiopathie ischémique ?

    Le diagnostic de la cardiopathie ischémique doit toujours commencer par un interrogatoire complet du patient pour identifier les symptômes et leurs circonstances d’apparition et est suivi d’un examen physique approfondi.

    Des examens complémentaires sont ensuite nécessaires :

    • un ECG ou Électrocardiogramme : on dispose des électrodes adhésives sur le thorax, les poignets et les chevilles du patient afin d’enregistrer l’activité électrique du cœur. On peut ainsi identifier des anomalies plus ou moins spécifiques. L’ECG peut être également parfaitement normal.
    • des analyses sanguines permettent de mesurer des biomarqueurs de la souffrance cardiaque comme la troponine ;
    • une épreuve d’effort permet de mettre en évidence une souffrance cardiaque lors de l’effort. Le test d’effort (vélo ou tapis roulant) peut être associé à une imagerie cardiaque type échographie ou scintigraphie ou IRM. Un test d’effort n’est réalisé que si la symptomatologie est “stable” (suspicion d’angor d’effort avec des symptômes depuis plusieurs semaines) ; sinon le test d’effort est contre-indiqué.
    • un coroscanner : scanner avec injection d’un produit de contraste par voie veineuse pour visualiser les artères coronaires.
    • une coronarographie : imagerie invasive avec ponction d’une artère, le plus souvent au niveau du poignet, parfois au niveau inguinal, sous anesthésie locale et introduction d’un petit tuyau ou cathéter jusqu’au niveau du cœur. Ceci permet de visualiser très précisément (plus que le scanner) la lumière des artères coronaires en y injectant un produit de contraste sous rayons X. Cet examen est parfois fait en urgence (infarctus aigu, angor instable) et permet de visualiser une artère occluse et de procéder immédiatement à sa désobstruction (angioplastie) ;
    • une échographie cardiaque sera le plus souvent réalisée pour apprécier la fonction cardiaque globale et l’existence ou non de zone de nécrose. L’échographie peut aussi être utile pour éliminer d’autres cardiomyopathies.
  • Quel traitement pour une cardiopathie ischémique ?

    Le traitement antiangineux comporte presque toujours un traitement médicamenteux avec au minimum de l’aspirine à faible dose (pour fluidifier le sang) et une statine pour réduire le taux de LDL ou “mauvais” cholestérol. On peut soulager ponctuellement les douleurs de l’angor à l’aide de trinitrine et réduire le travail du cœur avec des bêtabloquants ou des inhibiteurs calciques.

    En cas de rétrécissement ou sténose sévère des artères coronaires, il est souvent nécessaire de rétablir le flux sanguin. Pour cela il y a deux techniques. La plus fréquemment utilisée est l’angioplastie avec mise en place de stents, au cours du même examen que la coronarographie, sous simple anesthésie locale, réalisée par le cardiologue (cardiologie dite “interventionnelle”). Parfois, il est préférable de recourir à des pontages ce qui nécessite une chirurgie cardiaque avec ouverture du thorax au niveau du sternum et bien sûr une hospitalisation prolongée.

    Il est aussi important d’adapter son hygiène de vie afin de diminuer les facteurs de risque pour éviter les récidives et améliorer la récupération. Il est donc conseillé d’arrêter de fumer, de limiter la consommation d’alcool, de pratiquer une activité physique régulière après validation du médecin, de diminuer son cholestérol, traiter l’hypertension...

Je télécharge la fiche

Les autres maladies du coeur

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/09/2020
Votre médecin traitant a décelé des signaux d’alerte marqueurs d’une maladie cardiovasculaire, et vous oriente vers un cardiologue. Vous vous demandez comment se passera votre première consultation chez le cardiologue ? Voici les 5 étapes qui...
Lire la suite...
Actualité du 31/08/2020
La coronarographie, bien qu’assez invasive, reste l’examen de référence pour mettre en lumière des rétrécissements des artères du coeur. Comment se passe une coronarographie ? Que faire pour bien s’y préparer ? On vous dit tout...
Lire la suite...