image Tumeurs et Cancers

Cancer du rectum

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 24 octobre 2016

  • Définition cancer du rectum

    Le rectum appartient à l’appareil digestif et se situe en toute fin de celui-ci. D’une longueur de 15-18 centimètres, il relie le côlon et le canal anal. Il a vocation à faire transiter les selles vers l’anus où elles sont évacuées. Les selles sont en amont fabriquées par le côlon. Une fois le rectum plein, le besoin d’aller à la selle est un réflexe et implique le relâchement du sphincter anal (muscle de l’anus) permettant l’ouverture de l’anus et l’évacuation des selles.

    Ce cancer digestif se développe à partir des cellules qui recouvrent la paroi interne du rectum, sur la muqueuse ou plus profondément en touchant les autres couches (sous-muqueuse, musculeuse, séreuse). Des cellules cancéreuses peuvent aussi se détacher de la tumeur du rectum et coloniser d’autres parties du corps, où elles créent des métastases : dans les ganglions lymphatiques proches du rectum, dans le foie, les poumons ou le péritoine (enveloppe autour de l’intestin).

    L’incidence annuelle du cancer colo-rectal est de 45 000 cas par an, dont environ un tiers sont des cancers du rectum.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Le deuxième avis est particulièrement pertinent dans le cadre d’un cancer du rectum car il s’agit d’un sujet qui a de fortes répercussions sur la vie quotidienne, notamment sur la fonction digestive. Dans ce contexte, un deuxième avis permet de prendre part aux choix thérapeutiques de manière plus éclairée. Les traitements sont multiples (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie) et il est important de définir leur ordre et le bon moment pour leur mise en œuvre. Ceci est particulièrement vrai lorsqu’une rechute intervient.

    De plus, certaines interventions peuvent être très importantes. Ainsi, la présence d’une stomie après une chirurgie nécessite que le patient ait toutes les informations sur les contraintes et sur l’évolution possible de la prise en charge. A noter que la stomie peut être temporaire ou définitive selon la localisation de la tumeur.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189

    Témoignage

    Je ne m'attendais pas à recevoir l'avis d'un oncologue, Professeur de médecine et praticien dans un établissement dont la réputation est au sommet dans le domaine colo-rectal, l'Hôpital Saint-Antoine de Paris. L' avis est clair, net, précis, compréhensible et confirme le premier diagnostic tout en le complétant par des réponses à mes interrogations. L'avis portait sur un cancer du rectum T3N+ (tiers inférieur) en cours de traitement radio-chimiothérapie avant IRM de contrôle et chirurgie à venir. D'un point de vue médical et familial, un complément considérable pour la suite du traitement.

    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Je dois subir une chirurgie, quelle est la bonne technique opératoire ?
    • Une intervention sur une journée est-elle possible ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?
    • On me propose une chirurgie avec stomie. Quelles sont les alternatives et leurs bénéfices / risques ?
    • La stomie est-elle définitive ?
    • Doit-on me proposer une chimiothérapie en amont de la chirurgie pour faciliter son retrait ?
    • Existe-t-il plusieurs médicaments de chimiothérapie ? Comment choisir ? Faut-il combiner ces médicaments ?
    • Je fais une rechute, quels traitements privilégier désormais ? A quel moment commencer le traitement ?
    • Quel régime alimentaire dois-je suivre ?
    • Quels sont les essais cliniques existants ? Suis-je éligible ?

     Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    Le cancer du rectum est pris en charge par une équipe pluridisciplinaire composée de plusieurs spécialistes :

    - Un oncologue ou cancérologue : médecin spécialiste du cancer et de ses traitements pour toute question sur les traitements, notamment les thérapies ciblées. S’assurer de sa spécialisation « cancer du rectum».

    - Un chirurgien digestif : spécialisé en « cancer du rectum» pour toute question sur les traitements et plus particulièrement la technique opératoire mais aussi sur les répercussions sur la fonction gastrique.

    - Un oncologue radiothérapeute pour toute question sur la radiothérapie. S’assurer de sa spécialisation « cancer du rectum».

    - Un gastroentérologue, spécialiste « d’organe » au niveau de l’appareil digestif (œsophage, estomac, intestin grêle, côlon, rectum et anus, foie, pancréas, vésicule biliaire) et qui dispose d’une « sur spécialisation rectum » et qui a une connaissance de la stomathérapie.

    - Un médecin nutritionniste pour adapter le régime au changement du tube digestif.

