image Maladies des os, des articulations et des muscles

Fracture de la vertèbre

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 30 juin 2020 - Revue par Docteur Cyril Dauzac

  • Qu'est-ce qu'une fracture de la vertèbre ?

    La colonne vertébrale est composée de 24 vertèbres, en partant de la tête :
    • 7 vertèbres cervicales,
    • 12 vertèbres thoraciques ou dorsales,
    • 5 vertèbres lombaires.
    • Elle se finit par le sacrum (fusion de 5 vertèbres) et le coccyx. Il s’agit d’une structure à la fois solide car elle doit supporter une forte pression en protégeant la moelle épinière et mobile afin de permettre une grande amplitude de mouvements.

    Chaque vertèbre est constituée :
    • d’un corps en forme de cylindre, à l’intérieur derrière lequel se situe la moelle épinière, un cordon blanc d’un centimètre de diamètre permettant de distribuer les influx nerveux du cerveau au reste du corps par l’intermédiaire des nerfs,
    • de plusieurs reliefs osseux appelées apophyses ou processus.

    Toutes les vertèbres n’ont pas exactement la même forme selon leur emplacement le long de la colonne. Des disques sont situés entre les vertèbres et facilitent leur glissement les unes contre les autres.

    Une fracture de la vertèbre peut siéger sur son corps ou sur ses apophyses. On distingue les fractures :
    • stables qui présentent peu de risque pour la moelle épinière,
    • instables, souvent accompagnées d’une atteinte des ligaments, faisceaux de fibres résistantes permettant de lier les os au sein d’une articulation. Les fragments osseux peuvent alors se déplacer lors d’un mouvement et endommager la moelle épinière. Il y a donc un risque de lésion neurologique comme une paralysie.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une fracture de la vertèbre ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une fracture de la vertèbre ?

    Un deuxième avis est tout à fait pertinent dans certains cas de fractures de vertèbre. Toutefois, si le traitement est urgent, il doit être réalisé au plus près de l’accident et un deuxième avis ne peut être attendu. Il peut par contre est utile lors du suivi du patient en cas de complications ou de résultat insuffisant qui peut imposer de modifier le protocole initial, voir une ré-intervention. En l’absence d’urgence thérapeutique chirurgicale, différentes méthodes peuvent être pratiquées et doivent être expliquées minutieusement au patient. Si la fracture est due à une pathologie identifiée, comme une ostéoporose, il est nécessaire de traiter la maladie sans quoi le risque de faire d’autres fractures est grand. Enfin, les fractures vertébrales sont trop souvent ignorées ou non diagnostiquées, alors qu’elles peuvent avoir un impact définitif sur la colonne vertébrale et ses fonctions, qu’elles soient sévères ou non. Un second avis permet d’apporter des informations supplémentaires qui éclaireront le patient sur sa situation médicale et les différents traitements possibles. Il pourra participer avec davantage de sérénité à la prise de décisions médicales le concernant.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Quelle est la cause de ma fracture ?
    • Combien de vertèbres sont fracturées ? Quelle est leur localisation ?
    • S’agit-il d’une fracture stable ou instable ? La moelle épinière est-elle endommagée ? Y a-t-il un risque de lésion pour la moelle épinière ?
    • Quand pourrais-je considérer que ma fracture est guérie ?
    • Mes médicaments antalgiques ne soulagent pas mes douleurs. Quels sont les autres traitements possibles ?
    • On me propose de porter un corset. Dois-je le porter jour et nuit ? Pendant combien de temps ?
    • On me propose une chirurgie. En quoi les différentes méthodes diffèrent-elles ? Laquelle est la plus adaptée dans ma situation ? Quels sont les risques associés ? Mon mode de vie devra-t-il changer après l’opération ? Devrais-je faire une rééducation ?
    • Suis-je à risque de faire d’autres fractures ?
    • Comment prévenir une récidive ?
    • Quand pourrais-je reprendre mon activité sportive ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de la fracture de la vertèbre ?

    Les spécialistes à consulter sont :
    • un rhumatologue. C’est le spécialiste des pathologies de l’appareil locomoteur (os, muscles, tendons, articulations et ligaments).
    • Un chirurgien orthopédiste traumatologue. Il réalise les opérations chirurgicales sur l’appareil locomoteur et particulièrement causées par des traumatismes (coups, chocs, blessures subies de façon violente et soudaine). Il doit être spécialiste de la colonne vertébrale.
  • Quels sont les symptômes d'une fracture de la vertèbre ?

    Les symptômes sont :
    • un douleur aiguë dans le dos. Elle survient brutalement à l’occasion d’un accident, d’un effort ou d’un geste banal comme se pencher si il existe une fragilité osseuse (ostéoporose). Elle augmente à l’effort et diminue généralement au repos. Son intensité peut être telle qu’elle empêche toute mobilisation du dos.
    • Une sensation de perte de stabilité, d’impossibilité de se relever par sidération musculaire réflexe.
    • Des troubles de la digestion à cause du saignement autour de la colonne vertébrale, en cas de fracture récente (appelé iléus réflexe).
    • Des troubles respiratoires si la fracture est dorsale ou qu’il y a une atteinte neurologique dans certaines fractures cervicales.
    • Des troubles de la sensibilité comme une insensibilité, des démangeaisons voire une paralysie (paraplégie - tétraplégie), si la moelle épinière est atteinte.
    • Une perte du contrôle des sphincters en cas de lésion des dernières racines nerveuses (syndrome de la queue de cheval).