    Mais aussi pour la relecture de certains examens : un pathologiste ou un radiologue.

    image de docteur
    4
    médecins experts
    pour cancer du rectum
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes cancer du rectum

    Le cancer du rectum se révèle le plus souvent par :

    • une sensation douloureuse de plénitude rectale (ténesme)
    • des douleurs irradiantes à la partie inférieure gauche de l’abdomen (épreintes)
    • des faux besoins (envie d’aller à la selle sans exonération)
    • des rectorragies (issue de sang par l’anus)
    • des troubles du transit

    En l’absence de prise en charge, le cancer du rectum peut de compliquer d’occlusion digestive (obstruction du tube digestif par la tumeur), s’infecter, communiquer avec un organe de voisinage (fistule) ou encore être responsable d’une anémie secondaire au saignement tumoral.

  • Diagnostic cancer du rectum

    Le diagnostic de ce cancer digestif se base tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie.

    De nombreux syndromes familiaux ont été identifiés comme étant des facteurs de risque de cancer du rectum : syndrome de Lynch, polypose familiale

    Par ailleurs les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (rectocolite hémorragique et maladie de Crohn) constituent également des facteurs de risque.

    D’autres facteurs environnementaux (alimentions riche en protéines, obésité, alcool, tabac…) sont aussi impliqués dans le développement du cancer du rectum.

    Le diagnostic de ce cancer digestif nécessite la réalisation d’examens de première intention :

    • une coloscopie totale afin de visualiser la tumeur et de réaliser des biopsies multiples
    • un scanner thoraco abdomino pelvien afin de rechercher des métastases
    • en fonction de la localisation de la tumeur : une écho-endoscopie rectale et/ou une IRM pelvienne

    D’autres examens supplémentaires de deuxième intention peuvent également vous être demandés : biologie sanguine, colo-scanner…

  • Traitement cancer du rectum

    Le choix du traitement dépend :

    • Du type histologique de la tumeur (cellule à l’origine du développement du cancer)
    • Des couches de cellules infiltrées et jusqu’où il a progressé (stade)
    • De l'agressivité de la tumeur c’est-à-dire sa vitesse d’évolution (grade)
    • De l’état de santé général du patient, son âge, ses antécédents médicaux et chirurgicaux, les contre-indications à certains traitements
    • Des souhaits du patient

    La chirurgie constitue le traitement principal du cancer du rectum, et consiste à enlever la tumeur avec une marge de tissu sain. L’intervention peut se faire par laparotomie (ouverture du ventre), par cœlioscopie (opération « ventre fermé » avec utilisation de caméra) ou par abord transanal (via l’anus).

    La tumeur peut s’étendre aux organes voisins (vessie, urètre, prostate, ovaires, vagin ou utérus). Le chirurgien peut alors enlever en même temps les organes voisins touchés et les ganglions lymphatiques proches. Si les métastases ne peuvent pas être opérées du fait de leur nombre ou de leur inaccessibilité, des traitements médicaux sont proposés.

    La radiothérapie ainsi que la chimiothérapie peuvent être proposées en amont de la chirurgie afin de réduire la taille de la tumeur (radio-chimiothérapie néoadjuvante), ou après la chirurgie (radio-chimiothérapie adjuvante) notamment pour contenir les symptômes dans le cas d'un cancer du rectum au stade avancé ou métastasique.
    La radiothérapie repose sur deux techniques : la radiothérapie externe (à travers la peau) et la curiethérapie (radiothérapie interne, des éléments radioactifs sont directement implantés au contact de la tumeur ou au sein de la tumeur). Elles peuvent être utilisées séparément, mais sont le plus souvent associées.

    Quand la chimiothérapie est recommandée, elle est alors utilisée avant la chirurgie pour renforcer l’action de la radiothérapie. Réalisée après la chirurgie, elle vise à réduire le risque de récidive à distance.

    Elle peut être associée à de nouvelles thérapies ciblées qui freinent la croissance de la tumeur en s’attaquant aux mécanismes qui lui permettent de se développer, limitent les dommages causés aux cellules normales du corps et réduisent les effets secondaires.

  • Association cancer du rectum

    La Ligue contre le Cancer

    Créée en 1918, la Ligue contre le cancer est une association loi 1901 reconnue d’utilité publiquereposant sur la générosité du public et sur l’engagement de ses bénévoles et salariés formés grâce à une école de formation agréée pour répondre aux besoins des personnes concernées par le cancer. Notre fédération, composée de 103 Comités départementaux présents sur tout le territoire national, est apolitique et indépendante financièrement. La Ligue contre le cancer est le 1er financeur non-gouvernemental de la recherche en cancérologie.
    Ses missions consistent en : 
    - l'amélioration de la qualité de vie des malades et de leurs proches avec sa plateforme téléphonique nationale d'aide, sa présence partout en France avec 300 espaces Ligue et 35 espaces de rencontre et 103 comités départementaux, la visite des malades sur 70% du territoire, des moyens financiers qui facilitent un accompagnement complet.
    - la mise en place d'une politique de recherche structurée avec la labellisation d'équipes de recherche, le programme "Carte d'identité des Tumeurs" permettant une meilleure connaissance des tumeurs pour une recherche plus efficace, la recherche épidémiologique et clinique et le soutien aux jeunes chercheurs.
    - l'information, la sensibilisation, et la prévention pour lutter efficacement contre le cancer : renforcement de la lutte contre l'alcool et le tabac, sensibilisation du public et renforcement de la participation au dépistage, éducation à la santé en milieu scolaire et en entreprise, soutien sur tout le territoire pour une baisse des inégalités et de la désinformation, mobilisation de l'opinion et de la société sur des enjeux de prévention.
    - le changement des mentalités face au cancer en répondant aux questions éthiques liées à la maladie cancéreuse grâce à son comité éthique et cancer, en se fiant à l'Observatoire sociétal des cancers pour fournir toutes les observations nécessaires concernant les aspects sociaux et sociétaux de la maladie cancéreuse, en représentant les usagers du système de santé et en promouvant les droits des personnes malades. 
    - l'engagement à l'échelle internationale avec la fondation de l'Union internationale contre le cancer (UICC) et de l'Alliance des Ligues Africaines et Méditerranéennes contre le cancer (ALIAM) et en étant membre de l'association des Ligues européennes contre le cancer (ECL).
    Contact : 01 53 55 24 00
    Localisation : 103 comités départementaux et plus de 300 espaces Ligue dans toute la France
    Agrément : National

    RoseUp

    RoseUp est une association d'intérêt général créée en 2011 fondée par des patientes et des proches de patientes atteintes de cancers. L'association informe, accompagne et défend les droits des femmes pendant et après leur cancer. Elle informe par le biais de Rose Magazine, son magazine féminin, haut de gamme et gratuit. Elle accompagne en créant des solutions répondant aux problématiques quotidiennes des femmes atteintes de cancers : RoseCar, Maison Rose et Rose Coaching Emploi. RoseCar est un site de covoiturage solidaire facilitant et mutualisant les trajets entre le domicile des patientes et l'hôpital. RoseUp ouvre de plus en 2016 la première Maison Rose à Bordeaux, cette Maison Rose ayant pour vocation d'accueillir gratuitement les femmes pendant ou après leur cancer dans un univers chaleureux, rassurant et animé. La Maison Rose proposant de multiples conférences, activités (danse, peinture, photographie...) et ateliers s'impose alors comme un lieu d'échange, de rencontre et de partage d'exception. Au sein de la Maison Rose est mis en place un coaching emploi, Rose Coaching Emploi, un accompagnement collectif destiné à la reprise de la vie professionnelle.
    Site internet : https://www.rose-up.fr/
    Contact : 01 58 88 42 17
    Localisation : Paris, Bordeaux
    Agrément : National

    Tout le monde contre le cancer

    Créée en 2005, l'association Tout le Monde contre le Cancer accompagne les familles touchées par le cancer. Chaque année, l'association met en place 1000 actions dans ses 150 hôpitaux partenaires grâce à ses 350 bénévoles. L'association agit dans le but de transformer l'hôpital en un lieu de joie, de favoriser le bien-être et d'offrir des temps d'évasion en dehors de l'hôpital. L'association s'illustre à travers ses multiples actions : 
    - l'Echappée rose : 1er institut de bien-être mobile pour les femmes à l'hôpital proposant conseils beauté, soins et massages. Sur la route pendant 2 mois, l'institut itinérant a fait étape dans 31 villes en 2018. 
    - la Family Box : un petit coffret mis à disposition des familles à leur entrée à l'hôpital proposant un nécessaire de toilettes et quelques accessoires de confort pour les premiers moment à l'hôpital. Distribué dans 30 établissements depuis 2016, la Family Box met du baume au coeur des familles et tend à s'étendre à plus de villes en 2019.
    - Toques en Truck : le premier fast food à l'hôpital 
    - Rêves : la réalisation de rêves de patients après envoi de la demande de rêve du patient par les équipes soignantes des hôpitaux (rencontre de célébrités, adrénaline...)
    - les Escales au Château :  séjours de ressourcement pour les patients et leur famille animées par de multiples activités en plein air pour rassembler la famille et construire des souvenirs communs. 
    - les Opérations Vacances : séjours de vacances libres en famille grace à des mobil-homes mis gracieusement à disposition sur les côtes méditerrannéennes et atlantiques.
    - l'amélioration des équipements hospitaliers pour des ambiances plus chaleureuses
    - des opérations nationales réparties toute l'année en fonction des fêtes et moments forts où les patients bénéficient d'animations et de toutes sortes de cadeaux à travers la France.
    - ditribution de cadeaux personnalisés et adaptés à chaque enfant à l'occasion des fêtes de Noel.
    Contact : 05 65 45 41 12
    Localisation : VilleFranche, Paris
    Agrément : National
Télécharger la fiche

Les autres maladies pour tumeur digestive, cancer digestif

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...