    Cependant des symptômes ne sont pas systématiquement observés, ou bien passent inaperçus et la fracture, le plus souvent ici un tassement ostéoporotique de vertèbre, peut être découvert fortuitement sur une radio.

    La cause d’une fracture de la vertèbre peut être :
    • un traumatisme comme un accident de la route, une chute depuis un lieu élevé, la pratique d’un sport comme le ski ou une plaie par balle.
    • Une fragilité mécanique à cause d’une ostéoporose (diminution de la résistance des os à cause d’une décroissance de la masse osseuse) aboutissant à une incapacité de la vertèbre à résister à une trop grande pression exercée sur la colonne. On les retrouve plus communément chez les personnes âgées. La fracture ostéoporotique est fréquente et son incidence augmente avec l’âge. L’ensemble de ces fractures d’origine pathologique sont dites spontanées car elles surviennent suite à un effort minime. Environ la moitié des femmes âgées de 80 à 90 ans présente au moins une fracture vertébrale. De plus, une personne ayant une fracture de la vertèbre présente un risque plus élevé de refaire une telle fracture par rapport à une personne n’ayant jamais eu de fracture vertébrale. Elles guérissent généralement spontanément, plus ou moins lentement.
    • Une pathologie comme un cancer, fragilisant la vertèbre atteinte.
  • Comment diagnostiquer une fracture de la vertèbre ?

    Le diagnostic requiert :
    • un interrogatoire pour préciser les circonstances de survenue des douleurs.
    • Un examen clinique. L’examen de la mobilité, de la sensibilité et de la motricité permettent de décrire la fracture et d’évaluer l’atteinte neurologique.
    • Une radiographie. Elle permet de visualiser la lésion de la vertèbre.
    • Un scanner qui précisera les lésions osseuses.
    • Parfois une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). Elle donne des informations complémentaires sur l’état des disques intervertébraux, des muscles et des ligaments.
  • Comment soigner une fracture de la vertèbre ?

    Le traitement repose sur :
    • la prise de médicaments antalgiques afin de soulager la douleur.
    • Un traitement conservateur pour les fractures stables qui peut comporter un simple repos, mais parfois imposer le port d’un corset, ou parfois d’une simple ceinture lombaire. Des séances de kinésithérapie peuvent être prescrites afin de conseiller le patient dans la réalisation de ses gestes du quotidien puis, une fois la fracture consolidée, de renforcer les muscles du dos.
    • La vertébroplastie. Il s’agit d’injecter du ciment dans le corps de la vertèbre afin d’améliorer sa déformation et lui rendre sa stabilité. Cette méthode ne peut pas être réalisée sur toutes les vertèbres et seulement sur certaines fractures peu instables. Elle est pratiquée sous anesthésie locale et en ambulatoire.
    • La cyphoplastie par ballonnets. Un ou plusieurs ballonnets sont introduits dans la vertèbre fracturée puis gonflés afin de lui redonner sa forme initiale et lui rendre sa stabilité.
    • Une intervention chirurgicale, principalement pour les fractures instables et/ou en cas de compression de l’axe neural responsable de signes ou de risques neurologiques. Elle comporte une réduction de la déformation vertébrale puis une ostéosynthèse rachidienne selon différentes techniques, en fonction des caractéristiques de la fracture et de la vertèbre atteinte. Elle repose le plus souvent sur l’emploi de vis et de tiges reliant les vertèbres autour de celle fracturée pour la maintenir une fois réduite. 

    Une fracture exerçant un dysfonctionnement de la moelle épinière nécessite une chirurgie le plus rapidement possible. 

    La prise en charge dépend :
    • de l’âge du patient,
    • de son état de santé général,
    • de la cause de la fracture,
    • de la présence d’une pathologie associée comme une ostéoporose ou d’autres lésions survenue lors de l’accident (polytraumatisé),
    • de la localisation de la fracture,
    • du nombre de vertèbres touchées,
    • du caractère stable ou instable de la fracture,
    • de la présence d’une lésion ou d’un risque de lésion de la moelle épinière ou de la queue de cheval,
    • de l’intensité des symptômes,
    • de l’activité physique et professionnelle.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies pour fracture

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une...
Lire la suite...
Actualité du 10/06/2020
Un scanner, une contraception, de la rééducation… Les prescriptions de votre médecin ne se limitent pas aux médicaments. Mais saviez-vous qu’il peut aussi vous prescrire du sport ? Et oui, dans le cadre d’une maladie chronique,...
Lire la suite...